Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

mardi 31 mai 2016

Hantises (Hauntings)

La première distinction à faire entre les esprits et les fantômes vus par les autres chercheurs, est que les fantômes sont liés à la Terre, tandis que les esprits seraient déjà passés de l'autre côté et sont libres de se déplacer entre les mondes. Ces deux types sont considérés comme des incarnés.

Spectres – Fantômes qui ressemblent énormément aux vivants, qui sont rarement considérés comme des fantômes jusqu'à ce qu'ils fassent quelque chose de mystérieux, comme traverser un mur.

1) Auto-stoppeurs fantômes – Selon de nombreuses légendes urbaines, fantômes interagissant avec les vivants en demandant à être pris en stop, et disparaissant mystérieusement avant d'arriver à destination. Ça arrive généralement le jour de l'anniversaire de leur mort.

2) Voyageurs fantômes – Fantômes se trouvant le long d'une certaine route, souvent après un accident mortel. Ils peuvent monter à cheval, ou être prêts à monter dans un avion ou un train. La plupart se manifestent le jour de l'anniversaire de leur mort.


Apparitions – Fantômes clairement connus comme étant des apparitions. Il en existe de nombreuses catégories :

1) Atmosphérique – Aussi connue comme une hantise résiduelle ou récurrente, apparition typiquement observée dans un lieu unique, répétant une même action encore et encore, souvent un acte relatif à un événement traumatisant.

2) Crise ou Lit de mort – Elle apparaît à la famille ou aux amis vers le moment de la mort. Selon Trent Brandon : « Ce sont des observations très communes, mais elles n'apparaissent presque jamais plus de quatre jours après la mort. »

3) Famille – Fantômes liés à une famille particulière, présageant souvent la mort et le désastre.

4) Objets hantés – Au lieu de hanter un endroit, un objet particulier est l'ancre d'un fantôme.

5) Apparition d'objet – Manifestation d'un objet fantôme pouvant être naturel ou manufacturé.

6) Photographiques – Fantômes n'étant aperçus qu'après qu'une photo soit prise et examinée. Elles PEUVENT inclure des orbes, du brouillard (ectoplasme), des vortex, des ombres et d'autres effets de lumière ou d'optique inhabituels. Beaucoup débattent sur le fait que ce soient des fantômes, des esprits ou des âmes. Il y a de nombreux enquêteurs et médiums qui ressentent comme une sorte d'empreinte spirituelle, énergétique ou autre.

7) Historiques – Apparitions similaires aux atmosphériques, sauf qu'elles ont pu être vues dans plus d'un lieu en faisant ce qu'elles avaient à faire. Elles n'interagissent pas, donc elles pourraient être classées dans la catégorie « localisation précise ». Habillées dans les habits typiques de l'époque, apparaissant souvent solides.

8) Récurrentes – Fantômes apparaissant à un certain moment ou anniversaire, souvent annuel.

9) Modernes – Apparitions similaires aux historiques, mais elles ressemblent plus aux personnes contemporaines.

10) Transportation – Aussi connues comme embarcations fantomatiques, elles sont souvent associées aux derniers moments de certains accidents tragiques. L'épave elle-même peut attacher de l'énergie de façon à devenir hantée. Certaines ne sont pas forcément reliées à un endroit, mais peuvent être vues n'importe où elles auraient été vues normalement durant leur existence pré-spirituelle. Le Hollandais Volant en est un célèbre exemple et généralement, en apercevoir un est un mauvais présage.

11) Mariales – Celles que certains croient être des apparences de la Vierge Marie. Elles peuvent aussi couvrir des caméos d'autres saints ou des figures religieuses / spirituelles.

12) Hors-corps – Les apparences d'une personne vivante étant en réalité ailleurs. Elles ne sont pas forcément malades ou mourantes, et peuvent être solides ou translucides. Certains demandent à la renommer OBE (Out of Body Experience) et peuvent donner des détails vérifiables quant à la localisation où elles ont été vues. Sûrement en relation avec le Voyage Astral.

13) Champ de bataille – Aussi connues comme champs de bataille volants, elles ressemblent à une reconstitution réelle de la guerre, mais sans que nous sachions pourquoi, elles apparaissent au-dessus du sol. De quelques pieds de hauteur à une centaine, dans certains cas.

14) Les dames grises – Les fantômes de femmes mortes dans la tristesse de l'amour ou d'une trahison. Elles peuvent être blanches, grises, ou noires.

15) Hantise classique – Aussi connues comme hantise d'entité, elles sont définies comme étant des fantômes interactifs qui ne rentrent pas dans une catégorie spéciale comme celles mentionnées ci-dessus. Elles peuvent être un fantôme, une apparition, une présence, ou des événements inexpliqués qui se déroulent dans certains lieux.

16) Spectres de cimetière – Aussi connus comme reliquats ou ombres, ils sont considérés comme des restes éthérés d'une personne subsistant après sa mort. Communément aperçus dans les cimetières quelques jours ou semaines après l'enterrement, ils sont effrayants mais pas dangereux. Apparaissant comme étant sombres, sous forme d'ombres, ils n'ont pas l'habitude de communiquer ou de parler. La légende veut que des gens aient été enterrés vivants dans de nouveaux cimetières pour former un gardien, connu comme un ankou.

17) Revenant éthéré – Une très rare, mais dangereuse créature morte-vivante qui se nourrit de l'énergie des vivants, c'est le vampire original de la légende. Il est plus détaillé dans le livre de John Greer : Monsters.

Voici deux des plus intrigantes et effrayantes hantises



1) Poltergeist – Aussi connu comme « esprit frappeur », c'est un type de hantise dont de nombreuses personnes affirment avoir fait l'expérience tout au long de l'histoire. Il est important de noter que chaque poltergeist est unique. Ces esprits sont capables de manipuler entièrement l'environnement qu'ils fréquentent d'une manière physique. Les interactions physiques qu'ils peuvent avoir avec l'environnement incluent d'une attaque physique, d'objets ayant été déplacés ou étant déplacés sans que l'on n'y ait touché, et même de graves cas de combustions considérées comme spontanées. On croit que si une adolescente est présente, il y a plus de chance qu'une activité poltergeist se produise.

2) Manifestation démoniaque – C'est particulièrement effrayant pour la personne qui le vit. Il n'y a absolument rien de bon quand on en vient aux esprits démoniaques. Naturellement, l'esprit qui hante dans ce type de hantise ne va pas être humain. Dans beaucoup d'exemples de hantises rentrant dans cette catégorie, il a été noté que les événements paranormaux étaient relativement faibles. Cependant, plus le temps avançait, plus les manifestations et autres types d'activités paranormales et inexpliquées croissaient. De minutieuses études de cas de manifestations démoniaques ont mené à conclure que ces types d'esprits aiment attaquer les gens présentant des faiblesses psychologiques et émotionnelles.


Signes de poltergeists et de hantises démoniaques


Il y a de nombreux signes de poltergeists et de manifestations démoniques. Ci-dessous sont listés les signes les plus communs associés à ces types d'esprits :

1) Beaucoup vont entendre des bruits inexplicables. Ces bruits peuvent comprendre des coups, des claquements et d'autres bruits similaires.

2) Beaucoup risquent de trouver des objets qui ont été déplacés de l'endroit où ils les avaient initialement mis.

3) Le fait de voir des objets, comme de la vaisselle, léviter et bouger au sein du lieu considéré comme hanté.

4) Des anomalies électriques, comme des lumières qui clignotent et des appareils s'allumant et s'éteignant, peuvent être vécues.

5) Les animaux peuvent commencer à agir bizarrement. Cela peut être de la peur ou de la colère envers quelque chose qui ne peut être vu.

6) Avoir la sensation d'avoir été touché ou d'être observé est un signe commun de poltergeist ou de manifestation démoniaque.

7) Si vous voyez des rayons lumineux, des ombres sombres, et d'autres signaux visuels dans le coin de votre œil, ça peut être une hantise.

8) Si vous sentez quelque chose qui est particulièrement étrange, ou que vous ne pouvez identifier, vous êtes peut-être sujet à un poltergeist ou une manifestation démoniaque.

9) Si vous avez des bleus et des griffures sur votre corps que vous ne pouvez expliquer, ça peut être un cas de hantise.

10) Voir une apparition indique définitivement un lieu hanté.

Conclusion

La présence de poltergeists ou d'esprits démoniaques peut être une expérience difficile à vivre pour les personnes qui y sont confrontées. Dans la plupart des cas, ces apparitions sont considérées comme étant intelligentes et manipulant leur environnement. Ça peut être une expérience terrifiante pour l'individu qui est hanté. Si jamais vous êtes confronté à une hantise, ou si vous vous intéressez simplement à l'étude des démons et des poltergeists, vous devriez vous renseigner autant que vous le pouvez.



Traduction : Terulan

Texte original ici. Pas vraiment une creepypasta cette fois, plutôt un petit article.

samedi 28 mai 2016

The Dionaea House (2/2)



de : Condry, Mark
date : Samedi 18 Septembre 2004, 7:59
sujet : re : mise à jour


Salut Eric,

On a du mal à se joindre, décidément. Quand tu m'as appelé, j'étais déjà dans l'avion, et quand je t'ai rappelé je suppose que tu étais retourné à l'hôpital. Je suis vraiment désolé d'apprendre pour Connie. Une idée de ce qu'elle a ? Intoxication alimentaire ? Autre chose ? Que disent les médecins ?

Je suis à Boise maintenant, ouais. J'ai chopé un billet au dernier moment, obtenu la veille. J'ai laissé ma voiture à l'aéroport George Bush à Houston. Jen a flippé quand je lui ai dit, et après elle a été vraiment laconique, elle disait que je devais faire ce qui me rendrait heureux, puis elle a raccroché. Me rendre heureux ? Bon sang.

Je ne connais personne en Idaho. Ça fait deux jours que je ne dors plus. Je paye tout avec ma carte de crédit, je sais pas comment je vais rembourser. Ma montre s'est arrêtée hier. J'ai une espèce de tintement dans l'oreille droite, ça s'en va et ça revient à intervalle régulier. C'est horriblement irritant. Je vais te dire ce qui me rendrait heureux : fermer les yeux et ne plus voir Andrew dans mon dos qui me fixe du regard.

> Qu'est-ce que tu vas faire une fois que tu seras là-bas ? Tu prévois
> de dire à la police ce que tu sais sur le rapport avec les Madson ? Tu
> crois que les Madson ont laissé quelque chose dans cette maison qui a rendu
> Drew cinglé, et qu'il les aurai tués tant d'années plus tard ? Sérieusement,
> c'est dingue.

Ouais, je ne sais pas quoi penser. Pour le moment c'est juste un lien. Ils ont vécu dans la même maison. Les Madson y ont été pendant 4 mois et demi, et Drew y était pendant 10 jours. Je n'ai aucune idée de que ça signifie.

