Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 25 juin 2017

L'easter egg Kostnica

Le texte que vous allez lire est tiré du site fmolympia.net, un forum de fans de Football Manager. Le site n'existe plus aujourd'hui, mais vous trouverez des traces de son existence si vous cherchez fmolympia sur Google.

La raison pour laquelle j'ai gardé ce texte est que j'avais appris la fermeture prochaine du site il y a plus de deux ans, et je voulais compiler les "meilleurs moments" du forum. Et ce texte en fait en quelque sorte partie.

Une petite précision avant de commencer : à la base ce post contenait des images dont j'avais sauvegardé l'URL, mais l'hébergeur (noelshack) les a supprimées depuis. ^

"Salut mes coquines, votre serviteur Jérémy est de retour, pour vous jouer un mauvais tour Et ce topic n'est absolument pas une tentative de faire oublier mon lamentable échec sur le topic des pronostics de la Ligue 1...hem...
Bon sans déconner : comme vous l'avez peut-être lu dans le titre, aujourd'hui je vais vous parler d'un easter egg dans Football Manager 2012.
et 
PUTAIN 
quel EASTER EGG ! 
Alors oui je sais, FM n'est pas réputé pour ça, et de toute façon vu sa communauté de joueurs, un truc caché ne le reste généralement pas longtemps. Mais là, je pense que j'ai découvert un truc inédit.
Vous vous souvenez peut-être de Soccer AM, un club paumé en Angleterre qui ne contenait que des joueurs au nom plutôt fun, des photos de mecs vraisemblablement pas sportifs, et même des joueurs féminins. Je vous renvoie vers le topic qui parle du sujet ; pour faire court, cet easter egg était un clin d'oeil plutôt amusant à une émission de télé en Grande Bretagne.
Hé bien là, c'est du même acabit. Accrochez-vous, et découvrez avec moi le merveilleux club de Kostnica !
Alors en revanche je vous préviens : Kostnica, ce n'est pas très drôle. Je pense qu'il s'agit d'un jeu de piste, une énigme un peu étrange, ou un truc du genre. Mais c'est clairement moins drôle que Soccer AM, d'ailleurs je n'ai toujours pas trouvé à quoi cet easter egg faisait référence. Mais on y reviendra.
Kostnica est un club polonais. Comme Soccer AM, ce club ne participe à aucune compétition, ne fait aucun transfert, BREF, il n'interagit pas du tout avec les autres équipes du jeu. Kostnica est juste caché dans la liste des clubs de Pologne. Cependant on le remarque assez vite à son logo : une croix huguenote, au format radicalement différent des logos des autres clubs.
C'est un premier détail, mais la suite est étonnante. Le club a aussi des joueurs.
BEAUCOUP de joueurs...
Plus de 200 ! Et attention, pas des faux joueurs grisés ou des regens*, non non non, des vrais putain de joueurs rentrés dans la base de données du jeu, à la main ! Ça prouve que quelqu'un tenait à laisser des infos importantes dans la liste des joueurs, sinon il se serait pas fait chier à créer tout ça pour rien. La personne qui a fait cet easter egg a poussé le vice jusqu'au bout : chaque joueur a une date de naissance, des stats, une photo, une nationalité (90% du temps, ce sont des polonais, quand même)...
Tenez d'ailleurs, parlons-en des photos. D'habitude une photo de joueur dans FM, c'est le deuxième truc le plus dégueulasse du monde après la bouffe anglaise. Mais là, non. Les photos sont cleans, de bonne qualité, pas d'expression du visage ridicule, pas de coupe de cheveux extravagante...mais il y a un problème.
Non seulement les joueurs ne posent vraisemblablement PAS pour la photo, comme si ça venait d'une autre image qu'on aurait découpé, ou comme si on les avait photographié à leur insu ; mais en plus, la quasi-totalité des joueurs ont tout sauf le profil d'un joueur de foot. On trouve des vieux, des très jeunes, et même des filles. Comme à Soccer AM oui, mais là c'est plus varié.
Autre détail intrigant : certains joueurs n'ont pas de nom de famille. Ce dernier est remplacé par une série de "?????". Je ne sais pas si c'est un indice supplémentaire ou un bug, mais à mes yeux ça ne fait qu'épaissir le mystère.
Bon, d'accord, c'est très bizarre, mais ça ne s'arrête pas là ! Chaque "joueur" a aussi une date de naissance...mais ces dates ne font aucun sens. Le joueur le plus "âgé" est censé être né il y a 15 ans, mais certaines dates sont beaucoup plus récentes. Certains joueurs sont représentés par des photos de vieillards, et pourtant, ils sont censés avoir 2 ans et demi si on s'en réfère à leur date de naissance...
D'une manière générale, je pense que ces dates représentent autre chose que la vraie date de naissance des joueurs. Ça fait certainement partie du jeu de piste que le mec essaye de faire, mais moi, je n'y comprends rien.
C'est pour ça que je me tourne vers vous : tous ensemble, décortiquons cet easter egg et trouvons la solution, ce vers quoi elle nous mène. Apparemment, je suis le premier à avoir trouvé ce club, ils n'en parlent pas sur fmeurope ou fmbase, donc si on résout l'énigme avant tout le monde, on deviendra célèbres !"
*joueurs générés aléatoirement par le jeu


