Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 24 janvier 2016

Un rêve

Trouvé sur nauseesreve.blogspot.fr
 
15 novembre 2015
  
Bonsoir,
Je commence ce blog sans aucune attente, à part peut-être le fol espoir que quelqu’un dans le monde vive la même chose que moi… quelque part. Mais bon, même s'il ou elle existait, je ne crois pas que cette personne puisse lire ce que je vais écrire. Pourquoi aujourd'hui ? J'ai retrouvé dans mes tiroirs un dessin qui date et qui m'a donné envie de parler de ce que je vivais. Je dirais que ça a commencé lorsque j’étais enfant, probablement vers 5 ans. Un rêve. Dans ce rêve, je devais sauver un Peter Pan qui avait des yeux rouges et la peau bleue. Un air malin, malfaisant. Il me disait que je devais le sauver parce qu’il était prisonnier de ce monde, ce que j’ai fait. En même temps, Peter Pan, c’était mon héros à l’époque…
À ce moment-là, il a éclaté de rire. Je me souviendrai toujours de ce rire long, méchant mais en même temps… enfantin.
Il me disait quelque chose comme « Tu m’as libéré, mais je ne suis pas Peter Pan, juste un démon et je t’ai piégée maintenant ».


Bon, d'accord, ce rêve n’est pas intéressant.

Ce qui me perturbe vraiment est la sensation que j’ai ressentie à ce moment-là : un vide dans mon estomac, un putain de shot d’adrénaline, une sorte de plaisir intense. Mieux que le désir, mieux que de tomber amoureux, mieux que la montée d’endorphine au creux des reins quand on vient d’apercevoir son crush dans le couloir. Mieux que la baise.
Et en même temps, il y avait un dégoût énorme, une nausée indescriptible, comme si je me dégoûtais et que ça me plaisait.
Ces deux sentiments couplés l’un à l’autre forment un mélange incroyable !

Je ne demanderai pas à ceux qui ne l’ont jamais vécu de l’imaginer : je pense que ça n’est pas possible.
C’est l’impression que tout ce qui est immoral, interdit comme le meurtre, le mensonge, la douleur est ce qui existe de plus beau dans l’univers.
L’impression d’ouvrir une porte vers un monde parallèle, peut-être moins accueillant que le nôtre mais beaucoup plus intense.
C’est une sensation que, je tiens à le préciser, je n’ai jamais eue dans ma vie « éveillée » !

J’étais jeune mais ce rêve m’a quand même beaucoup troublée. Je me suis nourrie du souvenir de cette sensation pendant plusieurs jours. Voilà même le dessin que j'en ai fait peu de temps après, celui que j'ai retrouvé.



 Je n’ai jamais refait le même rêve mais du haut de mes 22 ans, j’ai régulièrement cette sensation. Je dirais, une à deux fois par an. Et à chaque fois, c’est la même chose : je cultive les fragments de cette sensation que j’ai ressentie la nuit pendant des jours, jusqu’à ce que j’oublie ce à quoi elle ressemblait (ça peut paraître étrange vu l’importance que j’apporte à ces rêves mais essayez de retrouver le sentiment de tomber amoureux tout seul, ça n’est pas vraiment possible…) et je suis nostalgique. J’attends le nouveau rêve, j’essaye de forcer (le destin ? mon cerveau ?) en regardant des films d’horreur car j’ai l’impression que ça aide.

Je ressens cela lorsque je meurs dans mes rêves, et de manière généralement violente.
Poignardée souvent, des balles dans la tête rarement, accueillie à bras ouvert par la mort une fois. Mon cerveau de petite fille n’avait pas accompli ce fantasme, j’avais juste imaginé que j’avais fait quelque chose de « mal » en libérant un démon.

Je me souviens aussi de ce rêve où c’était moi qui tuait quelqu’un mais c’était la peur de me faire chopper qui m’animait (j’avais la main de ma victime dans mon sac et du sang sur les miennes, pourtant je passais une soirée tranquille avec mes amis, et l’idée qu’ils remarquent quoi que ce soit me faisait frissonner de cette « nausée agréable » comme je l’ai appelée).

Je compte utiliser ce blog pour décrire d’autres de mes rêves lorsqu’ils arriveront.