Je t'envoie un email si j'ai une piste.

>j'ai l'impression qu'il faudrait passer par d'autres personnes,
>obtenir une aide extérieure. Ou celle d'un membre du FBI ou
> autre. Je ne sais pas si quelqu'un d'autre à réussi à
> faire le même rapprochement que toi, et c'est un élément important
>pour l'enquête. Est-ce que je peux donner ton mail et tes coordonnées
> à quelqu'un ?

J'ai pensé à ça, en fait je voulais te demander de le faire pour moi au début. Mais finalement je ne pense pas que j'obtiendrai le type d'aide dont j'ai besoin. Avouons-le, il y a pas mal de choses inexplicables dans cette affaire, et je vais éveiller l'intérêt de deux catégories de personnes : les dingos et les sceptiques. Les sceptiques ne me dérangent pas tellement mis à part que j'ai cette vision dans ma tête d'un gars appelant Jenny, appelant mes parents, appelant mon patron au travail, essayant de dépeindre l'image d'un mec qui a perdu la tête après avoir entendu que son ami mort est devenu cinglé. Je n'ai pas été totalement honnête avec Jenny ou mon superviseur au bureau, parce que ce n'est pas le genre de chose qu'on peut facilement expliquer. (Je me suis fait déclarer malade au boulot. J'ai dit à Jen que je me rendais à Bloise pour assister à une soi-disant veillée funèbre.) Je ne veux pas que ça me retombe dessus pendant que je cherche dans le passé d'Andrew.

Voilà ce que tu peux faire pour moi, par contre. Tu peux garder cet échange de mails comme preuve. Si quelque chose de fou arrive et que je suis en difficulté, utilise-le pour expliquer la situation à ma place. Envoie les mails à mes amis ou à ma famille. Peut-être que si ils les lisent, ils comprendront dans quoi je me suis embarqué.

Je sais que tu n'avais pas prévu d'hériter de ce travail. Je suis désolé de t'impliquer là-dedans. Mais j'apprécierais vraiment l'aide.

- Mark, de la terre des patates.




de : Condry, Mark
date : Lundi 20 Septembre 2004, 10:13

sujet : nouvelle piste

Mise au point :

J'ai appelé l'hôpital, celui qui a pris en charge Andrew en août, et je leur ai posé quelques questions bien précises sur ce qu'ils ont fait du corps d'Andrew. Qui l'a ramassé ? Est-ce qu'un ami ou un parent s'est montré ? La réponse était non. Mais il a été enregistré avec John et Lucy, et comme je me suis montré particulièrement insistant, l'interne m'a donné les noms des proches qui ont été appelés pour confirmer l'identité des Madson et pour arranger la livraison du corps pour la cérémonie funéraire. Le cousin de John vit ici. Je suis sur le point de partir et d'aller rencontrer Greg Archer (le cousin) et sa femme.

Je t'écrirai depuis l'hôtel.

-M



de : Condry, Mark
date : Lundi 20 Septembre 2004, 10:40

sujet : Les Archer

De retour.

C'était... Étrange. J'ai rencontré les Archer. Je sais ce que tu as dit, la dernière fois que je t'ai appelé, que je devais arrêter de mentir car ça va me poser des problèmes plus tard, mais je ne me sentais pas de dire que j'étais un ami proche du gars qui a tué le cousin de Greg. J'ai dit que j'avais connu les Madson quand ils étaient à Houston. J'avais à leur poser quelques questions dont tout le monde veut la réponse, sur ce qui leur était arrivé. J'ai prétendu que je n'avais plus entendu parler d'eux depuis qu'ils avaient quitté Houston.

Greg a fait presque toute la conversation. Sa femme Helen était sympathique avec son sourire ankylosé, mais elle n'arrêtait pas de chercher des moyens d'interrompre ma conversation avec Greg et de lui rappeler d'autres choses qu'il devait faire. Plus elle le faisait, plus j'encourageais Greg à parler.

Les Madson, d'après lui, avaient prévu de rester longtemps à Houston. John avait obtenu une mutation à Schlumberger Oil et espérait s'y installer. Mais les choses ont commencé à aller mal quand ils ont emménagé. Juste des petites choses qui s'accumulaient. Leur voiture se retrouvait sans cesse avec les pneus à plat. Lucy s'est cassé l'annulaire en fermant le lave-vaisselle. Ils avaient du mal à recevoir le courrier. Leur téléphone a été coupé quand ils n'ont pas payé la facture pendant deux mois ; une facture qu'ils n'avaient jamais reçue. Ce genre de choses.

Finalement il est arrivé quelque chose, mais Greg ne sait pas quoi. C'était assez pour qu'ils remettent la maison sur le marché. La même semaine, John a vendu tout le stock de son entreprise, a vidé son compte épargne, a démissionné, et a mis toutes ses affaires dans un grand camping-car. Lui et Lucy sont repartis dans leur nouveau camping-car et n'ont jamais regardé en arrière.

Ils ont conduit à travers le pays les cinq dernières années, en nomades. Lucy est tombée enceinte en 2002, mais elle a fait une fausse couche. Ils sont restés sur les routes. Greg pense qu'ils auraient continué de conduire à travers l'Idaho si le camping-car n'avait pas été cassé à cause d'un problème avec l'air conditionné. Greg a dit que John l'avait appelé à l'improviste et lui avait demandé si ils pouvaient rester à l'étage. Greg a aménagé la chambre de l'étage, et lui et Helen les ont accueillis dans leur maison pendant une semaine. C'était juste avant la fusillade.

C'est là que c'est devenu étrange.

Greg m'a emmené dans la chambre d'amis et a attiré mon attention sur une série de marques sur le tapis, juste en face de la porte du placard. Des traces de meubles, comme si il y avait eu quelque chose à cet endroit. Greg a dit que c'était la commode, celle qui était actuellement contre le mur opposé : ils s'en étaient servi pour barricader la porte pour la durée de leur séjour.
Il a aussi remarqué qu'ils gardaient la lampe de chevet allumée 24 heures sur 24, emmitouflée dans une couverture de laine.

Greg avait tant de questions, mais n'avait jamais trouvé la bonne façon de leur poser. Je pense que ça l'a un peu soulagé de m'en parler. Je ne suis pas son cousin, mais je suis quelqu'un qui l'a écouté et qui a admis que c'était bizarre.

J'ai quitté Greg et Helen sans me sentir mieux. Je me sens même encore plus mal maintenant. Je me sens comme quand on est vraiment mal avant d'être réellement malade. Je suis en train de trouver le lien qui unit toutes ces choses, je suis vraiment en train de trouver.

Je dois aller voir la police maintenant, n'est-ce pas.
C'est la première chose que je ferai demain matin. Je le promets, Eric.



de : Condry, Mark
date : Mardi 21 Septembre 2004, 2:21
sujet : (Aucun objet)

salut

je viens de voir ce truc sur discovery channel, probablement une rediffusion, je parie que tu pourrais tomber dessus un jour. tout sur les prédateurs naturels et tous ces trucs. vie sauvage. ouais, je me suis mis à regarder la télévision depuis que j'ai perdu le sommeil. peu importe, ils parlaient de cette plante, la dionée attrape-mouches qui attire les insectes curieux, et elle a ces poils sensoriels  ou quelque chose comme ça, il pose une patte dessus et vlan ! elle gobe l'insecte. juste comme ça. quelque temps plus tard, elle recrache le squelette de l'insecte et attend une autre victime. certaines plantes carnivores émettent même une odeur pour attirer plus de nourriture, a dit la voix à la télé. Son nom latin est dionaea muscipula.

alors je me demande si tout ça, tout ce truc avec la fusillade et l'article anonyme et houston et les empreintes de pas sur le tapis, si tout n'est pas fait pour m'attirer dans le piège de la dionée attrape-mouches, seulement le parfum n'est pas celui d'une sève sucrée, mais celui de la culpabilité. culpabilité pour toutes ces fois où j'étais avec drew et ne faisais rien. tu vois ce que je veux dire ? et je vole partout dans ce putain de pays et ma tête bourdonne d'informations et je crois que je me rapproche de la vérité mais en vrai je fais que chatouiller quelques poils invisibles et le sol est sur le point de s'écrouler sous mes pieds et de m'avaler dans cet endroit où nancy hughes et ken malone sont allés.

je vais aller prendre des somnifères. jespère que connie va mieux, mec. jen me manque. elle a le don de me faire sentir comme si j'étais à la maison juste par sa présence. je suis fatigué des motels. je suis désolé, eric je suis tellement désolé.

-m



de : Condry, Mark
date : Mardi 21 Septembre 2004, 12:15
sujet : où Andrew était

Eric ! Bingo.

Je suis allé à la police et j'ai demandé à parler au lieutenant Perez. Au lieu de cela, j'ai eu le détective Sokloff. Il a dit que c'était lui qui travaillait sur le cas Hughes à présent. Je suis plus enclin à penser qu'il est juste un intermédiaire pour Perez, au cas où je serais un cinglé. Peu importe, je lui ai dit à propos du lien entre Madson et Andrew, pour voir si ça pourrait aider. Il a dit qu'ils feraient des recherches là-dessus. Alors il a commencé à me poser des questions sur moi, et j'ai cherché un moyen de couper court à la conversation. Les postes de police me mettent mal à l'aise.

Le reste de l'entretien était plutôt banal, mais à la fin, presque avec désinvolture, il a demandé si je voulais signer pour les effets personnels d'Andrew, puisqu'ils avaient des copies de toutes les choses importantes. J'ai répondu que oui sans hésiter, même si ça me donnait l'impression qu'ils avaient déjà classé cette affaire.

Drew avait été très occupé ces quatre dernières années. Il avait un permis de conduire pour le Kansas, le Colorado, l'Arizona, la Californie, et l'Idaho. Il semblerait qu'il ait séjourné chez des amis, car aucune des adresses imprimées sur les permis n'ont de numéro d'appartement.

Son permis pour l'Idaho date d'il y atout juste deux mois. Et dessus il y a l'adresse de la maison de location où il restait.

Je vais laisser tomber pour cette après-midi et voir ce qu'il en est des affaires qu'il a pu laisser là-bas. Peut-être qu'il y a un indice qui expliquerait comment il a su où trouver les Madson. Ou pourquoi il leur a tiré dessus. Perez (ou quelqu'un) a dû déjà examiner la question, j'en suis certain, mais je ne suis pas sûr qu'il ait cherché bien loin.

Souhaite-moi bonne chance,
Mark



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:14 PM
sujet : (Aucun objet)


SUIS EN FACE DE LA MAISON MAINTENANT.
CEST LA MEME. LA MAISON DHOUSTON. MEMES MARQUES SUR LE TOIT.
MEMES DEGATS SUR LA CLOTURE.