Ça, c'était le post de Jérémy. Maintenant je vais vous parler de ce qu'il s'est passé ensuite, de nos petites recherches personnelles, et de ce qu'on a trouvé.

Après ce post, le topic était rempli de réactions en mode "mais de quoi il parle cui-là" ou encore "tu déconnes Jérem". En effet, on a tous cru à un canular ou à un topic à la noix, car dans NOS versions de FM12, on ne trouvait pas le club.

J'ai contacté Jérémy via Steam, je lui ai demandé comment il avait fait un fake aussi réussi, mais lui me soutenait que ce n'était pas un fake, et qu'il n'avait rien trafiqué. J'avais des doutes, alors je lui ai demandé si, PAR HASARD, il n'avait pas installé un mod sur FM. Là, de fil en aiguille, il a fini par m'avouer qu'il n'avait pas acheté FM, mais qu'il avait téléchargé un crack.

Et c'est là qu'on a commencé à faire des découvertes intéressantes.

Le site d'où provient la version crackée de FM est chomikuj.pl, un site d'hébergement de fichiers dans la veine de MegaUpload, très fréquenté, mais où tout est uniquement en polonais. Aussi, tu dois être inscrit pour uploader des choses sur ce site, donc tu n'es pas totalement intraçable.

Jérémy a retrouvé la page du mec qui avait uploadé le crack de Football Manager. Apparemment, ce mec était spécialisé dans les versions piratées de jeu ; il avait aussi mis à disposition Burnout, Splinter Cell, et d'autres trucs dans le même style. Là, on a commencé à se demander si Kostnica n'était pas une erreur volontairement introduite dans la base de données pour empêcher les copies du crack (vous savez, comme les fausses villes sur certaines cartes pour gauler les plagiaires).

La page était toujours active apparemment, mais comme on ne comprenait pas grand chose à ce qui était écrit, on a utilisé Google Traduction pour nous repérer. C'est là qu'on a remarqué quelque chose qu'on aurait dû voir depuis le début. Quelque chose d'évident, mais qui m'a laissé pantois pendant quelques minutes quand on l'a découvert.


Là le délire devenait malsain. J'ai téléchargé la version crackée depuis chomikuj.pl puis, je suis allé chercher Kostnica. Cette fois, j'en avais le cœur net : ce n'était pas une blague de la part de Jérémy, il est trop nul en info pour faire ce genre de chose.

J'ai regardé la liste des joueurs et j'ai cherché, sur Google, les noms de certains d'entre eux, pour voir si ça nous avancerait. La plupart du temps, ça renvoyait des sites d'infos en polonais ou des pages Facebook...rien de concluant. Mais pour l'un d'entre eux, un certain "Krzysztof Olewnik", j'ai trouvé une page Wikipédia, et des photos, plein de photos.

http://pl.wikipedia.org/wiki/Sprawa_zabójstwa_Krzysztofa_Olewnika


D'après le peu que j'ai compris, c'est une victime de meurtre, rien que ça. Mais à partir de cette page Wikipédia, j'ai pu recouper les infos. Déjà, la photo dans le jeu correspond à une des photos que j'ai trouvées en tapant le nom du mec (celle que j'ai mis ci-dessus). Ensuite, la date de naissance du jeune homme, dans le jeu, est le 5 septembre 2003, ce qui correspond en réalité...à sa date de décès.

