Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

lundi 2 octobre 2017

SAR (partie 5)

Je suis désolée de ne faire qu’une courte mise à jour cette fois-ci, les gars. C’est un peu la folie ici depuis quelques temps, et je ne suis pas sûre de la fréquence de mes prochains messages. Je vous suis très reconnaissante du soutien que vous m’apportez, et bien que je n’aie pas beaucoup d’histoires à vous partager, je serai très intéressée de voir ce que vous en pensez tous !

    Un pompier qui nous aidait pendant notre stage d’entraînement m’a parlé d’un appel qu’il avait reçu, apparemment pour aller secourir un enfant sur un arbre absolument énorme. Il a dit qu’on ne lui a pas donné beaucoup de détails, seulement qu’on avait besoin qu’il vienne pour apporter son aide car il n’y avait pas d’équipement adéquat. Il avait été spécialement appelé parce que ce truc était si gigantesque que les secouristes ne se sentaient pas d’y grimper. Il avait été élagueur avant de rejoindre les pompiers volontaires, alors c’était assez simple pour lui d’attraper son ancien équipement et de venir à la rescousse. 
    On l’a escorté sur environ trois kilomètres, et l’équipe s’est arrêtée devant l’un des arbres les plus massifs de la zone avant de pointer leur doigt vers le haut. Il a ri et a demandé au capitaine comment l’enfant s’était retrouvé là-haut, a fait une blague à propos des affaires de « chat coincé en haut d’un arbre », mais le capitaine a secoué la tête et lui a dit de grimper et de faire descendre l’enfant. Il m’a dit qu’il savait que quelque chose clochait, mais qu’il n’a pas insisté. Il m’a raconté que pendant son ascension sur l’arbre, il a commencé à se demander s’ils n’étaient pas en train de se payer sa tête. « Le gamin n’aurait jamais pu escalader ce putain de truc. Il était énorme à sa base, mais arrivé environ à la moitié, il devenait de plus en plus étroit, et j’ai failli faire marche arrière quelques fois parce que je doutais vraiment qu’il puisse soutenir mon poids. » Mais il a dit qu’il a continué quand même, et alors qu’il était presque arrivé au sommet, il a aperçu un truc bleu dans les branches. 
    « J’ai vu le t-shirt du gosse comme coincé dans une branche, je l’ai appelé et lui ai dit de s’approcher s’il le pouvait, mais il n’a pas répondu. J’ai continué d’avancer en l’appelant par son prénom, en lui disant de ne pas être effrayé, que j’étais là pour l’aider. Quand je l’ai atteint, j’ai compris qu’il ne risquait pas de me répondre. Je l’ai trouvé, ou plutôt ce qui restait de lui, retenu par un embranchement dans les branches, et le fait qu’il était là-haut était totalement un coup de chance. S’il était tombé de n’importe quelle autre manière, il se serait écrasé au sol. Ça n’aurait rien changé de toute façon, car l’enfant était mort bien avant de se retrouver perché sur cet arbre. Je ne sais pas qui l’a foutu là-haut, ou comment, ou pourquoi, mais c’était carrément glauque. Ses intestins étaient ressortis par sa bouche et pendaient dans les branches. La manière dont ils étaient suspendus, ça rappelait un putain d’arbre de Noël, mais un qui aurait été décoré par un malade. J’ai regardé d’un peu plus près, et j’ai vu qu’ils étaient aussi sortis de l’autre côté, ses tripes pendaient depuis l’arrière de son pantalon. Ses yeux n’étaient plus là, probablement expulsés par la force, quelle qu’elle soit, qui l’avait fait éclater comme un pop-corn. T’as déjà vu un corps qui est resté dans l’eau pendant un bon moment, comment leur langue a gonflé et ressort ? La sienne était comme ça. Je m’en rappelle parce qu’il y avait des mouches qui grouillaient dessus. 
    Je pense que j’étais en état de choc parce que… Bordel, j’ai juste poussé le gamin avec un bâton que j’avais arraché d’une branche. Je lui ai juste donné des petits coups jusqu’à ce qu’il tombe. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça… J’ai presque perdu mon job à cause de ça. Mais bon sang, la simple idée de transporter ce gosse sur mon épaule jusqu’au sol, de rassembler ses tripes et de les enrouler autour de moi comme une corde pour qu’ils ne s’accrochent nulle part… Je ne pouvais pas. J’ai vu beaucoup d’enfants morts. Plus que ce que je n’avouerai jamais. J’ai vu un gamin caché dans une baignoire remplie pendant un incendie. Ça l’a cuit vivant, et l’a littéralement transformé en soupe. Mais ça… Je ne sais pas ce qui a fait ça, mais l’idée de toucher le corps de cet enfant m’a donné l’impression que j’allais perdre la tête. 
    Je l’ai entendu percuter le sol et j’ai pensé que tout le monde aurait pété un câble, mais ils savaient qu’il était mort quand ils m’ont envoyé là-haut. Ils n’ont rien dit, mais ils n’ont pas non plus hurlé ou quoi que ce soit. Je suis redescendu et suis allé confronter le capitaine, en lui demandant qui il pensait qu’il était pour m’envoyer là-haut alors qu’ils savaient parfaitement que le gosse était mort. Mais il a juste dit que ça ne me regardait pas, et il m’a simplement remercié pour avoir descendu la preuve. Je me rappelle qu’il a dit ça, je m’en rappelle aussi bien parce que c’était vraiment bizarre d’entendre ça formulé de cette manière. « La preuve ». Comme s’il n’était même pas une personne. Comme s’il n’avait jamais été un petit enfant qui s’était perdu et avait subi quelque chose de foutrement indescriptible. Le capitaine m’a fait escorter par une équipe hors de la forêt, mais lui et deux autres sont restés derrière, et j’ai trouvé ça étrange. Pourquoi est-ce qu’ils ne m’avaient pas aidé à sortir le gosse de là ? J’ai essayé de poser des questions, mais les gars qui m’accompagnaient ont simplement répondu qu’ils ne pouvaient rien dire sur une enquête ouverte. » 
    Je lui ai demandé s’il avait une idée de ce qui avait pu arriver à l’enfant, et il est resté songeur un bon moment. « J’aurais bien dit qu’il s’est fait écraser, mais avec ce genre de blessures on trouve beaucoup de contusions sous la peau, un traumatisme évident. Ça n’avait rien à voir. C’était comme si le gamin s’était retrouvé dans un aspirateur géant et que ses intestins avaient été sortis de lui comme ça. Mais même là, il n’y avait pas de traumatisme. Pas la moindre trace. Je me pose des questions. Je me pose des putains de questions. »