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:22
sujet : (Aucun objet)

VIENS JUSTE DE PARLER AU VIEIL HOMME DE L'AUTRE
COTE DE LA RUE. IL A DIT QUE LA MAISON EST
LA DEPUIS DES ANNEES. DAUSSI LOIN QUIL SE SOUVIENNE ELLE
EST LOUÉE.



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:25

sujet : (Aucun objet)

J'AI SONNE A LA PORTE. PAS
DE REPONSE. CEST EXACTEMENT LA MEME
ERIC JE COMPRENDS PAS.



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:29
sujet : (Aucun objet)

MES OREILLES BOURDONNENT ENCORE JE
SAIS PAS QUOI FAIRE
COMMENT CA PEUT ETRE LA MEME ?????



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:33
sujet : (Aucun objet)


ON PEUT ENTRER DANS LA MAISON
ICI.



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:33
sujet : (Aucun objet)

T OU ? DECROCHE



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:38
sujet : (Aucun objet)


JE RENTRE DEDANS



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:41
sujet : (Aucun objet)

SUIS DANS LA MAISON. Y A PERSONNE. LAIR EST FROID. ODEUR METALLIQUE.



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:41
sujet : (Aucun objet)


JAI TROUVE DES ESCALIERS. VAIS MONTER.
JE VOYAIS PAS LE DEUXIEME ETAGE DEPUIS LA RUE.



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:47
sujet : (Aucun objet)

TA APPELE ? LE SIGNAL EST PASSE DE 3 BARRES A AUCUNE BARRE. JVAIS
CHERCHER DAUTRES CHOSES QUI ONT APPARTENU A DREW
ICI. LAGENCEMENT EST VREMENT
BIZARRE BEAUCOUP DE PIECES



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 16:47
sujet : (Aucun objet)

PORTE AU BOUR DU COULOIR. EN
METAL. VAIS PLUTOT REGARDER
LES AUTRES PIECES.



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 17:05
sujet : (Aucun objet)

APPELLE ?



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 17:09

sujet : (Aucun objet)

JAI TROUVE QUELQUE CHOSE - LE SAC
A DOS DE DREW. JSORS DICI MAINTENANT



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 17:11
sujet : (Aucun objet)

JE CROIS QUIL Y A QUELQUUN ICI.
JE VIENS JUSTE DENTENDRE DU BRUIT



de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Mardi 21 Septembre 2004, 17:77
sujet : (Aucun objet)

LA PORTE EST OUVERTE



de : Condry, Mark
date : Lundi 27 Septembre 2004, 13:18
sujet : pour Jeudi

Bonjour Eric,

C'est Jennifer... Je suis sur le PC de Mark en ce moment...
J'ai fait comme tu me l'as suggéré et j'ai regardé dans sa boite d'envoi. Je n'ai pas trouvé d'autres mails sur ça que ceux qu'il t'a envoyés. Il n'y en a vraiment pas beaucoup...Il ne m'avait pas dit beaucoup de choses sur ce truc, Eric... Là je lis que la dernière chose qu'il t'a envoyée remonte au 13... Je ne savais pas qu'il était si émotif, pourquoi il ne m'en a pas parlé ?!?

Mais de toutes façons, comme tu dis qu'il t'a écrit depuis son ordi portable quand il était à Houston et à Bloise... Et la police de là-bas dit qu'ils l'ont trouvé dans sa chambre d'hôtel, et ils prennent tout leur temps pour vérifier les indices... Alors oui je vais continuer de demander à ce que qu'ils me l’amènent.

Où d'autre devrais-je chercher ? Je ne sais pas quoi faire d'autre ici à part attendre que tu viennes et voies ça de tes propres yeux. Il devait avoir un AIM mais je peux pas dire où les copies de discussions pourraient être sauvegardés ou ce qu'il aurait pu en faire. S'il-te-plaît dis moi ce que je peux faire d'autre... Tu en sais plus sur ce qu'il faisait là-bas que n'importe qui d'autre, à cause de ce vieil ami que vous aviez et qui est devenu fou, et maintenant Mark a disparu depuis presque une semaine…….

S'il te plaît, fais-moi parvenir les autres emails qu'il t'a envoyés. Je veux savoir maintenant.

Jen



de : Postmaster
date : Vendredi 1 Octobre 2004, 13:30

sujet : Courrier non Distribuable

Utilisateur inconnu : x

RCPT vers la réponse suivante :
550 utilisateur inconnu

>> de : x@x.x
>> date : Vendredi 1er Octobre 2004 12:47 PM
>> sujet : (Pas de Sujet)
>>
>> BRAS HUMAIN ET OS PROVENANT D'UNE JAMBE TROUVES DANS LA RUE
>>
>> Les habitants de Scottsdale ont eu choc en effectuant leur trajet matinal quand ils ont
>> trouvé ce qui semble être des restes humains sur le sol de la rue de Sage Drive.
>>
>> Les agents sont arrivés sur la scène de crime une demi-heure plus tard et ont commencé à
>> nettoyer la zone pour trouver des indices qui pourraient aider à identifier la victime
>> humaine, ou au moins établir une heure de mort approximative. Le porte-parole de la
>> police, Daniel Swift, a déclaré que les preuves étaient insuffisantes
>> pour déterminer l'identité de la victime ou même la cause de la mort.
>>
>> "Ces restes ne sont pas juste apparus dans la rue. Ils ont été déplacés là," d'après Swift.
>> "Par conséquent nous demandons aux éventuels témoins de contacter la police s'ils
>> ont des éléments qui pourraient se rapporter à ce qui est arrivé." Aucune autre preuve n'a
>> été trouvée le long de la rue Sage ou dans les jardins des maisons voisines . Plus de détails sur
>> cette histoire dès les premières avancées de l'enquête.
>>
>> -------------------------------------------------------------------------
>> Qui que tu sois, quoi que tu sois
>
> Va te faire foutre.. Je ne te connais peut-être pas, mais je sais ce que tu essayes de faire,
> et je ne suis pas dupe.Ton jeu de la dionée ne marchera pas sur moi.
> Je vais aussi faire sacrément attention à prévenir Jenny et les autres. Alors,
> bien tenté mais personne ne mordra à l'hameçon cette fois.
>
> Ça s'arrête là.






Traduction : Antinotice

Textes originaux

vendredi 27 mai 2016

The Dionaea House (1/2)

10.7.2004

À Jennifer, ses amis et la famille de Mark.

Comme promis, voici les copies de lettres que j’ai reçues de Mark au cours du dernier mois. Pour la plupart, je les ai simplement copiées et collées depuis ma messagerie.

Comme vous allez le voir, il a demandé cela dans l’espoir que vous compreniez mieux les raisons de ses actes.
J’ai créé ce site parce que c’est le moyen le plus efficace pour partager les emails de Mark avec vous tous. Je ne transmettrai cette adresse à personne d'autre. Mais je pense qu’il serait sage de faire passer le lien à tous ceux qui peuvent aider dans l’enquête. Étant donné que je collecte de plus en plus d’informations, provenant de différentes sources, je mettrai ce site à jour pour en garder une trace écrite précise.


Si vous avez besoin de vous entretenir avec moi, Jen a mon numéro. Merci pour votre patience, et encore une fois, je suis profondément désolé.

-Eric




de : Condry, Mark
date : Lundi 6 Septembre 2004, 08:17 
sujet : Un vieil ami
 

Eric,

Salut mec. C’est Mark, de Houston. La bande du samedi soir. Ça fait un bail, pas vrai? J’ai trouvé ton email sur ton site web, il parait que tu es à Los Angeles maintenant, c'est cool pour toi. Je me souviens t’avoir dit que tu devrais être à 5000 bornes, à faire ce truc en Californie. Tu es toujours avec Connie? Je suis à Dallas maintenant, j’ai rencontré quelqu’un qui travaillait dans mon immeuble, on se voit depuis deux ans maintenant.

Écoute, la raison pour laquelle je surgis de nulle part, c'est parce que j’ai reçu cet article de journal dans ma boite aux lettres. Peut-être l'as-tu aussi reçu. C’est par rapport à Andrew. Tu te souviens de Drew ? Travis le ramenait toujours. Cheveux en bataille. Le genre un peu fanboy. Je ne me souvenais plus de son nom de famille jusqu’à ce que je reçoive cet article, et maintenant ça me dégoute.

Tu sais ce qui s’est passé ? Ou tu n'étais juste pas au courant ?

Fais moi savoir si tu as du temps pour en parler. Je peux t’appeler, ou tu peux m’appeler si ça marche mieux. Je vais voir si je peux retrouver Travis et Dave. Une petite recherche ne semble pas me donner de piste, mais peut-être qu'ils ne sont juste inscrits sur aucun site. Si tu parles toujours à l’un d’eux, fais moi savoir.

Merci d'avance,
Mark




de : Condry, Mark
date : Mercredi 8 Septembre 2004 07:44 AM
sujet : Re : un vieil ami

Eric,

Merci d'avoir répondu si vite. Je ne voulais pas avoir l'air mystérieux dans mon premier mail, j'étais juste... Réticent, j'imagine. Je n'ai pas vraiment vu ni pensé à Andrew depuis qu'il a arrêté de venir les soirs de match, et c'était il y a cinq ans. C'est à peu près à partir de ce moment qu'on a tous pris nos chemins respectifs, en 1999. Tu as déménagé dans l'ouest, je suis parti à Dallas, etc... Alors quand j'ai reçu cet article dans ma boîte aux lettres, j'ai été surpris.

Et oui, je veux bien te le retranscrire. Je pensais que c'était peut-être toi qui me l'avais envoyé. Je le mettrai en bas de ce mail.

> Je me souviens de lui. C'était pas le genre à avoir des idées, plus
> le genre à adhérer à celles des autres. Le plus lent à capter la
> blague, mais celui qui riait le plus longtemps.


C'est typiquement Andrew, enfin, c'est comme ça que je me souviens de lui. Il me tapait parfois sur les nerfs, mais ça se voyait qu'il adorait faire partie du groupe. Il me demandait des jetons les fois où on jouait aux cartes, ou m'empruntait des dés en les prenant dans mon sac, ce genre de choses. Quand on jouait à Tecmo Bowl sur ta Nintendo il voulait toujours être dans mon équipe. Ça ne m'aurait pas dérangé s'il avait su jouer, cela dit.
 
> Ça fait des années que je n'ai pas entendu parler de Travis ou de
> Dave. Je les ai perdus de vue à peu près en même temps que toi.
> Aucun d'entre nous n'a vraiment essayé
> de rester en contact. C'est des choses qui arrivent.