J'ai vérifié avec d'autres noms, et le peu que j'ai trouvé confirmait ma théorie : Kostnica contient les noms, les photos et les dates de décès de plus de deux centaines de gens...que je soupçonne, d'ailleurs, d'avoir tous été assassinés. Pour le coup, le club porte bien son nom, c'est une véritable morgue virtuelle.

Le mystère était donc partiellement résolu, mais plusieurs questions, encore aujourd'hui, restent sans réponse.

Notamment, on ne sait toujours pas qui est réellement le mec derrière tout ça, ni pourquoi il a ressenti le besoin de créer une liste de gens assassinés. Mon hypothèse est que Kostnica est l'oeuvre d'un geek polonais qui voulait rendre hommage à des gens morts tragiquement, cependant rien n'étaye cette thèse plus qu'une autre. D'après Jérémy, ce serait plutôt le tableau de chasse d'un tueur à gages, ce qui n'est pas impossible. Mais là non plus, pas beaucoup de preuves.

Si je poste ça ici, à mon tour, ce n'est pas pour nous faire aider dans nos recherches (qui sont au point mort depuis un moment), mais pour vous mettre en garde.

Vers la fin de la liste, on trouve plusieurs personnes dont la date de décès n'est pas encore passée à l'heure où j'écris ces lignes. Soit ma théorie est foiré, soit ça veut dire que leur mort est "prévue". Parmi ces gens pas encore morts, on trouve un petit groupe d'une dizaine de personnes qui ont toutes, exactement, la même date de décès.

Troublant ? Oui.

Surtout que dans ce petit groupe de gens, il n'y a que des noms français.




vendredi 16 juin 2017

Numéros maudits

Je travaille en tant que formateur dans le plus important réseau de télécommunication du monde, j'ai eu l'occasion de travailler dans différentes boites et dans différents pays et j'ai eu l'occasion de me forger une solide expérience ainsi qu'une solide réputation, je dois vous avouer que je suis connu pour ma fiabilité et mon sérieux, je ne dis pas ça pour vous vendre quoique ce soit, mais pour essayer de vous faire prendre conscience que je ne me permettrais pas de vous divulguer ces informations si ce n'était pas important.

Dans une boite de télécommunication, on est amenés à ouvrir et fermer des lignes, c'est généralement rapide et toujours efficace, du moins presque toujours, certains numéros refusent tout simplement de disparaître.
Les numéros que je vais vous présenter ne sont pas des numéros pour le "fun" comme cela peut être le cas pour le numéro du jeu Five Night At Freddy's 1-(701)347-1936 que vous pouvez appeler pour frissonner sans risques, mais des numéros entourés de mystère et de récits concordants à propos des entités qui vous décrocheront voir même... Qui vous appelleront. Le point commun de tous ces numéros est qu'il n'y a pas de trace de la création de ces lignes auxquelles ils sont rattachés et que nous sommes toujours à la recherche d'un moyen de les couper, de plus certains de ces numéros n'apparaissent pas sur les factures téléphoniques.

Attention : Dernier avertissement avant que je ne vous les donne, je vous les livre pour vous prévenir, ne vous avisez pas de les appeler ou de décrocher à leur appel, la liste des personnes disparues après être entrées en contact avec ses numéros est juste trop longue pour prendre des risques.

1 : 666-666-6666 où 1-666-666-6666

Depuis des années des gens signalent recevoir des messages effrayants provenant de ces numéros, l'associant au diable dans leurs témoignages et indiquant dans certains cas qu'il n'apparaît pas sur leur facture.

Voici un de ces témoignages : "On rentrait à la maison en voiture une nuit, quand un de nos amis a reçu un appel sur son téléphone qui indiquait (666) 666-6666. Il n'a pas décroché et on a même commencé à plaisanter sur le fait que le diable l'appelait depuis une cabine téléphonique de l'enfer, puis quelques minutes après l’icône d'un message vocale est apparu sur son téléphone.
C'était le son le plus bizarre que j'ai jamais entendu, on aurait dit une espèce de voix dissonante avec plein d’interférences, on arrivait à peine à reconnaitre certains mots, mais ils ont suffi à nous glacer le sang, puis le message vocal s'est supprimé de lui même et plus bizarre, il n'y a jamais eu de trace de ce numéro sur sa facture.