    Un des vétérans du stage d’entraînement lit NoSleep, et il a reconnu mes histoires. Il me connaît plutôt bien, et on en avait déjà échangé par le passé. Il m’a demandé s’il pouvait me confier quelque chose qu’il avait remarqué à propos des escaliers, et quelques idées qu’il s’était fait. « Je suis vraiment content que tu aies décidé de partager tout ça. Je pense que c’est important que les gens sachent ce qui se passe, en particulier parce que les services forestiers se débrouillent si bien pour tout couvrir. » Je lui ai demandé ce qu’il entendait par là. 
    « Comment ça, qu’est-ce que je veux dire ? L’absence de la moindre attention de la part des médias ? Aucune couverture des disparitions d’enfants, ou des corps retrouvés à des kilomètres de là où ils étaient censés être ? David Paulides a visé dans le mille, les services forestiers font tout ce qu’ils peuvent pour que les gens continuent à venir, même si c’est dangereux. Je veux dire, pour être tout à fait honnête, ce n’est pas comme si ces trucs arrivaient tous les jours. Mais le nombre de cas ne cesse d’augmenter, et ça vaut le coup de s’y intéresser. En particulier les escaliers. J’ai été plutôt surpris que tu ne mentionnes pas ceux qui sont retournés. » 
    Je ne savais pas de quoi il parlait, je ne me rappelais pas qu’il en ait jamais fait mention. Il a eu l’air complètement interloqué. « Bon sang, je n’arrive pas à croire que tu aies travaillé là-dedans aussi longtemps sans les voir. Personne ne t’a rien dit à ce sujet ? » J’ai haussé les épaules et lui ai demandé de me donner des détails. 
    « Eh bien, il y a les escaliers normaux, ceux qui apparaissent quand on s’écarte des chemins. Je sais que tu es au courant pour ceux-là. Mais il m’est arrivé d’en croiser qui sont à l’envers. Je pense qu’on pourrait comparer ça à si tu avais une maison de poupée et que les escaliers étaient une pièce séparée. Maintenant tu prends ça, tu le retourne de manière à ce que la marche du haut soit enfoncée dans le sol, et tu le mets dans la forêt. C’est à ça qu’ils ressemblent. Je ne les rencontre pas aussi souvent, mais ils sont bizarres, c’est le moins qu’on puisse dire. Ça me fait penser à un enregistrement qui a été pris après une tornade, quand les maisons sont détruites et qu’il ne reste que quelques trucs aléatoires qui tiennent, comme des cheminées et des murs de jardin. Ceux-là me font encore plus flipper que les normaux, parce que je ne peux pas les ignorer aussi facilement. » 
    Je n’ai pas peur facilement, comme la plupart de ceux qui bossent ici, mais cette idée m’est restée en tête, et ça me travaille. Je vais essayer d’en savoir plus à leur propos. Il a aussi mentionné à quel point les gens étaient préoccupés par l’homme sans visage. Il est devenu tout excité et m’a dit qu’il avait vu quelque chose de semblable. 
    « Il y a quelques années, j’ai pris part à un exercice dans les bois. J’étais installé dans ma tente et j’ai entendu quelqu’un vagabonder à l’extérieur du camp. On nous dit de ne pas nous aventurer trop loin, ça tu le sais, alors je me suis demandé si un nouveau n’était pas allé se soulager et n’arrivait pas à retrouver son chemin. Tu te rappelles le gars dans notre groupe, il y a quelques années, qui a failli tomber de cette fichue montagne ? Depuis, je suis un peu paranoïaque à l’idée que ça se reproduise, alors je me suis levé pour aller voir. 