C'est pas grave. Je voulais pointer personne du doigt. Ça arrive. Mais j'espérais que tu aies déjà entendu parler de ce qui était arrivé à Andrew, en recevant une copie de l'article, ou quoi. Je n'ai pas encore été capable de trouver le numéro ou l'adresse mail de Travis ni de Dave. Peut-être qu'ils en savent plus
que nous à ce sujet. Andrew rentrait avec Travis la plupart du temps. C'était sur le trajet de chez Travis. Andrew vivait avec sa mère, non ? Genre dans un appartement ? Et son beau-père était dans l'immobilier, et il avait cette maison juste après l'autoroute n°6. Tu t'en souviens ? Andrew avait vachement peur de cette maison.

Voilà l'article. Il y a une photo d'Andrew dedans qui ressemble peut-être à celle de son permis de conduire. Toujours les cheveux en bataille.


***************
UN HOMME TIRE SUR DEUX PERSONNES AVANT DE SE SUICIDER DANS UN RESTAURANT DE BOISE, IDAHO


Les clients du Roadside Breakfast Café sur la nationale 84 se sont rués sur le parking du restaurant dans la panique hier après-midi après qu'un homme soit entré dans le restaurant et ait commencé à tirer sur les clients à l'intérieur, en tuant deux.

Le couple, John et Lucy Madson, prenait le repas quand Andrew Hughes, jeune homme de 26 ans, est entré en brandissant un pistolet Smith and Wesson 59, selon la police. Les témoins rapportent que l'homme murmurait tandis qu'il approchait de la partie fumeurs du restaurant, et a ouvert le feu sur les premières rangées de tables, blessant mortellement les Madson. Il a retourné l'arme sur lui-même peu après.
Les trois ont été emmenés au Centre Médical Régional St. Alphonse par les ambulanciers, où John Madson ainsi que le tireur ont été déclarés morts. Lucy Madson, 37 ans, est restée dans un état critique pendant plusieurs heures mais n'a pas survécu à la nuit. La police enquête actuellement sur la vie professionnelle et privée de Hughes, mais jusqu'à présent le motif de l'attaque demeure inconnu.
***************


S'il y a une suite à l'article, je ne suis pas parvenu à me la procurer. C'était juste une coupure. Au verso, un morceau de publicité pour une chaîne de magasins de luxe.


Ça m'intrigue vraiment, Eric. Qu'est-ce que Drew foutait à Boise ? Avec un flingue ? Il a coupé les ponts avec nous pendant presque deux ans. Je ne comprends vraiment pas.
Et quelque chose d'autre m'intrigue. Je n'arrive pas encore à mettre le doigt dessus.


-Mark




de : Condry, Mark 
date : Jeudi 9 Septembre 2004, 14:00
sujet : Andrew

Je sais ce que tu ressens. C'est dur de ne pas penser aux moments où il était assis à côté de nous à la table avec son sourire de crétin, à la façon dont il secouait ses dés et déplaçait ses pions autour du plateau. Il adorait nos parties de Monopoly nocturnes. Je me rappelle qu'il tirait toujours la langue quand il comptait l'argent, je crois qu'il ne s'en rendait même pas compte.
Impossible de l'imaginer assassiner des gens qui ne faisaient que déjeuner.

> Il n'y a pas l'adresse de l'expéditeur sur l'enveloppe ?

Non, mais le cachet postal est ID. Pas CA ou TX. Ça vient bien de l'Idaho.

> je sais pas si tu as déjà envisagé cette possibilité, mais il est possible
> que toute cette histoire soit fausse. Il y a des malades qui font ce genre de plaisanteries malsaines
> juste pour jouer avec tes nerfs. C'est facile d'obtenir du papier journal et d'envoyer un faux article.

Ouais, j'y ai pensé. Je ne t'en avais pas parlé plus tôt, mais j'ai téléphoné à Saint Alphonse pour me renseigner et savoir s'ils avaient eu un patient du nom d'Andrew Huges qui aurait été admis le mois dernier. Ils n'avaient aucun dossier sur lui. J'ai demandé si ce serait rendu public, s'il avait été déclaré mort à l'arrivée, et j'ai été redirigé vers les urgences, où ils gardent des registres paramédicaux et des informations sur l’état des patients au moment où ils sont admis.

Ils l'ont dans leurs dossiers.
Il s'est pointé le 28 Août , mort d'une blessure par balle à la tête. Prononcé mort par un médecin urgentiste à 15h14.

Je me suis aussi renseigné pour obtenir des coordonnées, comme un numéro de téléphone ou une adresse où il pourrait avoir vécu. On m'a envoyé balader, en me disant de contacter la police pour ce genre de choses. L'hôpital n'aurait divulgué aucune information personnelle, du moins pas sans quelques signatures. Je n'ai pas encore appelé la police. C'est probablement la prochaine étape.

Heureux d'apprendre que toi et Connie êtes en forme. Désolé de te déranger avec un sujet aussi désagréable, seulement je ne sais pas qui d'autre s'en soucierait assez pour m'écouter.

Je t'écrirai si j'apprends quoi que ce soit de nouveau. Au point où en est, je commence à penser que c'est peut-être la mère de Drew qui me l'a envoyé. Peut-être que Drew a gardé un œil sur moi quand je suis parti pour Dallas et qu'il avait mon adresse. Je suis listé dans l'annuaire. Ça pourrait expliquer la partie logistique.

Je crois que je réfléchis trop.

Prends soin de toi,
Mark




de : Condry, Mark 
date : Vendredi 10 Septembre 2004, 3:11 
sujet : pensées et préoccupations

Resalut.

Je sais qu'il est tard, ou tôt, à toi de voir, mais cette affaire à propos d'Andrew ne quitte pas mes pensées. J'ai finalement réalisé ce qui me préoccupait et j'ai besoin de cracher le morceau.

Tu te rappelles de ce qu'il s'est passé juste avant qu'Andrew arrête de se ramener chez toi les soirs où on jouait ? Moi oui. Il était parti pendant deux semaines parce qu'il devait garder la maison de son beau-père. Lui et sa mère s'en allaient pour les grandes vacances chaque été, pour dix jours, et ils s'arrangeaient pour qu'Andrew ne vienne pas. Généralement, il se contentait de rester à l'appartement de sa mère, mais cette année on lui avait demandé de s’occuper de cette maison, une de celles dans ce vieux quartier riche à l'ouest de Houston. Le gars possédait probablement plusieurs de ces maisons. C'était un grand de l'immobilier, pas vrai ?

Le gars avait hérité de ce chien par un de ses clients, quelqu'un qui déménageait et ne voulait pas s'encombrer d'un animal. Je tiens à préciser que c'était un berger australien. Tu t'en rappelles ? Andrew en avait parlé le week-end d'avant. Le chien avait des problèmes de dressage - il gémissait, aboyait, grattait à la porte, pissait sur le tapis. Il n'aimait pas être à l'intérieur, il voulait toujours être dehors. Son père le gardait dans une niche, à part quand il pleuvait. Andrew était censé s'occuper du chien, et d'autres choses comme tondre la pelouse, tu vois le genre.

Mais Andrew ne voulait pas y aller. Dave a voulu le convaincre en lui rappelant à quel point c'était le plan parfait pour un jeune célibataire, la maison à lui tout seul, les soirées, le commerce pas très légal, et Andrew continuait de répéter qu'il faisait trop froid là-bas pour organiser une fête. Trop froid. Je me rappelle très clairement de ça. Et de comment il a insisté pour qu'on l'accompagne et qu'on reste avec lui pendant qu'il gardait la maison. Je crois que personne n'y est allé, non ? En tout cas moi je ne l'ai jamais fait.

On ne l'a pas vu pendant deux samedis de suite, puis Travis est allé le chercher comme d'habitude, puisqu'il était rentré chez sa mère.

De toutes nos nuits avec Andrew c'est celle dont je me rappelle le mieux. Et je parie que c'est pareil pour toi. Ça a été
la nuit la plus bizarre et la plus pénible que j'ai eu avec le groupe.

Andrew est entré dans la maison en récitant au mot près des slogans publicitaires. Ce que je veux dire, c'est qu'il les enchaînait les uns après les autres sans s'arrêter. Travis nous a dit qu'il avait été comme ça dans la voiture pendant tout le trajet. Pubs, spectacles, films, chansons qui passaient à la radio... Les premières heures de jeu, ça a été comme être dans une pièce avec la télé allumée. Après il a commencé à faire le perroquet. Il répétait tout ce qu'on disait. Tu t'en rappelles ? Dis-moi que tu t'en rappelles. Je revois la scène dans ma tête tellement clairement.

Oh, et quelle était sa réponse quand quelqu'un s'en plaignait ? "Ok." Drew, arrête de citer Section criminelle. S'il te plaît, arrête un peu avec la pub de Pontiac. Mec, ferme ta gueule et lance les dés. "Ok." Et 5 minutes après, il recommençait. C'était pas tant le fait qu'il régurgite toutes ces merdes qui était dérangeant, c'était qu'il puisse pousser le délire aussi loin. Des dialogues entiers qu'il avait sûrement retenus d'une mauvaise série télé. Les paroles entières de chansons. En une heure, c'est passé de curieux, à amusant, et finalement, inquiétant.
 

Je vais arrêter de me voiler la face et le dire une bonne fois pour toutes. Peu importe ce qui est arrivé pendant ces dix jours, ça l'a transformé. Il n'a plus été la même personne après ça. Nous le savons tous. On n'en a jamais parlé, ou du moins pas quand j'étais là, mais Dieu sait si nous n'avons pas tout de suite su que le gars qui est revenu de cette maison n'était pas Andrew.

J'ai écrit plus tôt que je n'avais pas pensé à Andrew depuis 1999. C'était un mensonge. Tu sais comme parfois ton cerveau te rappelle des choses que tu détestes déterrer ? Celles qui te retournent l'estomac ? J'ai pensé à lui plusieurs fois, à lui et à a cette nuit.

Est-ce que ça a été le début de sa folie ? Ou peu importe ce que c'était, est-ce ce qui l'a poussé à commettre ce crime ? Est-ce qu'on a été là pour lui au moment où il a commencé à déraper ?


Bon Dieu, Eric, pourquoi diable n'avons-nous rien dit ?




de : Condry, Mark 
date : Vendredi 10 Septembre 2004, 11:38 
sujet : la porte est ouverte

J'ai été réveillé par la sonnerie du téléphone ce matin. C'était la journaliste du Idaho Statesman. Elle m'a finalement rappelé (je t'avais dit que je l'avais contactée pour tenter de retrouver l'expéditeur de l'article ?). Elle n'a pas fait de progrès sur l'affaire, mais va continuer de suivre avec la police.