2 : 999-9999

Selon certaines légendes urbaines en Thaïlande, 999-9999 est un numéro maudit, si vous l'appelez et faites un vœu, il se réalisera, mais quoiqu'il arrive vous mourrez après coup dans un horrible accident.

3 : Les chiffres rouges

Depuis l'apparition de la couleur sur les téléphones, des chiffres rouges lors de certains appels ont été signalés, vous ne pouvez pas appeler mais faites bien attention, au Pakistan des campagnes de prévention sont effectuées pour éviter que les gens ne décrochent à l'appel de ces "numéros maudits" ou "appels mortels".
Apparemment, si vous y répondez, vous entendrez un signal haute fréquence qui déclenchera une hémorragie cérébrale et vous fera mourir instantanément, des douzaines de cas ont déjà été signalés.

4 : 090-4444-4444

Ce numéro est connu au Japon comme étant le "numéro de Sadako", si vous l'appelez, vous êtes censés pouvoir entendre des bruits inquiétants, il est dit que quiconque appelle ce numéro meurt dans la semaine dans un accident.

5 : 0888-888-888

En Bulgarie, on dit que quiconque se voyant attribué ce numéro maudit meurt dans d'horribles circonstances, son premier propriétaire est mort d'un cancer quasiment instantané tant il a été foudroyant, le deuxième s'est pris une balle dans la tête en pleine rue et le troisième a subi le même sort, alors en formation chez Mobitel à l'époque et sous pression, nous avons du cessé d'attribuer ce numéro.
Depuis ce jour, toute personne tentant d'appeler ce numéro entend un message pré-enregistré signalant qu'il n'est pas attribué.

6 : 666

Dans les pays occidentaux et plus précisément aux USA, selon ce que l'on peut en voir sur youtube, des légendes urbaines concernant le numéro 666 circulent, il est dit que si vous l'appelez, c'est le diable en personne qui vous répondra.
Beaucoup de personnes signalent avoir essayé d'appeler ce numéro, mais les résultats ne sont jamais les mêmes, certains disent qu'il ne se passe rien, d'autres qu'ils entendent la berceuse de leur enfance quand d'autres encore disent avoir entendu l'enfer lui-même.

7 : 1(207)404-2604

Quand vous appelez ce numéro, un numéro différent vous rappelle trois fois en laissant des messages effrayants, le premier sont des cris désespérés, le deuxième une chanson glauque et le dernier des chuchotements.

8 : Appeler les morts

Des enfants des années 70 en Grande-Bretagne ont tous fourni des témoignages concordants à propos d'un numéro que l'on pouvait appeler gratuitement à partir de cabines téléphoniques, quand on l'appelait, on pouvait entendre sans arrêt "aidez-moi, aidez-moi, Susie est en train de mourir".

Voici certains de ces témoignages : "En 1975, à l'âge de 9 ans, certains de mes amis avaient insisté pour que l'on s'entasse dans une cabine téléphonique et que l'on appelle un numéro gratuit composé de 0, de 1 et de 2, il y a eu une tonalité, puis on a entendu une voix sans vie dire "aidez-moi, aidez-moi, Susie est en train de mourir" encore et encore, parfois la voix disait "aidez-moi, aidez-moi, Susie est en train de se noyer", c'était toujours la même voix vide. "

"Je me rappelle rentrer avec d'autres enfants dans une cabine téléphonique, pour entendre l’étrange message "Susie est en train de mourir", je ne me souviens plus du numéro."

"Je me souviens de l'horrible voix de quand j'étais petit et qu'on jouait avec les cabines téléphoniques, selon ce dont je me souviens, on mettait une pièce dans le téléphone et on composait le 20 20 20 20 et la voix de l'autre côté était distordue mais audible et disait "aidez-moi, aidez-moi, Susie est en train de mourir", ce qui nous faisait toujours prendre nos jambes à nos cous. "

vendredi 9 juin 2017

Prière du soir

Ma petite fille est très pieuse. Depuis sa plus tendre enfance, sa mère et moi l'avons orientée vers la foi en Dieu et lui avons donné une éducation catholique. De ce fait, tous les soirs, elle fait sa prière avant d'aller se coucher. Un simple notre Père, suivi de ces quelques mots :


"Mon Dieu, veillez sur ma maman et mon papa." 