    Je suis allé à l’extrémité du camp et j’ai crié à la personne, peu importe qui c’était, que le camp était dans cette direction. Mais les pas continuaient à faire des allées et venues dans les bois, alors je les ai suivis. Je sais que c’était stupide, mais j’étais à moitié endormi, et je n’avais aucune envie de devoir gérer un idiot qui se blesserait lui-même. J’ai suivi cette chose sur un chemin complètement droit pendant presque un kilomètre et demi, et ça s’est arrêté sur le bord d’une rivière. Je pouvais en voir la silhouette parce que l’eau reflétait la lune, et il avait l’air d’un gars normal. Il avait un sac sur le dos, et on aurait dit qu’il me faisait face. Je lui ai demandé si ça allait, s’il avait besoin d’aide, et il a incliné sa tête comme s’il ne me comprenait pas. J’ai toujours mon couteau de poche sur moi, et il y a une petite lampe qui y est accrochée, alors je l’ai allumée en éclairant son torse pour ne pas l’aveugler. Il respirait doucement et profondément, alors je me suis demandé s’il n’était pas en train de faire une crise de somnambulisme. Je me suis approché et lui ai demandé de nouveau s’il allait bien. J’ai éclairé un peu plus haut, et quelque chose avait l’air bizarre, donc je me suis arrêté. 
    Il continuait de prendre des inspirations extrêmement longues et profondes, et j’ai compris au fur et à mesure que c’était ça qui me perturbait. C’était comme s’il faisait semblant de respirer, mais qu’il ne le faisait pas en réalité. Sa respiration était beaucoup trop régulière et profonde, et tous ses mouvements étaient exagérés, comme ses épaules qui remontaient et sa poitrine qui se gonflait. Je lui ai dit de s’identifier, et il a fait ce bruit sourd. J’ai encore levé ma lampe, et je ne te raconte pas d’histoires, le gars n’avait pas de visage. Juste de la peau lisse. J’ai flippé et laissé échapper ma lampe, mais je l’ai vu se déplacer vers moi, mais sans bouger. Je ne sais pas trop comment l’expliquer, une seconde il était sur le bord de la rivière, et la suivante il était à quelques mètres de moi. Je n’ai ni regardé ailleurs, ni cligné des yeux, à aucun moment, c’était comme s’il bougeait si vite que mon cerveau n’arrivait pas à suivre. J’ai trébuché et suis tombé sur mes fesses quand j’ai vu la ligne ouverte sur son cou. Ça s’étirait jusqu’à ses oreilles. Il n’y avait pas de sang, juste ce trou noir, et je pourrais jurer qu’il m’a souri avec cette entaille dans sa gorge. 
    Je me suis relevé et j’ai couru aussi vite que possible jusqu’au camp. Je ne pouvais pas l’entendre me suivre, mais j’avais la sensation qu’il était juste derrière moi, même si je ne le voyais pas quand je me retournais. Je me suis calmé quand j’ai regagné le camp. Le feu était toujours allumé et je suppose que l’esprit de groupe qu’on a quand on est avec d’autres personnes m’a permis de m’arrêter et de respirer un coup. J’ai attendu près du feu pour voir s’il me suivrait jusqu’ici, mais je n’ai rien entendu d’autre pendant quelques heures, alors je suis retourné me coucher. Je sais que ça paraît bizarre, mais c’était si irréel que c’était comme si je l’avais automatiquement attribué à mon imagination. »