Je lui ai demandé si elle connaissait d'autres détails sur le crime, des trucs qui n'auraient pas eu leur place dans l'article, et on a jeté un coup d’œil sur ses notes. Je savais déjà presque tout, mais il y a une information qui a attiré mon attention.

Elle a écrit dans l'article qu'Andrew marmonnait ou murmurait quelque chose à lui-même quand il est entré dans le restaurant, mais elle n'avait pas indiqué ce qu'il disait. D'après les témoins, il répétait en boucle "La porte est ouverte."

Ça a du sens pour toi ? La porte est ouverte ???

Réponds-moi,
Mark




de : Condry, Mark 
date : Dimanche 12 Septembre 2004, 17:10
sujet : un plan

Eric,

Pas eu de nouvelles de toi. T'écris juste pour te faire savoir que j'ai pris ma journée pour prendre du recul sur tout ça, et j'ai pris une décision.

Je vais me rendre à Houston et voir si je peux trouver quelqu'un de la famille d'Andrew. J'ai accompagné Travis pour aller récupérer Drew une fois. Je crois que je sais où
vit sa mère. De là, peut-être que je pourrai trouver son beau-père, et la maison. J'ai déjà essayé auprès des autorités de Bloise. J'ai appelé les flics et récolté plus de questions que de réponses, et maintenant un certain lieutenant Perez prévoit de me rappeler au cas où il aurait besoin de plus de "témoignages" de ma part. Comme si je savais quoi que ce soit. Apparemment Andrew vivait seul dans une location là-bas, et travaillait dans un vidéoclub. Voilà à peu près tout ce que j'ai appris par la police. Et ce qui s'est passé en Idaho. Donc, je vise Houston.

Même en conduisant ma propre voiture, et en prenant un motel pas cher, ça va quand même me revenir à environ 200$ pour le voyage. Jenny s'inquiète pour moi, elle préférerait que je reste et prétend que la police peut résoudre ce mystère seule. Mais je dois aller là-bas, Eric. Voilà pourquoi :

Je crois qu'il y avait une raison à la peur d'Andrew. Peu importe laquelle, pendant ces dix nuits, quelque chose l'a vidé. A vidé Andrew comme un poisson. Ça l'a vidé de tout ce qu'il avait à l'intérieur, ou l'a tellement choqué qu'il en a tout oublié. Il a été comme creusé.

Pour combler le vide, il a "absorbé" toutes les données qu'il a pu trouver. Télévision, radio, conversations. Gorgé d'informations puis présenté comme si c'était Andrew. Il pouvait marcher et parler, et il n'était pas blessé, pas physiquement. Mais il n'était plus le même pour autant.

Il y a un vide que j'ai besoin de combler, dans ma tête, comme le temps dans cette maison. J'ai ces morceaux de souvenirs d'Andrew qui ne s'assemblent pas. J'ai besoin de quelque chose à assembler. Merde, je me sentirais mieux si quelque chose avait juste du sens.

Je ne vais pas te demander de venir et de me rejoindre, mais tu pourrais m'aider quand même. J'ai quelques questions auxquelles tu pourrais être en mesure de répondre. Je t'en prie, appelle-moi ou envoie-moi un message si tu connais la réponse à l'une d'entre elles.
Mon numéro de téléphone est [Supprimé - Eric].

-Quel était le prénom et le nom de famille de son beau-père ?
-Quel était le nom de sa mère ? Avait-elle un autre nom de famille en plus de Hughes ?
-Quel était le nom du quartier de la maison du beau-père ? Je crois qu'Andrew l'avait mentionné une fois.

J'espère que je ne t'ai pas trop fait flipper avec mon discours de dingue. Je sais que ça doit sembler absurde. Ou peut-être pas. Tu as assisté à certaines de ces choses. Si tu penses vraiment que je perds la tête, dis-le moi. Par tous les moyens, dis-le moi.

J'espère avoir de tes nouvelles bientôt,
Mark.




de : Condry, Mark
date : Lundi 13 Septembre 2004, 8:22
sujet : re : un plan

Eric,

Merci encore d'avoir appelé. J'ai aussi reçu ton email, et il mentionne plusieurs choses dont nous n'avons pas discuté au téléphone, alors je voudrais ajouter une chose ou deux.

>Ce que je me rappelle c'est ce que Travis nous avait dit, cette fois où il
> est allé chercher Drew et a dû aller dans sa chambre pour le
>trouver. C'était la dernière fois que Drew a joué avec nous. Travis
>a monté les escaliers jusqu'à sa chambre et lui allait et venait autour de son lit.
>Tout était propre et bien rangé,
>mais le tapis était usé à l'endroit où Drew faisait les cent pas.
>Comme si c'était la seule chose qu'il avait faite pendant très longtemps.

Oui ! Je m'en rappelle aussi. Et de la façon dont Travis a raconté l'histoire, comme s'il voulait que ça ait l'air amusant mais qu'il ne trouvait pas que ça l'était. Et Dave riait. Il a dit "Mec, ce gars a battu un record" et on a tous été d'accord avec lui. On a hoché la tête et gloussé. Merde, on a tous laissé passer ça. Comme si ça n'avait pas d'importance.

Mais Travis était le dernier à en rire. Il avait vu la scène de ses propres yeux.

> J'aurais vraiment voulu y aller, mais Connie a été malade la nuit dernière et elle
>a encore vomi ce matin, je ne me sens pas de quitter la ville
> en la sachant dans cet état.

C'est normal. Tu restes avec elle. Je vais continuer de te tenir au courant par email. Je ne peux pas vraiment parler de Drew avec Jenny. Elle ne l'a jamais connu. Elle ne peut pas comprendre pourquoi c'est si perturbant, en dehors du drame qui a eu lieu à Boise. C'est pourquoi je vais continuer de t'écrire. Personne d'autre ne peut comprendre.

Hé, peut-être que je vais tomber sur Travis ou Dave quand je serai en ville.

-M




de : Condry, Mark
date : Mardi 14 Septembre 2004, 18:51
sujet : Je l'ai fait

E-

Je l'ai fait, je suis allé à Houston.

Le trajet était infernal. La circulation et de drôles de bruits de ferraille dans le coffre me plombaient le moral. Le climatiseur dans ma chambre de motel fait le bruit d'un moteur d'avion. Ça va être dur de dormir en le laissant allumé, mais impossible si je l’éteins. Bon, au moins le wi-fi fonctionne, et je peux vérifier mes mails.

Demain va être une longue journée. Je vais rôder à Braeswood et dans ton ancien quartier, avec comme seule piste un appartement où je ne suis allé qu'UNE fois. Joie. Souhaite-moi bonne chance.

Mark




de : Condry, Mark
date : Mercredi 15 Septembre 2004, 21:06
sujet : beaucoup de choses


Eric,

Bonne nouvelle. Je tiens une piste. Toute la journée je me suis senti comme si j'essayais d'arracher une chaîne enfoncée profondément dans le sable , mais ça m'a orienté dans la bonne direction. (Ces mails sont devenus plus comme un journal pour moi, pour m'aider à y consigner mes progrès. J'espère que ça ne te dérange pas.)

Il m'a fallu conduire une heure autour de Gessner et dans la zone de Braeswood avant que je ne mette le doigt sur le bon côté de la rue. Ils ont changé les numéros. J'étais sûr à 90% d'avoir trouvé le bon immeuble avant de m'être aperçu de ça.

Sans connaître le prénom de la mère de Drew, et sans garantie que son nom de famille soit Hughes, je suis allé au bureau de la concierge de l'immeuble. Et j'ai juste été incroyablement chanceux.

Son nom est Nancy Hughes, et elle a arrêté de payer le loyer en septembre 1999. Drew a payé pour le reste de la duré du bail, qui a pris fin au mois de Février suivant. À en croire la note du fichier de l'habitant, il a payé en espèces. Il semble que sa mère ait déménagé, ou elle s'est juste levée un jour et est partie. Pouf.

Andrew vivait seul dans l'appartement alors ?
Comment pouvait-il payer le loyer avec un SMIC ?

J'ai montré à la concierge l'article sur Andrew, et j'ai menti. Je lui ai dit que j'étais un détective privé. Je sais pas pourquoi j'ai dit ça. Peut-être pour expliquer pourquoi je lui faisais déterrer des informations sur une location datant d'il y a cinq ans. Quoi qu'il en soit, elle avait déjà pu me fournir cette information, et a continué de fouiller dans le dossier Hughes pour moi, comme si nous étions dans un film et qu'elle était mon acolyte.

Elle a trouvé quelque chose. Un chèque, couvrant le loyer pour Décembre 98. Délivré par Kurt Malone. Je pense que c'est le beau-père. La gérante a photocopié le chèque pour moi et dix minutes plus tard j'ai appelé le numéro de téléphone imprimé avec l'adresse de Kurt dans le coin en haut à gauche du chèque.

Pas de chance cette fois. Numéro non attribué.

Du coup j'ai tenté une autre approche et j'ai composé le 411 pour un service immobilier local. Tu peux faire une recherche pour trouver des informations de contact sur un agent immobilier spécifique, je me rappelle en avoir entendu parler par un collègue qui a vendu sa propriété à Greatwood comme ça. Malone était listé sous un petit bureau immobilier à Katy. J'ai obtenu son numéro, j'ai appelé, et j'ai laissé un message.

Evelyn, la propriétaire, m'a appelée et dit que Malone n'avait pas toujours travaillé là. Il a disparu, la laissant avec toutes sortes de problèmes. Elle pense qu'il avait des problèmes financiers qu'il a essayé de régler en se tirant au Mexique. En aparté, je me suis dit que c'était une théorie difficile à avaler, mais après tout, c'est peut-être le genre de mec à faire ça.

Bref, ça fait quand même deux personnes disparues. Au début, je pensais que, peut-être, la mère avait juste déménagé avec le beau-père. Maintenant, nom de dieu, je ne sais plus quoi penser.

L'appel durait depuis une demi-heure quand Evelyn m'a parlé de la période de « cauchemar » qu'elle a traversée à cause de la disparition de Kurt. Mettre un terme à ses avantages, geler son plan épargne retraite, envoyer les documents à la police, etc.

Je l'ai finalement interrompue et lui ai posé des questions sur la maison. Celle qu'il possédait à l'ouest de Houston.

Elle n'a plus été très bavarde, après ça.

Il m'a fallu dix minutes de plus pour répondre à ses questions, elle voulait savoir qui j'étais. Cette fois, j'ai été honnête et clair sur mes intentions. Je suppose que ça a payé, car elle m'a cru, ou au moins elle croyait en mes intentions, et elle a cherché dans ses dossiers.

J'ai une adresse, Eric.

