Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

mardi 12 juillet 2016

Le mendiant et le levantin

Je viens ici vous raconter une histoire, une histoire transmise de bouche à oreille entre les Vénitiens depuis bien des siècles. Mais ne prenez pas ce récit à la légère, la ville de Venise en est encore marquée.

Cesco Pizzigani était l’un des tailleurs de pierres vénitiens les plus habiles de son temps. Il participa à la réalisation de la façade de la Scuola di San Marco, créant quelques uns des plus prestigieux jeux de perspective qui la rendirent, déjà à l’époque, célèbre dans toute l’Europe. Quelques années plus tard, en 1501, Fiorinda, sa jeune épouse, fut soudainement atteinte d’une grave maladie. Les soins infinis avec lesquels il essayait amoureusement de lui sauver la vie furent vains. Tentant le tout pour le tout, il vendit même son atelier.
Complètement ruiné, et touché par une détresse inconsolable suite à la disparition de sa bien aimée, Cesco mendia pendant quelques années devant la Scuola Grande qu’il avait contribué à édifier. De temps en temps, sans qu’on le voie, il s’amusait avec la pointe d’un clou à exercer son ancienne activité à côté du portail, gravant les profils des navires qui chaque jour chargeaient et déchargeaient des marchandises sur le grand escalier du campo.

À cette époque habitait dans le voisinage une femme qui avait eu un fils d’un Levantin, un Juif devenu sujet turc. Marchand international, il jouissait des droits accordés aux étrangers et résidait, comme beaucoup d’autres dans sa situation, sur l’île de la Giudecca. Le fils, qui vivait avec son père et était vêtu comme lui à la mode turque, venait fréquemment retrouver sa mère. Mais il la frappait souvent, en faisant la victime de son conflit intérieur ; moitié Vénitien et moitié Levantin, il était mal accepté par les deux communautés. La femme, ne s’étant jamais mariée, vivait seule et supportait bon gré mal gré les violences de son fils, qu’elle aimait plus qu’elle-même.

Mais un soir, la situation dégénéra. Dans un accès de colère comme il n’en avait jamais eu, le jeune homme la poignarda et lui arracha littéralement le cœur de la poitrine. Bouleversé par son geste, il prit la fuite et jeta le couteau, tenant encore le cœur meurtri dans sa main. Il courut vers le pont de la Scuola, mais en montant la première marche il trébucha, tomba, et lâcha prise. Le cœur roula à terre, s’arrêta, et une voix en sortit : ”Mon fils, t’es-tu blessé ?”
Ayant perdu l’esprit, le garçon courut jusqu’à la lagune, face au cimetière, se jeta dans les flots et se laissa couler. On peut encore entendre ses lamentations lugubres dans le silence du campo, car les nuits glacées d’hiver, il vient chercher le cœur de sa mère pour sentir la chaleur de son amour.

Et Cesco ? Il dormait sous le portail comme chaque nuit et, voyant la scène, il décida de l’immortaliser à sa façon en la gravant sur le marbre. Aujourd’hui encore on peut voir sur le portail, au milieu des profils de navires, une silhouette avec un turban qui tient dans sa main un cœur humain. Un cœur de mère.




22 commentaires:

  1. L'histoire est émouvante et joliment écrit.

    RépondreSupprimer
  2. Je comprend pas le dessin on dirait une bite mdr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. XD le commentaire qui casse tout

      Supprimer
    2. Ouais, Studio t'as raison XD
      Lacnos aussi en fait XD
      Mais la pasta est belle (oui je passe du coq à l'âne XD)

      Supprimer
  3. Ça me rassure...Je suis pas la seule à y avoir pensé...
    La meuf qui commente avant même d'avoir lu l'histoire lol...
    Allez, j'y vais!

    RépondreSupprimer
  4. M'étonne pas qui soit à la rue vue son talent

    RépondreSupprimer
  5. Donc en gros il a vue une teube et il a immortalisé

    RépondreSupprimer
  6. C'est plutôt une histoire transmise d'ass to mouth ^^
    La gravure sur la photo immortalise Cesco le mendiant violant le levantin en se servant du coeur de la mère comme mouth gag ni plus ni moins !
    Ça nous délecte...

    RépondreSupprimer
  7. Y'a que moi et le 1er comm qui trouvent bien l'histoire parce qu'elle vrai?

    RépondreSupprimer
  8. Bizarre ce dessin, il me fait penser à un africain d'une tribu en train de danser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et on dirait qu'il tient un piment et non un coeur

      Supprimer
  9. Le dessin me fait penser à un style "personnage de BD" avec son gros nez et sa petite bouche

    RépondreSupprimer
  10. Je l'avais déjà lue dans un conte arabe étant petite, je suis la seule ?

    RépondreSupprimer
  11. j'ai pas du tout aimé, c'est mal écrit et très "déjà vu" et la photo n'a rien a voir vu que le mec est censé avoir un talent dans son domaine... alors qu'ici ça ressemble plutôt à une gravure faite au ciseau par une bande de pote...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah oui c'est connu, quand on esquisse un truc vite fait à la pierre sur une surface aussi solide (sculpture donc) on fait du Botticelli en 30 secondes^^

      Supprimer
  12. C'est un pavé de 30 lignes avec l'histoire d'un mec qui dans accès de rage tue sa mère puis se suicide car il est peiné de l'avoir fait. Donc une histoire émouvante en soit mais la moitié des commentaires parle de pénis WHAT IS THE MINDFUCK ??!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement les commentaires c'est pour permettre aux gens qui n'ont pas encore lu la pasta d'avoir un avant-goût, histoire de ne pas lire de la merde.
      Mais ça sert pas de spoil....

      Supprimer
  13. une pasta bien écrite et émouvante :)

    RépondreSupprimer