Mais, alors que j'allais entrer dans sa chambre pour aller lui souhaiter bonne nuit, un soir, elle était en pleine prière. J'ai attendu un peu devant la porte qu'elle finisse pour ne pas la déranger. L'habituel notre Père, puis, les quelques mots habituels. Enfin, pas cette fois. Quelque chose avait changé :


"Mon Dieu, veillez sur ma maman et mon papa. Et accueillez mon tonton près de vous." 


Je suis rentré et je lui ai demandé pourquoi elle avait parlé de son oncle dans sa prière. Elle m'a juste répondu qu'elle ne savait pas, ça lui était venu comme ça. Je n'avais pas insisté plus que ça, mais le lendemain matin, on a retrouvé le frère de ma femme mort chez lui. Foudroyé par une crise cardiaque.
J'ai immédiatement fait le lien avec la prière de ma fille de la veille, mais ça ne pouvait être qu'une coïncidence. Alors j'ai gardé tout ça pour moi.
Pendant la semaine qui a suivi, j'ai écouté à la porte de la chambre de ma famille ses prières, et, Dieu merci, elle ne disait que les mots habituels. Enfin, jusqu'à la semaine dernière, où, à nouveau, elle a ajouté quelque chose :


"Mon Dieu, veillez sur ma maman et mon papa. Et accueillez mon papy près de vous." 


Comme mon beau-père était déjà mort, j'ai immédiatement téléphoné à mon père pour lui demander si tout allait bien. Il m'a assuré que oui, il se sentait en pleine forme, et qu'il était content que je m'inquiète pour lui. J'étais soulagé de voir qu'il n'avait rien qui laisserait présager à une mort imminente, mais je n'ai quand même pas dormi de la nuit.
Le lendemain, mon téléphone a sonné très tôt. Mon père était décédé durant la nuit. D'une crise cardiaque. Je n'en revenais pas... Ce n'était donc pas une coïncidence. Ma fille pouvait prévoir la mort d'un proche. Je ne savais pas par quel miracle ou malédiction. La mort de mon beau-frère, ainsi que celle de mon père, m'avait profondément choqué. Je n'ai parlé de la capacité de ma famille à personne, de toute façon, personne n'allait me croire. Je n'en ai même pas discuté avec elle, ma fille ne savait sans doute pas la portée de ses paroles.
Puis, avant hier, alors que je faisais ma prière avec elle, elle a de nouveau recommencé.


"Mon Dieu, veillez sur ma maman. Et accueillez mon papa près de vous." 


Je l'ai regardée avec de grands yeux ébahis. Les larmes ont coulé le long de ma joue. Ma fille m'a demandé ce qu'il n'allait pas. Je l'ai serrée dans mes bras en lui disant que ce n'était rien, avant de la mettre au lit.
Je me suis préparé cette nuit-là, j'ai fait la paix avec moi-même. J'ai vécu une vie honorable, pieuse. Je savais que c'était le paradis qui m'attendait. J'ai fait mes adieux à ma femme, à ma fille, sans leur révéler mon destin imminent . J'ai passé la nuit à prier... et je me suis finalement endormi. Pour me réveiller le matin, frais comme un gardon.
Je n'étais pas mort ! Peut-être que mes prières m'avaient sauvé. Je remerciais Dieu, et j'embrassais ma femme, qui était toute blême.
Je lui ai demandé d'un ton jovial :


"Et bien, qu'as-tu ? On dirait que tu as vu un fantôme !". 


Elle m'a répondu, d'une voix triste :


"J'ai quelque chose à te dire... Quelqu'un a appelé ce matin. Ton frère est mort d'une crise cardiaque cette nuit..."


mardi 6 juin 2017

Le challenge de la baleine bleue

Depuis un peu plus d’un an, en Russie, un jeu assez sombre fait parler de lui, sans qu’il soit possible d’obtenir autre chose que des informations plutôt floues à son sujet. Il s’agit du siniï kit (синий кит), le challenge de la baleine bleue. Jusqu’à récemment, il a été difficile de savoir s’il ne s’agissait que d’un canular destiné aux jeunes en manque de sensations fortes, ou d’un véritable jeu tordu. Lorsque les premiers corps liés à cette pratique ont été découverts, les autorités ont dû se rendre à l’évidence et commencer à mener l’enquête.