Kurt avait sa propre maison à Sugar Land, mais devine quoi - il louait aussi la maison d'un client. Sur la sortie à l'ouest, près de Pecan Grove Plantation. La paperasse était intrigante, car cet endroit était censé être à vendre, mais les précédents propriétaires avaient signé la fin du bail, à de multiples reprises, comme s'il n'y avait pas de réel conflit d'intérêt.

Elle ne sait pas ce qui est arrivé à la maison après qu'elle ait été saisie par la banque. Je suppose que je l'apprendrai demain quand je m'y rendrai.

Je suis proche de la réponse, mec, je suis vraiment proche.




[Note : Mark pouvait envoyer des messages depuis son téléphone, mais je les recevais souvent avec du retard; parfois quelques heures après qu'il les ai envoyés, comme c'est le cas avec les messages du 21 Septembre.]

de : [retiré]@messaging.sprintpcs.com
date : Jeudi 16 Septembre 2004, 15:33
sujet : (Aucun objet)

T OU ? APPELLE MOI




de : Condry, Mark
date : Jeudi 16 Septembre 2004, 20:25
sujet : la maison

Putain de merde.

J'ai essayé de t'appeler cinq fois mais je suis tombé sur ta messagerie à chaque fois. J'ai vraiment besoin de parler. Appelle-moi vite, dès que tu peux.

Par où je commence ? La maison est toujours là. C'est le genre de maison banale, un étage, en briques et en crépi. Elle a dû être construite en même temps que les autres maisons du quartier, mais elle a l'air plus ancienne. Le toit est abîmé par endroits. L'allée n'est pas en bon état comme les autres. Il y a des fissures sur le trottoir. Il manque une planche sur le portail.

J'ai sonné à la porte avec l'idée que je venais simplement pour parler aux nouveaux propriétaires. Personne n'a répondu. Je ne pouvais pas vraiment entendre si la sonnette marchait ou non, à vrai dire. Les stores et les rideaux m'empêchaient de regarder à l'intérieur. Il y avait une camionnette poussiéreuse avec le garde-boue avant déformé, garée dans l'allée.

Un voisin en face m'a vu observer la maison. Il m'a parlé un moment, en même temps qu'il arrosait ses arbustes. Il n'avait pas rencontré la personne qui vivait actuellement dans la maison, il ne savait même pas si quelqu'un y vivait vraiment. Il se rappelait de Kurt, mais pas par son nom, juste comme le gars qui était resté là quelques mois. Les précédents proprios - les clients de Kurt - n'avaient pas habité là bien longtemps. Ils avaient pas mal de problèmes avec la maison, au niveau de l’électricité, du chauffage, ce genre de choses. Ils ont déménagé en laissant beaucoup de leurs affaires dans la maison, a-t-il dit. Un jour, ils ont chargé toutes leurs affaires dans un gros camping-car et sont juste partis.

Il se souvenait encore de leurs noms.
John et Lucy Madson.






Traduction : Antinotice (, Clint, GollumHitch) 

Une fois de plus, pasta trop longue pour être postée en une fois. Celle-là sera seulement en 2 parties. La suite est disponible ici.

Textes originaux

mercredi 25 mai 2016

Synesthésie

Chien ? Rouge. Cheveux ? Vert. Marmite ? Violet. Plus jeune, quand le sommeil ne venait pas, je disais des mots au hasard, ceux qui me passaient par la tête ; et ça m'évoquait une couleur. Certains comptent les moutons, moi j'avais ça. Je parle au passé, mais j'associe toujours les mots aux couleurs, seulement je n'ai plus besoin d'utiliser ce petit jeu pour m'endormir. Ouais, maintenant j'ai les somnifères. Bref, tout ça pour dire que je suis synesthète. Avant j'aimais bien voir ce phénomène comme un super pouvoir, et je racontais ça aux filles pour les convaincre d'être mes amoureuses. La belle époque. Aujourd'hui, ça ne me sert plus pour draguer non plus : j'ai autre chose (non, pas des somnifères, cette fois, mais une voiture). Bon je m'égare encore, désolé, mais avec tout l'alcool que j'ai avalé, c'est pas facile de garder les idées claires. En 20 années, j'ai eu le temps de bien comprendre comment fonctionnait ma synesthésie. Souvent, il n'y a pas de lien entre les mots et la couleur qui leur correspond. Bon, il y a bien le mot beurre qui est jaune, et le mot sapin qui est vert, et quelques autres exemples, mais je miserais plutôt sur la coïncidence.
 

Mais il y a ce que je vais appeler des exceptions. Tous les mots en rapport avec la famille sont oranges. Et ce sont les seuls. Papa, maman, tonton, tout ça, c'est orange. Et les mots désignant quelque chose de dangereux sont d'un bleu très foncé. Aussi fou que cela puisse paraître, ça m'a d'ailleurs évité plusieurs fois des emmerdes. Qui aurait pu deviner que la nouvelle voiture dans laquelle ma voisine voulait m'emmener faire un tour était bleue ? Là aussi, c'est les seuls mots bleus. Jusque-là, vous arrivez à me suivre ? Il y a une dernière particularité avec ma synesthésie, c'est que si par exemple je pense à, je sais pas, disons, une lampe en particulier, elle n'aura pas forcément la même couleur que si je pense à une autre lampe. Maintenant je peux vous expliquer la situation actuelle.
 

Ce soir, on fête les 21 ans de mon meilleur pote, grosse soirée dans la maison de vacances de ses parents. On a bu comme c'est pas permis. Pour vous dire, on a rempli la baignoire de bière, et à l'heure qu'il est, ça m'étonnerait pas qu'elle soit vide. Et puis avec quelques bons potes, on a eu l'idée de se lancer des défis. Des trucs barrés, évidemment, et puis finalement, ils m'ont mis au défi de passer le reste de la nuit dans la grange, avec une fille qui me plaisait bien. Après avoir fait la bamboula comme des fous tous les deux, elle s'est endormie d'un coup. Je pensais donc à sortir rejoindre les autres, seulement la porte de la grange était fermée. Ces cons nous avaient sûrement enfermés pour ne pas qu'on triche. Je me suis dit que j'allais juste dormir, allongé dans un tas de paille, mais impossible de m'endormir. J'avais prévu de passer toute la nuit éveillé, donc mes somnifères étaient restés chez moi, à Toulouse. Et puis il y avait cette porte tout au fond de la grange. Elle était en bois, mais un peu pourrie. On aurait pu penser que ça rendrait l'ouverture plus simple, mais non. On a essayé avec ma compagne d'un soir, mais elle était bloquée, comme s'il y avait quelque chose de lourd derrière.
 

Je l'avais vite oubliée, mais là, j'ai commencé à entendre du bruit venant de derrière cette porte. Ça faisait comme des petits coups, à un rythme régulier. Ouais je sais, ça pourrait être n'importe quoi, mais là je flippais vachement. Je m'imaginais tous les scénarios possibles, du malade avec un crochet en guise de main jusqu'à l'animal sauvage, ou pourquoi pas une bête mutante cachée depuis des jours, des mois, ou qui sait, des années derrière cette porte, et affamée. Peut-être qu'on avait déclenché ou réveillé quelque chose en essayant d'ouvrir ? J'hésitais à réveiller celle qui dormait toujours à poings fermés, mais je ne voulais pas non plus passer pour un lâche. Pourtant, elle était vraiment effrayante, cette porte au fond de la grange. Vers où pouvait-elle bien mener ? Plus je la fixais plus elle me paraissait dérangeante. À un moment, j'ai même cru la voir bouger, s’entrebâiller légèrement. J'ai cligné des yeux, mais non, elle était toujours en place. En fait c'était ça le problème. C'est qu'elle bougeait pas. J'aurais préféré une vieille porte qui grince, ou qui s'ouvre toute seule, plutôt que ce tas de planches et ces petits coups. Je délirais. Fallait absolument que je pense à autre chose, alors j'ai joué à mon petit jeu de synesthésie. J'étais en train de tomber dans les bras de Morphée, mais il y a deux minutes, j'ai entendu un autre bruit venir de la porte du fond. C'est pour ça que j'ai pris mon téléphone, je me dis que peut-être qu'en écrivant mon histoire je me rendrai compte de l'absurdité de ma peur. Mais ce bruit était beaucoup plus fort que les autres. Cette fois, ça ressemblait à quelqu'un qui se jetterait de toutes ses forces contre la porte pour essayer de sortir. Ou alors c'est mon imagination. Je dois garder mon attention sur le jeu et la nuit passera vite, je crois que le jour va bientôt se lever, et techniquement ils devraient venir nous ouvrir. Lapin ? Marron. Je sais que je dois pas y penser, mais j'y arrive pas. Papier ? Violet. Plus j'essaye de pas y penser, plus j'y pense. Serviette ? Rose. Faut que j'arrête d'y penser putain. Porte ? Bleu foncé.



lundi 23 mai 2016

Mon ex n'arrêtait pas de m'envoyer des sms...

"Tu me manques."

J'ai résisté à l'envie d'avoir un téléphone aussi longtemps que possible. Je n'avais pas vraiment de bonnes raisons, je crois, autres que le prix. Quand j'ai pris mon indépendance, je n'avais aucun moyen de me payer un forfait mensuel. J'étais la seule de mes amis à avoir seulement un fixe, et ça rendait tout le monde dingue. J'ai réussi à attendre jusqu'à mon vingt-cinquième anniversaire, quand je me suis finalement sentie assez à l'aise financièrement pour m'en acheter un. Tous mes amis ont ri de mon changement d'avis, mais je peux dire que ça les a soulagés. Pour tout dire, j'étais assez satisfaite moi aussi. Il s'avère que les téléphones portables sont ridiculement pratiques, qui l'aurait cru ?

J'ai commencé à recevoir des messages seulement environ un mois après avoir acheté mon téléphone. C'était le premier message d'un numéro inconnu que je recevais, et ça disait simplement : "Tu me manques."
J'ai d'abord été troublée - drôle de manière de se présenter, non ? Ça me semblait un peu trop dramatique... Et ça l'était quand j'ai fait le lien.

Environ un an plus tôt, j'avais rayé de ma vie mon bon à rien d'ex petit ami. En y repensant, je peux affirmer sans me tromper qu'il n'était rien d'autre qu'un grand enfant. Il voulait que je fasse la cuisine, le ménage, que je m'occupe de ses rendez-vous médicaux, et que je lui donne - oui, lui DONNER - la moitié de mon salaire chaque mois, parce qu'il ne trouvait pas ça nécessaire de trouver un travail. Je n'aurais pas dû rester avec lui aussi longtemps - foutue belle gueule - mais une fois que j'ai repris mes esprits, je l'ai mis à la rue, comme toutes ses autres copines/victimes l'avaient fait avant. Ma supposition était qu'il me stalkait sur Facebook, ou alors qu'il avait poussé mes amis à lui donner mon nouveau numéro. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'il essayait de reprendre contact avec moi, et je me suis dit que ça ne serait pas la dernière.