    On se racontait des histoires de fantômes un soir avant d’aller au lit pour se faire peur les uns les autres et se moquer de ceux qui marchaient. La plupart du temps, ce sont les nouveaux, mais une femme a raconté une histoire qui a réussi à me donner quelques frissons, et je sais que ça a été pareil pour les autres. Elle a dit que c’était vrai, mais encore une fois, toutes les histoires de fantômes racontées autour d’un feu de camp sont vraies. Pourtant, d’une certaine manière, je ne crois pas qu’elle inventait. Ça avait ce petit parfum de vérité que seuls les évènements réellement traumatisants ont. 
    Elle a dit que quand elle était enfant, elle et son amie avaient l’habitude d’aller régulièrement dans les bois derrière sa maison. Elle vivait dans le nord du Maine, où on trouve beaucoup de forêts nationales inhabitées et très denses. Elle a dit que les bois de là-bas n’ont rien à voir avec ceux d’ici. Ils sont si denses à certains endroits que les arbres bloquent presque complètement les rayons du soleil. Son amie et elle ont grandi là-bas, donc elles n’avaient pas peur de s’y balader seules, mais elles restaient toujours sur leurs gardes dans certaines zones. Elle a dit qu’on n’en parlait presque jamais, mais qu’elles savaient qu’elles ne devaient jamais s’aventurer à plus de deux ou trois kilomètres au-delà de leur maison. Les adultes ne disaient jamais pourquoi, mais c’était une règle tacite et personne n’essayait d’aller aussi loin. Son amie et elles s’inventaient des histoires à propos d’ours aussi grand que des maisons vivant là-bas, et elles se faisaient souvent peur en se cachant et en faisant des bruits de grognement pendant que l’autre cherchait. 
    Elle a dit qu’un été, il y a eu une série de terribles tempêtes qui ont arraché beaucoup d’arbres, et mis le feu à une partie de la forêt quelques kilomètres derrière sa maison. Les équipes de pompier ont réussi à garder l’incendie sous contrôle, mais elle a dit que certains sont revenus « pas exactement pareils. » 
    « C’était comme s’ils avaient fait la guerre. On pouvait facilement dire qui avait réellement été effrayé car ils avaient le même regard, je crois que ça s’appelle le syndrome de l’obusite. Mon amie et moi disions qu’ils étaient comme des morts qui marchaient. Ils ne souriaient ou ne parlaient pas si on allait les voir, et la plupart ont quitté la ville dès que tout a été terminé. J’ai questionné mes parents à ce propos, mais ils ont dit qu’ils ne savaient pas de quoi je parlais.
    Quand les bois ont été déclarés sûrs de nouveau, mon amie et moi avons décidé d’essayer de faire une randonnée jusqu’à l’endroit où le feu s’était déclaré. Nous n’avons pas dit à nos parents où nous allions, et c’était plutôt excitant de se dire qu’on leur désobéissait comme ça. On s’est frayé un chemin sur environ trois kilomètres, et on a commencé à voir des arbres brûlés et d’autres trucs. Je me rappelle que mon amie a été vraiment chamboulée parce qu’on a trouvé le squelette d’un cerf roulé en boule sous un arbre, et j’ai presque dû la tirer en arrière. Elle voulait l’enterrer, mais je ne voulais pas qu’elle y touche parce que ses bois étaient bizarres. Je ne me rappelle pas pourquoi, je me rappelle juste avoir pensé qu’il y avait quelque chose qui clochait avec eux et que je ne voulais pas qu’elle ou moi nous approchions. 