Le principe du challenge est très simple : chaque jour, votre tuteur vous soumet un défi, que vous devez absolument réaliser. Les premiers peuvent être très simples (cela dépend bien sûr de qui vous les envoie), comme faire un simple dessin d’une baleine bleue ou publier des messages dépressifs sur les réseaux sociaux. Plus vous avancez, plus les défis se corsent : le dessin de la baleine bleue ne sera plus sur une feuille de papier, mais taillé dans votre chair. Les derniers défis ont pour objectif de vous préparer au 50e jour, celui de votre mort.

Il n’y a aucune échappatoire possible. Dès le moment où quelqu’un lance le jeu, en Russie en publiant « ya v igrè » (я в игре), soit « je joue », suivi des hashtags adéquats, un tuteur se manifeste très rapidement, et il ne reste alors plus que 50 jours à vivre à cette personne. Abandonner n’est pas permis. On a retrouvé des conversations sur les comptes de certaines victimes où, après avoir tenté de mettre fin au challenge sans aller au bout, leur tuteur avait menacé leur famille et leurs amis, en leur fournissant des informations très précises sur leur identité, l’endroit où ils se trouvaient ou encore des lieux où ils se rendaient tous les jours. Il est probable que cela ait été une motivation suffisante pour accomplir le dernier défi, même si les circonstances de certaines morts restent assez floues. Mais les cas de résistance constituent une minorité, comme vous allez rapidement le comprendre.

Il n’y a presque aucune information sur les fameux tuteurs, mis à part les spéculations des médias. La seule exception étant le concepteur même du jeu, qui a été retrouvé et est accusé d’avoir poussé 16 jeunes filles au suicide. Il est actuellement retenu dans une prison à St Petersburg. Ce qui est étrange à son propos, c’est qu’il reçoit des dizaines de lettres d’amour de jeunes filles, certaines lui donnant même leur adresse. Il semblerait que le phénomène soit étendu à la plupart des victimes, toutes celles n’ayant pas été stoppées à un stade précoce du challenge faisant preuve d’une dévotion aveugle à l’égard de leur tuteur. Si leur fragilité psychologique a rapidement été établie, les méthodes employées pour parvenir à ce résultat n’ont pas encore été découvertes.

Interrogé sur ses actes, le créateur du jeu s’est montré relativement inquiétant : « Bien sûr que je l’ai fait (ndlr : pousser des jeunes aux suicides). Ne vous inquiétez pas, vous allez tout comprendre. Tout le monde comprendra. Ils sont morts heureux. Je leur ai donné tout ce dont ils manquaient : de la chaleur, de la compréhension, des liens. » Dans d’autres témoignages, il déclarait qu’il débarrassait la société de « déchets biologiques », et qu’il pensait « nettoyer la société ». Il semble satisfait de son œuvre, car malgré sa détention, le nombre de suicide n’est pas en baisse.

Il est difficile de savoir qui sont ses complices, si tout un réseau organisé se cache derrière le challenge, ou si n’importe qui peut décider du jour au lendemain de pousser des jeunes gens au suicide. Quoi qu’il en soit, le jeu semble s’étendre, car s’il était il y a encore quelques mois restreint à VKontakte, le Facebook russe, les services de police européens se sont déclarés inquiets de sa propagation, notamment en Grande-Bretagne. Des articles en espagnol, en français ou en turc sont également trouvables sur la toile, laissant penser que le phénomène est déjà présent chez nous.