Au final, j'ai choisi de ne pas répondre. D'une, je savais qu'il voulait juste essayer de me manipuler si je lui en donnais l'occasion, comme il en avait l'habitude. De deux, ça me donnait une petite satisfaction de le laisser se sentir ignoré. En principe, j'essaye de ne pas être mesquine, mais parfois une occasion aussi parfaite est vraiment séduisante.

Les prochains mois ont semblé confirmer ma déduction. Ses attaques n'étaient pas constantes, mais étaient toujours de vagues réclamations qui semblaient indiquer qu'il avait besoin de profiter d'une nouvelle personne, et qu'il n'arrivait pas à en trouver une. Ce n'était pas surprenant qu'il essaye de me contacter la première, vu que j'avais été sa plus longue relation, la plus loyale de toutes ses copines... Et la plus naïve. J'étais la cible parfaite.

Les messages étaient toujours dans le même esprit, et sont vite devenus pénibles.

"Tu me manques."
"J'aimerais pouvoir te voir..."
"J'ai cru te voir dans la foule aujourd'hui, mais ce n'était qu'un rêve."

Beurk. Pathétique.

Une nuit, environ huit mois après avoir eu mon téléphone, j'ai dérapé.
Je dois l'admettre, j'avais bu. Ça a commencé par une bière pour me détendre après le travail, et ça a vite tourné en beuverie solitaire. J'étais complètement bourrée quand j'ai reçu un message plus long que d'habitude.

"Tu me manques tellement. Je sais que tu ne lis pas ça, mais aujourd'hui plus que jamais, j'ai besoin que tu saches à quel point je t'aime. Je ferais tout pour te voir encore une fois..."

"Aujourd'hui plus que jamais ?" me suis-je questionné. J'ai essayé de réfléchir malgré mon cerveau en bouillie. Dès la première pensée que j'ai eue, j'ai compris. "Aujourd'hui ça aurait sûrement été notre anniversaire." Certainement, pourquoi pas ? C'était l'occasion parfaite pour un peu de manipulation. C'était un connard, mais il était intelligent.
Et puis, j'ai eu une idée.
"Il veut jouer ? Ok. On va jouer. Mais je vais changer les règles." ai-je juré en bafouillant.
J'ai commencé à écrire et mon correcteur a lutté pour clarifier mes propos malgré mon ivresse.
"Si tu veux venir me voir, alors pourquoi tu ne le fais pas ?" Et puis, en prime, je lui ai fait savoir que je savais qu'il m'avait stalkée. "Tu sais où me trouver."
J'ai envoyé, et avec ça, j'ai changé le destin.


------------------------------------------------


Quand je me suis réveillée le matin suivant, j'avais treize appels manqués. J'ai essayé de me souvenir, malgré mon mal de crâne, de quelles conneries j'avais fait la nuit d'avant. J'ai gémi quand mon historique de messages a répondu à ma question.
"Ok, au moins, j'ai pas répondu aux appels" ai-je pensé. J'ai silencieusement prié pour qu'il ne m'envoie plus de message ou ne rappelle pas, mais je craignais de l'avoir simplement encouragé à continuer.

À mon grand soulagement, il a arrêté de m'envoyer des messages. Pendant environ une semaine, mon téléphone a été libéré de ses assauts. J'étais secrètement satisfaite, félicitant l'ingéniosité de l'ivrogne que j'étais la veille.


------------------------------------------------

La semaine suivante, on a toqué à ma porte. Je l'ai ouverte et j'ai vu un policier, avec un visage solennel et un uniforme bleu, se tenant parfaitement droit dans la lumière du jour. Son partenaire se tenait derrière lui, son visage aussi dur que de la pierre. J'ai senti une drôle de froideur couler dans mes veines, pendant qu'ils me fixaient.

"Euh... Bonjour, messieurs. Quelque chose ne va pas ?" ai-je demandé.

Après une courte présentation, ils se sont invités à l'intérieur. Je les ai laissés rentrer, sans être sûre de ce qu'ils cherchaient, mais étant convaincue qu'ils ne trouveraient rien. J'ai supposé qu'ils avaient fait une erreur, et j'ai été encore plus surprise quand ils ont commencé à me poser un tas de questions.

"Connaissez-vous quelqu'un du nom de Silence Madison ?"

J'étais perplexe, complètement déconcertée. "J'ai bien peur que non... Pourquoi ?"

"Nous avons trouvé une série de messages qui vous étaient destinés dans son téléphone. Nous avons vu seulement une réponse de votre part." Le plus jeune officier a sorti une liste imprimée des messages que j'avais reçus, suivis de ma réponse ivre.

La réalité a commencé à me rattraper quand le plus vieil officier m'a demandé : "Avez-vous reçu ces messages ?"

"Oui..." ai-je répondu. J'ai rapidement ajouté : "Mais ils venaient d'un numéro inconnu. Je pensais qu'ils étaient de mon ancien compagnon."

"Et c'est pour ça que vous avez envoyé cette réponse ?"

Je transpirais nerveusement. "Eh bien... Ouais. J'ai pensé que ça l'arrêterait." Je n'ai pas pu me taire : "J'avais un peu bu, donc peut-être que ce n'était pas la meilleure décision..."

Le plus jeune officier est sorti pendant que le plus vieux a soupiré. "Il semble y avoir eu un accident plutôt malheureux."

"Qu'est-ce que vous voulez dire ?"

Il a pris une grande respiration, et a ouvert sa bouche...


------------------------------------------------

Silence avait eu une première année très difficile à l'université.
Les cours étaient durs. Ce n'était pas fait pour elle. Sa vie était un mélange de stress et de papiers. Et, juste quand elle pensait que ça ne pouvait pas être pire, sa meilleure amie depuis l'enfance, Raquel Wagner, a perdu la vie dans un accident de voiture. Elle était morte sur le coup.
Silence s'est refermée sur elle-même, pendant que le semestre continuait. Sa famille et ses amis ont pleuré la perte de Raquel, bien sûr, mais ils ont continué leur vie, comme les gens ont coutume de faire. Silence, d'un autre côté, ne pouvait pas se résoudre à oublier son amie.
Elle a essayé de faire avec, vraiment, elle a essayé. Elle sortait, elle essayait d'avoir l'air heureuse quand elle allait en cours. Mais elle a doucement sombré dans une obscurité qui semblait inévitable.
Et quand cette obscurité était vraiment épaisse, suffocante, insupportable... Elle envoyait des messages à l'ancien numéro de Raquel. Un geste inutile, mais parfois ça lui apportait du réconfort.
Et à l'anniversaire de la mort de Raquel, quand elle était au plus bas, elle a finalement eu une réponse.


"Si tu veux venir me voir, alors pourquoi tu ne le fais pas ? Tu sais où me trouver."


Elle a essayé d'appeler, mais elle ne tombait même pas sur le répondeur - parce que je ne l'avais jamais configuré.
Donc elle a fait la seule chose logique qu'elle pouvait faire. Elle est allée chercher le cutter qu'elle avait pris au travail, et elle s'est ouvert les veines.


------------------------------------------------

J'ai fait une terrible erreur cette nuit-là, une erreur qui a mis fin à la vie de quelqu'un qui luttait désespérément.
Son père m'a pardonnée, mais, peu importe combien de fois je me suis excusée, sa mère n'avait rien d'autre que de la haine envers moi. Je comprenais ça. Pour elle, j'avais été le coup de grâce pour sa fille. La police m'a répété encore et encore que Silence a mis fin à sa vie d'elle-même et que je n'étais pas à blâmer. Mais au fond de moi, la culpabilité grandissait comme une mauvaise herbe que je ne pouvais pas déraciner.

L'année a été longue et dure.
J'ai réussi à me remettre sur pieds et à continuer ma vie, même si la mort de Silence s'accrochait à moi comme une ombre. Peu importe ce que je faisais, je ne pouvais juste pas l'oublier, quel que soit le temps qui me séparait de cet incident.

Hier, c'était son anniversaire. J'ai fait de mon mieux pour passer cette journée, faisant semblant de ne jamais avoir entendu ce nom, de ne jamais avoir entendu cette histoire.

Ça allait, jusque 22h cette nuit, quand j'ai reçu un message. Un message du numéro que j'avais désespérément essayé d'oublier pendant la totalité de l'année.

"Merci !"






 Traduction : RedRaven

Creepypasta originale ici.

samedi 21 mai 2016

Court message

Je ne sais pas pourquoi, depuis quelque temps, dès que j
’écris quelque chose à l'ordi, ça me
coupe les phrases voire même les mots. Comme là maint
enant. C'est peut-être un bug ou que
lque chose ? V
raiment, c'est énervant. Ça a co
mmencé depuis quelques jours après que l'ordi
s'est éteint sans raison. Ça m'a semblé bizarre, mais pas
de problèmes apparem
ment. D'ailleurs, to
us les appareils électroniqu
es de la maison n’arr
êtent pas de deconner... Si
vous savez ce que c'est, svp me le faire savoir.



jeudi 19 mai 2016

Zozo

À chaque rencontre signalée avec l'entité connue sous le nom de Zozo, il n'y a qu'un seul mot qui revienne : ténèbres. Communiquer avec Zozo à l'aide d'une table Ouija signifie inviter une force démoniaque à entrer dans votre vie. Mais qui est vraiment Zozo ? Et pourquoi a-t-il terrorisé des milliers de personnes à travers le monde ? J'ai bien peur que ce ne soit pas une question simple.

Le premier cas connu s'est produit en 1816, quand une jeune fille, en Picardie, a été victime d'une sévère possession démoniaque (selon le Dictionnaire infernal, publié en 1818 par Jacques Collin de Plancy). Elle est devenue l'hôte de plusieurs démons, dont l'un d'eux était le mystérieux Zozo.

Plus tard, lorsque les tables Ouija sont entrées dans la culture populaire durant le 20ème siècle, les histoires concernant Zozo ont commencé à affluer, avec de nombreuses légendes à propos de "l'esprit du Ouija", celui qui dévore les âmes et change les vies.


Zozo semble être une entité complexe. Dans la plupart des histoires, il est de prime abord amical, se présentant parfois sous un autre nom. Parfois, il apparaît au milieu d'une conversation avec un autre esprit et interrompt l'échange.

La planchette effectue d'étranges figures, telles que des huit ou des "Z inversés", et les réponses deviennent répétitives. Mais ça ne prend pas longtemps pour qu'une rencontre avec Zozo prenne une tournure effroyablement négative.