    Plus nous allions loin, plus ce qui nous entourait était brûlé. Au bout d’un moment, il n’y avait plus d’arbre debout, et ça donnait l’impression d’être sur une autre planète. Presque rien de vert, juste du marron et du noir partout. On était plantées là, en train de regarder tout ça, quand on a entendu quelqu’un crier au loin. J’ai paniqué car j’ai cru que c’était mon père, et qu’il allait me dire que j’étais punie. Mon amie m’a lâchée et est partie se cacher derrière un gros rocher, parce qu’elle a dit qu’elle ne voulait pas qu’on la trouve ici. Ses parents lui avaient interdit d’aller dans les bois tout court, et elle avait menti en disant qu’on allait regarder un film. Je l’ai suivie, et on a continué à écouter. Je pouvais entendre que la voix s’approchait, et j’ai réalisé que c’était des appels à l’aide. J’ai pensé que c’était peut-être un randonneur qui s’était perdu et qui avait besoin qu’on le raccompagne en ville. Ça arrivait tout le temps, alors j’avais l’habitude d’aider les gens à repartir. 
    J’ai entendu qu’il suivait ma voix, donc j’ai continué à l’appeler jusqu’à ce que je le voie courir au loin. Il s’est approché et j’ai pu voir que son visage était tout rouge. J’ai dit à mon amie de me donner son sac, parce qu’elle avait un kit de premier secours. Elle a fait un bruit comme si elle était écœurée, et m’a demandé si j’avais vu son visage. Je lui ai dit de se taire, et ai trottiné à la rencontre de l’homme. Je me suis arrêtée presque à mi-chemin et quand il s’est arrêté, je pouvais voir que son nez, ses lèvres et une partie de son front avaient disparu. C’était comme si on les avait découpés nettement. Il saignait abondamment, et j’ai vu que les genoux de son pantalon étaient aussi rouges. J’ai fait un pas en arrière, mais j’avais trop peur pour pouvoir beaucoup bouger, et il a attrapé mes épaules. J’ai eu l’impression de recevoir un choc électrique, et il a brusquement reculé. Il a commencé à bredouiller, et je n’arrivais pas à comprendre ce qu’il disait, à part qu’il demandait depuis combien de temps il était parti. Il m’a demandé où était « son unité », mais j’ai simplement secoué la tête. 
    Il m’a regardée de haut en bas, puis il a vu mon Walkman et s’est mis à crier. Il continuait de bredouiller et de toucher son visage, et j’ai réalisé qu’il ne portait pas les bons vêtements. Il avait une sorte de veste grise en tissu et presque un pantalon de cérémonie, et la veste avait des boutons bizarres et des bordures rouges. J’ai continué à secouer la tête et lui ai dit que je ne comprenais pas ce qu’il racontait. Je suis allée ouvrir le kit de premier secours mais il a encore crié et a dit la seule chose que j’ai vraiment compris : « Ne me touchez pas ! Vous allez m’y faire retourner ! » Après ça, il s’est enfui, et je pouvais entendre ses cris pendant sa course. Quand je ne l’ai plus entendu, je me suis retournée, et mon amie pleurait. Je me suis juste encore retournée et ai commencé à prendre le chemin de la ville. Elle n’a pas arrêté de me demander ce qui s’était passé et qui c’était, mais je n’ai rien répondu. Quand on est arrivées, je lui ai dit que je ne voulais plus jamais jouer dans les bois avec elle. Nous sommes toujours amies, mais on ne parle jamais de cet homme. Jamais. »