Ce message n’est pas une blague ou un texte destiné uniquement à vous faire peur. Surveillez bien vos amis pour voir s’ils ne se comportent pas bizarrement, car ils pourraient être en danger de mort. Le nombre de corps ne cesse d’augmenter, et il est impossible de savoir de quoi les gens qui se cachent derrière ça sont réellement capables. Et n’oubliez pas, ça peut arriver à n’importe qui. Mon frère vient juste de publier « je joue » sur son mur Facebook. 


vendredi 2 juin 2017

Mémoires d'un soldat

[Extrait d'une interview d'un militaire à la retraite, en vue d'une publication dans un journal local]


J'ai eu une longue vie, et pendant celle-ci j'ai vu beaucoup de choses qui sortent de l'ordinaire, mais si je ne devais en citer qu'une, c'est celle qui s'est passée en Indochine, pendant la guerre. 
Notez bien ce que je vais vous dire, car en parler fait ressurgir de terribles souvenirs, donc je ne répéterai pas deux fois mon histoire.


J'avais cru ne plus jamais connaître les horreurs de la guerre après notre victoire contre les Allemands en 45, mais j'ai été appelé pour partir en Indochine française, qui correspond maintenant aux actuels Laos, Vietnam et Cambodge. Le conflit faisait rage là-bas, et la France avait un intérêt à garder cette colonie. Elle a donc envoyé des soldats sur place, même s'ils subissaient encore le contrecoup de la seconde guerre mondiale. Et j'étais dans le lot.


J'avais un peu d’expérience, en tant que soldat. Les précédentes guerres m'avaient forgé un corps robuste et un mental solide. Même si je n'étais pas dupe : cela ne me serait d'aucune utilité face aux balles. Cette expérience, j'essayais d'en faire profiter mes camarades, et j'en suis assez fier, car ça nous a permis de nous sortir de situations désastreuses plus d'une fois.
C'est en 1953 que j'ai vécu ma plus grande manœuvre militaire. Le 20 novembre, pour être précis. La France avait décidé de lancer une vaste opération aéroportée afin de s'emparer de la plaine de Diên Biên Phu. Celle ci portait le doux nom d'Opération Castor.


Alors que la bataille faisait rage, j'ai eu pour mission de contourner les ennemis et de les attaquer par le flanc. Nous étions une petite escouade, et, étant le plus haut gradé, je donnais les ordres. Nous nous sommes engagés dans une forêt qui longeait la plaine. La mission était simple : avancer furtivement par la forêt, puis attaquer les troupes ennemies par le coté, donnant ainsi un avantage non négligeable à nos troupes. 


Tout se passait bien, personne ne nous avait pour le moment repéré, jusqu'à ce je voie la tête de mon camarade Jean exploser. Il s'était pris une balle en plein milieu du front, faisant gicler son sang et des bouts de cervelle un peu partout. Bien sûr, comme c’était la première guerre de certaines recrues qui n'avaient jamais vu la mort d'aussi proche, au lieu de s'abriter rapidement, il se sont enfuis, malgré mes ordres. Les cons, il se sont tous fait plomber les uns après les autres.
Pour ma part, je savais ce à quoi nous avions affaire. Le bruit des coups de feu était toujours identique, et venait du même point, en hauteur.
Nous avions en face de nous un sniper. Et un bon, de surcroît.


La stratégie était pourtant simple : Le canarder pour l'obliger à s'abriter, pour pouvoir se déplacer et le prendre par surprise. Mes gars savaient ce qu'ils avaient a faire, et ont donc entrepris un tir de barrage pendant que j'essayais de m'approcher du sniper. Cette stratégie était la plus efficace, mais pourtant, elle a causé de grandes pertes parmi mes hommes. 


En effet, on aurait dit que le sniper ennemi ne s'abritait jamais malgré les rafales de tirs. Dès qu'un de mes hommes levait la tête pour lui tirer dessus, il se prenait un tir dans la tête. La précision de ce sniper était vraiment hors norme. Pour ma part, j'avais réussi à me faufiler jusqu'à l'ennemi, et quand je l'ai vu, j'ai été très surpris.
Notre fameux sniper était un cadavre en décomposition. Il n'avait presque plus de peau sur les os. Il était allongé sur le ventre, et dans ses doigts squelettiques se tenait un MAS 49, qui était un fusil semi-automatique français, équipé d'une lunette de grossissement. Je n'étais pas au bout de mes surprises, car celui-ci avait également un semblant d'uniforme de l'armée française. Même s'il était déchiré de partout, j'avais bien reconnu l'écusson sur les épaules, qui était encore en place.