Il est difficile de dire quelles histoires parlant de Zozo sont authentiques et lesquelles ne sont rien de plus que des légendes urbaines. Certaines parlent de meurtres et de suicides, tandis que d'autres impliquent des cas de possessions, des blessures, des injures, des malédictions et d'autres phénomènes habituellement liés aux forces démoniaques. Certains ont même déclaré que Zozo s'était attaché à eux ou à leur famille, comme un démon parasite.

Ce qui suit est un recueil d'histoires en rapport avec Zozo, qui sont apparues à travers internet. Peut-être qu'elles vous donneront une meilleure idée de l'effet produit lors de l'invocation du démon Ouija dans votre vie. Suivez les liens pour en savoir plus.




******


En 2012, une utilisatrice de Ghost-space.com (désormais inaccessible, mais peut être trouvé ici) a partagé son histoire d'une rencontre avec un esprit Ouija suspect. Son amie était en train de poser des questions à la planche à propos de son père, mort récemment, auxquelles elle a répondu correctement.

Ensuite, la planche a, sans prévenir, tourné son attention vers sa mère.

Là encore, la planche semblait avoir une connaissance surnaturelle de ses parents. "On était toutes les deux en larmes", a-t-elle écrit. Juste après, ce qui semblait être un nouvel esprit a fait irruption. Elles ont demandé qui il ou elle était, et la réponse fut effrayante : "La goutte faisait O Z O Z O Z O Z O. Nous l'avons appelé Oz. Nous lui avons demandé d'éteindre une bougie pour prouver sa présence, et avant d'avoir fini la phrase, la bougie était éteinte. "

L'étrange présence savait également l'heure exacte lorsqu'on la lui demandait. Toutefois, elle a plus tard révélé une effrayante vérité - elle était là pendant toute la séance, se faisant passer pour le père et la mère de son amie, répondant correctement aux questions en lisant dans leurs esprits.
 

Elles ont immédiatement rangé la table de Ouija lorsque l'esprit a commencé à les maudire. Elles ne voulaient rien de plus venant de ce "Oz". Malheureusement, lorsqu'elles ont réutilisé la planche quelques semaines plus tard, pensant que le pire était passé, elles ont à nouveau rencontré Oz. "Il était vulgaire, nous maudissait, disait des choses étranges", s'est-elle souvenue. Depuis ce jour, ils semblaient ne vivre rien d'autre que de mauvaises expériences et de la malchance.

Ce n'est que quand elles se sont décidées à rechercher des cas similaires au leur sur Internet qu'elles ont appris l'existence de l'ignoble démon du Ouija. "Oz" était-il en réalité le malveillant Zozo ?



******


Une autre internaute - ce témoignage a été trouvé en parcourant le toujours fiable Yahoo Answers - , a partagé sa propre expérience avec cet affreux démon. Elle était en train d'utiliser sa planche Ouija avec une amie, un samedi soir, à la lueur d'une bougie rouge, quand l'esprit à qui elles étaient en train de parler a dit qu'il s'appelait Zozo. À ce moment précis, son amie a commencé à se plaindre d'une terrible migraine.

Les choses ont empiré à partir de ce moment-là.

"Cette nuit, elle a eu une crise de somnambulisme... dans la chambre de ma sœur. Elle a commencé à dire des choses incompréhensibles, a hurlé 'ROUGE !', avant de quitter la pièce. Pendant une bonne demi-heure, elle avait tout simplement disparu, impossible de la retrouver."

Ils ont retourné la maison de fond en comble pour la trouver. Chaque pièce de la maison. Quand la personne qui a posté ce message a finalement laissé tomber et a vérifié sa propre chambre une dernière fois, étrangement, son amie était là. Zozo était-il en train de jouer un mauvais tour, ou pire - avait-il pris possession de cette personne ?



******


Une histoire postée sur Your ghost stories en 2012, nous renvoie à une autre expérience terrifiante.
L’auteur, appelée April, avait déjà lu des histoires parlant de Zozo, mais n’y croyait pas. Comme vous allez le voir, elle n'est pas restée incrédule bien longtemps.


Elle venait de déménager avec sa sœur et pour fêter ça, elles avaient invité quelques amis. Après un moment, ils avaient décidé de s’amuser avec une planche Ouija, pour poser quelques questions à propos de l’au-delà et peut-être en savoir plus sur leur futur. Tout allait bien jusque-là, ce n’était qu’un jeu.

Ils ont placé la planche sur la table et ont disposé leurs mains sur la goutte. "Est-ce qu’il y a quelqu’un ?" a demandé April. La planche a répondu "oui". Quand ils lui ont demandé de révéler son nom, la goutte a glissé vers le Z, puis vers le O. D’avant en arrière. Z-O-Z-O-Z-O. Ils ont alors demandé à l’esprit ce qu’il désirait.

Il a répondu "Elle".


Quand ils ont demandé ce qu’il voulait dire par là, il a épelé le nom d’une de leurs amies – "J’étais terrifiée", d'après April – et a ensuite commencé à réécrire son propre nom. Z O Z O. L’une de leurs amies commençait à s’énerver à cause de ces réponses répétitives, et a décidé de provoquer l’esprit en l’insultant. "C’est là que les choses ont mal tourné", selon le témoignage d'April.
La goutte "commençait à se réchauffer" sous leurs doigts. L’esprit a commencé à épeler un autre mot. M A M A. Ils ont alors ressenti une présence dans la pièce. 


L’atmosphère était lourde. Quelque chose n’allait pas. "Je ne me sentais pas 'moi-même' ", se souvient April. "J'avais la sensation que quelque chose était en moi."

Elle ne ressentait rien d’autre que de la colère et de la haine, et commençait à rire et à pleurer. C’est là qu’ils ont décidé d’interrompre la session de Ouija, à cause des étranges sentiments qui les traversaient.
 


******


Un homme appelé Darren venant de Tulsa, en Oklahoma (Etats-Unis), a partagé son histoire le 24 mars 2009 sur le site True ghost tales. Il était depuis longtemps fasciné par l’occulte, en particulier par les planches Ouija, et avait déjà vécu de nombreux phénomènes étranges. Zozo le fascinait par "sa façon d'apparaitre de façon imprévisible, dans des lieux très différents et par le biais de nombreuses planches Ouija différentes". Il semblait que l'entité puisse être rencontrée n'importe où.

Darren a raconté une rencontre en particulier avec Zozo, qui était "extrêmement malsaine". Il était entré dans sa salle de bain, pour y trouver sa fille d'un an presque morte noyée. Elle avait été laissée laissée seule par sa mère et "d’une manière ou d’une autre, le robinet avait été ouvert et l'eau coulait à flots." Personne n’avait physiquement touché le robinet.

Le jour suivant, elle a été hospitalisée "pour une étrange infection interne" et a été mise en quarantaine. "On a failli la perdre", se remémore Darren. "Et c’est là que j’ai commencé à suspecter une attaque démoniaque".
Les rencontres fréquentes de Darren avec le démon Zozo étaient-elles ce qui avait mis la vie de sa fille en danger ? Ou l’utilisation solitaire de la planche Ouija suffisait-elle à provoquer ces terribles incidents ?



******


Cet extrait trouve son origine sur le blog d'un expert en paranormal, Darren Evans, qui a passé de nombreuses années à faire des recherches sur le phénomène Zozo. Si vous voulez lire plus d’expériences sur Zozo, je vous recommande d’aller y jeter un œil.
 
« Il y avait un esprit qui disait être celui d’un petit garçon. Nous avons également parlé à quelques autres esprits sur la planche avant qu’un autre se présente sous le nom de Oz. J'ai supposé que c'était des initiales puisque je n’ai pas souvenir d’esprits qui donnaient leur nom complet, seulement des initiales. Quoi qu’il en soit, il n’était pas amusant et foncièrement mauvais. Chaque fois qu’on essayait de communiquer avec un autre esprit amical, Oz revenait toujours à la charge et s'imposait à leur place, comme s’il était bien plus fort que les autres. Quand une question le mettait en colère, la goutte bougeait frénétiquement sur la planche en faisant des 8. Il était juste méchant. Une nuit, nous avons insulté, avons posé des questions mesquines et agi méchamment à notre tour. C’était amusant au début, mais ça a vite dégénéré.
 
Nous avons commencé à nous demander si nous devions continuer ou pas, parce que certains commençaient à avoir peur. Nous avons finalement résolu de nous débarrasser de la planche Ouija. Nous l’avons jetée, et rien d’étrange n’est arrivé par la suite. 


Je ne suis pas sûr de vraiment y croire, mais c’était une expérience troublante. Bien qu'ayant beaucoup parlé de cette nuit, je suis resté effrayé pendant facilement quelques jours. Je ne peux pas me rappeler de ce qu’a dit Oz ce jour-là, bordel ça fait bien 20 ans que c’est arrivé. Mais c'était loin d'être des choses gentilles ! »


******


Zozo est-il un démon ? Bon, je suppose que votre première question serait plutôt "Zozo est-il seulement réel ?" À partir de maintenant je devrais plutôt me concentrer sur les histoires racontées et laisser le scepticisme aux autres.

Il faut dire que tout le monde n'est pas d'accord sur le fait que Zozo soit un démon. Il y a une théorie qui dit que Zozo n’est en fait rien d’autre qu’un mauvais esprit prétendant être un démon. Après tout, il n’y a pas de raison de croire que les fantômes et autres entités étranges se doivent de dire la vérité. Ils n’ont pas à suivre de règles.

Et voilà quelque chose de vraiment étrange – dans la plupart des contacts avec Zozo, la goutte sur la planche Ouija fait un mouvement répétitif à travers l’alphabet, du Z au O, d’avant en arrière, sans arrêt, comme déjà décrit ci-dessus. Mais ça pourrait être un problème pour ceux qui utilisent une planche Ouija.
Vous voyez, il est dit qu’on ne devrait pas parcourir l’alphabet à l’envers (ni les nombres) sur une table Ouija. Pourquoi ? Parce que le faire est une méthode que les démons et les mauvais esprits utilisent pour ouvrir des portails vers notre monde. Le nom « Zozo » pourrait-il être une ruse ?



******



En passant en revue ces témoignages, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à une dernière possibilité : Zozo pourrait-il être un tulpa ? Une expérience partagée ? Comme la Philip Experiment, à plus grande échelle, ou bien comme les innombrables histoires à propos du Slenderman, Zozo pourrait bien être notre propre création.

Mais cela le rendrait-il pour autant moins réel ?

Je demande donc : avez-vous déjà utilisé une planche Ouija ? Ou rencontré l’entité connue sous le nom de Zozo ? Je ne m’en suis personnellement jamais servi. J’ai un vieux porte-clés en forme de planche Ouija, mais je doute que ce soit une porte ouverte aux esprits, encore moins pour un démon.
Je ne suis pas sûr d’y croire, et vous ?








Traduction : Clint

Texte original ici