Je ferai une autre mise à jour dès que je pourrai. Je suis très contente que vous continuiez à me soutenir !

Traduction : Magnosa

Source
Partie 1
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 6 (à venir)
Partie 7 (à venir)
Partie 8 (à venir)

28 commentaires:

  1. Vous pensez qu'ils avaient quoi les bois du cerf ? Ça me taraude ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si ça avait pas un rapport avec les escaliers (genre ils étaient en forme d'escalier ou un truc du genre...).

      Supprimer
    2. Tout ce qui touche aux événements paranormaux de cette pasta on l'air d'être faux; une pale copie de la réalité: semblant de respiration, mauvais habits, faux bois,.... c'est étrange.

      Supprimer
    3. Non mais les mauvais habits c'est parce que le gars était habillé en soldat de la secession

      Supprimer
  2. D'accord... je vais peut être passer pour un con mais c'est pas grave, c'est la première fois que j'aime une pasta sans savoir qui est " l'agresseur" à moins que personne ne le sait et que le but de la pasta est de faire poser cette question au lecteur, je voudrais bien savoir la réponse si quelqu'un sait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JE pense pas qu’il y ai d’agresseur, car les histoires racontes sont celle d’officier du SAR (et j’ai entendu dire qu’elles étaient tiré d’histoires vrai). À mon avis c’est un grand mystère que toute les histoires ont en commun. En attente de la futur traduction. En bref pas d´agresseur.

      Supprimer
    2. D'accord merci de ta réponse mais purée si c'est une histoire vrai... la personne qui a vécu ça doit être choquer à vie.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. C’est pas une histoire vrai mais beaucoup d’histoire raconte ici sont des histoires tiré d’histoire vrai de SAR...

      Supprimer
    5. Dakji donc de ce que tu me dit c'est que cette histoire là peut être fausse, tandis que la majorité ou minorité des histoires SAR peuvent être vrai?

      Supprimer
  3. Moi ça me fait énormément pensé à la fondation SCP toutes ces histoire.

    RépondreSupprimer
  4. Décidément, j'adore cette série ! Merci !

    RépondreSupprimer
  5. Il est où Rabadu ? Putain je suis en train de me branler rien qu'en pensant a lUUUUUIIIIII AAAAAAAAAAAAAHOOOOOUIH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que je manque à mes fans, mais contrairement à beaucoup de gens sur ce site, j'ai une vie sur le coté.

      Supprimer
    2. Non c'est bon Rabadu pour le bien de ce site, et des fans du site tu peut dispenser et ramène ton compte anonyme avec toi, et jusqu'à ce que tu soit mâture intérieurement.

      Supprimer
    3. Contrairement à toi, je ne crée pas 10 comptes différents pour tenter de me clasher.

      Supprimer
    4. "Entrain de me branler rien qu'en pensant à lui" donc soit l'anonyme est con mais à un point irrécupérable soit tu est très très con, comment peut t'il se branler alors que vous vous connaissez pas en vrai? Si ça se trouve tu doit être un gamin de 15 ans boutonneux, et puis ferme là un peu tu connais pas la vie des gens qui sont sur ce site, mais on a une vie plus passionnante que la tiennent et ça c'est un fait. Et je suis l'anonyme qui t'a répondu le 5 octobre et non je ne me cache pas derrière divers compte j'assume mes propos pauvre gosse.

      Supprimer
    5. Ton manque de confiance en toi te trahi par ces lignes si mal rédigées de ta part, mon enfant.

      Supprimer
    6. @Anonyme non tu te caches derrière l'anonymat pour clasher un pseudo dans une chaîne de commentaire dans un univers virtuel, ce qui est encore pire en fait, et je doute fort que ce soit le reflet d'une vie "passionnante"... C'est bien de critiquer Rabadu, mais si c'est pour l'attaquer alors qu'à la base il n'a rien demandé, vous valez pas mieux que lui. Et c'est pas comme ça qu'il va s'arrêter...

      Supprimer
    7. @un passant, toi je t'aimes bien gars, mais la question qui plane chez les autre est: "Est-ce un second compte de Rabadu?" Mais je vais vous en posez une meilleure:"Rabadu a t-il plus de deux comptes actifs sur la page?"

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Les Bronies sont une espèce éteinte.

      Supprimer
  7. cette Creepypasta est une des rare qui me donne vraiment des frissons, elle n'a pas finis de me surprendre. Vivement la suite !

    RépondreSupprimer