Mais je ne me suis pas trop attardé sur les détails, car je n'étais pas dupe, j'avais déjà vu ça ailleurs. C'était un leurre, un piège. Le vrai sniper devait avoir mis le corps d'un de nos soldats ici pour attirer nos troupes sur lui, et pouvoir les canarder d'un autre endroit.
Je devais donc faire vite, car j'étais tombé tout droit dans la gueule du loup, il me fallait trouver un abri. Alors que je me retournais pour me cacher derrière un rocher, j'ai senti une vive douleur au torse. Je m'étais pris une balle dans le dos, qui m'avais traversé le corps.


Je me suis retourné, et c'est là que je l'ai vu. Le squelette du soldat français. Il me faisait maintenant face, et me regardait de ses orbites vides. Son doigt décharné était sur la détente, et de la fumée sortait du canon de son fusil.


Ce n'était pas un leurre. C'était lui, le tireur. 


Je ne sais par quel maléfice les ennemis avaient permis au cadavre d'un de nos soldats de revenir à la vie et d'obéir à leur ordres, mais j'avais la preuve devant moi que cela existait bel et bien. Après m'avoir regardé quelques secondes, le squelette a repris sa position initiale, tandis que je m'étais écroulé sur le sol.
Si je ne l'avais pas vu bouger en premier lieu, c'est parce qu'il avait fini son travail de l'autre coté. Tous mes hommes étaient morts. Certains avaient la tête explosée, d'autres s'étaient vidés de leur sang après avoir reçu une balle dans le cœur. Je me suis dis que j'avais beaucoup de chance de ne pas avoir reçu la balle en pleine tête, mais que j’étais quand même mal barré. La balle était ressortie et n'avais pas touché d'organes vitaux, donc j'avais peut être une chance de m'échapper en comprimant ma blessure.


Le tireur semblait ne plus faire attention à moi, alors j'ai rassemblé mes dernière forces pour fuir cet endroit. Alors que j'étais parvenu a quitter la place, je me suis retourné une dernière fois pour voir mes collègues tombés sur le champs d'honneur, afin de ne jamais les oublier. Et pour le coup, je ne les ai jamais oubliés, pour sûr !


Mes hommes, que j'avais vu mourir au combat quelques minutes plus tôt, étaient tous en train de se relever. Même ceux qui n'avaient plus de tête. Tels des marionnettes désarticulées, ils se mettaient en position de tir, comme le squelette. Eux aussi gardaient maintenant cette position pour le compte de l'ennemi. C'était du délire. J'ai quitté les lieux le plus vite que j'ai pu, et j'ai eu de la chance de tomber sur un médecin en cours de route. C'est grâce à lui si je suis là a vous raconter mon histoire aujourd'hui.


Le lendemain, j'avais tout raconté à mes supérieurs, mais évidemment, ils ont pensé que c’était ma blessure et le choc d'avoir perdu mes camarades qui m'avait fait délirer, et ne m'ont pas cru. Le soir même j’étais dans l'avion qui me ramenait au pays.


Je n'ai jamais eu de nouvelles de cette histoire, ni de mes camarades. J'ai fait quelques recherches, une fois remis de mes blessures, pour voir si d'autres soldats avaient vu ces choses sur le champ de bataille, mais il faut croire que la précision et la ténacité de ces soldats morts-vivants n'a pas laissé beaucoup de survivants pour qu'ils puissent témoigner. Il y a bien un groupe de soldats américains qui a dit avoir réussi à fuir ces monstres, mais ils ont tous été fusillés pour désertion. Certains prétendent que c'était une ruse de l'ennemi pour semer la peur dans le rang de nos soldats, afin d’affaiblir leur mental pendant les combats. Pour ma part je pense que les haut gradés étaient au courant, mais qu'ils ne voulaient surtout pas ébruiter l'histoire pour justement maintenir l’ordre dans les rangs et la motivation des soldats.


Enfin, croyez-le ou pas, si la France a perdu cette guerre d'Indochine, et si plus tard même les ricains s'y sont cassés les dents, ce n'est pas à cause de la connaissance du terrain des soldats du Viêt-Minh, ou autres conneries de ce genre.


Si on a perdu, c'est parce que nos soldats tombés au combat étaient rappelés de leur sommeil éternel pour tuer nos camarades.