Si jamais, et encore je n’y crois pas, quelqu’un passe ici et reconnaît ce dont je parle, qu’il me contacte via mon mail ou les commentaires du blog.




17 novembre 2015
  
Je ne sais pas si c’est d’avoir couché mes pensées sur un blog mais j’ai refait un de ces rêves cette nuit : je suis dans la maison de mes grands parents à la campagne avec des amis et on sait qu’un tueur est parmi nous. Tout le monde se suspecte, c’est intenable. Une idée folle : et si je tuais un de mes potes, comme ça le tueur me croirait de son côté et je ne mourrais pas. J’attends d’être seule avec une fille et je prépare un immense couteau que je cache derrière moi. Elle me tourne le dos, c’est le moment idéal. En plus tout le monde va croire qu’elle n’a juste pas supporté la pression et qu’elle s’est suicidée. Je ne serai jamais suspectée ! Sauf que son téléphone sonne et elle sort de la pièce. Là, je me retrouve seule, comme une conne avec mon couteau dans la main. Et… on me tape sur l’épaule. Je me retourne : une personne qui ne devrait pas être là. Je le sais car il ne fait pas partie des invités. Il me prend le couteau des mains. Je lui demande « C’est toi depuis le début ? » Il hoche la tête. « Tu vas faire passer ma mort pour un suicide et tuer tout le monde ? » De nouveau il dodeline du chef et sourit. Il m’enfonce l’immense couteau de cuisine droit dans le cœur. La nausée agréable. Ça explose, ça vient de ma poitrine. Je meurs en rigolant. Je me réveille en rigolant.

Elle est encore là, cette nausée.
Je ne veux pas que ça s’arrête. J’essaye de me souvenir ce que j’ai fait de particulier aujourd’hui. Rien. Elle arrive quand ça lui chante.
Je veux de nouveau vivre ça, mais je ne sais pas comment faire.


25 novembre 2015
  
Ça fait une semaine maintenant. Ça a complètement disparu. Je veux la retrouver.


26 novembre 2015
  
J’ai reçu un mail d’un « anonyme ». 

 L’idée me semble logique. Mais bon. De là à me faire du mal pour retrouver cette sensation… mbof.


30 novembre 2015
  
L’idée me trotte de plus en plus dans la tête. Je n’ai pas envie d’attendre un an pour avoir de nouveau ma Nausée.


4 décembre 2015

Bon, je l’ai fait. Je me suis griffée les bras et les poignets avec des ciseaux juste avant de dormir. Je l’ai vite fait entouré d’un bandage pour pas salir mes draps. C’est pas super propre mais bon. Ça passe ou ça casse. Bonne nuit.


5 décembre 2015
  
Ça a marché ! Mon dieu je me sens tellement bien. Je me sens ailleurs. L’explosion dans mon ventre. Comme des sortes de papillons. Nan… Plutôt comme des scarabées. Je viens juste de me réveiller. Pour faire court j’ai rêvé qu’un homme était hypnotisé par un film bizarre, fait par des enfants, avec des images saccadées (mes rêves s’inspirent des films que je regarde). Sous l’influence de ce film, il détruisait ensuite une poupée (vous savez, celles qui ressemblent à des bébés) en découpant avec des ciseaux ses joues et ses lèvres. Sauf que cette soit-disant poupée est en fait un vrai enfant. Moi je le sais, mais lui non, car le film modifie sa vision de la réalité. Mais c’est comme si j’étais dans son hallucination, et je ne vois pas l’enfant mais le jouet qui me regarde avec des yeux implorants. Je sais qu’il est vivant mais je ne vais pas le dire. Je ne veux pas le dire. Je veux l’observer, ressentir sa douleur. Je le vois, impuissant. De ses grands yeux beaucoup trop humains, les pupilles rétrécies par la souffrance. Je détourne le regard quelques secondes. Lorsque je reviens, l’homme a construit une chaise avec la poupée. Il a construit une chaise avec un enfant. Je ne l’ai pas vue dans mon rêve. Mais maintenant j’imagine très bien le meuble fait d’os et le coussin de chair que ça aurait pu être.  Le dessin que j'en ai fait (dessiner m'aide à maintenir la sensation au creux de mes reins) :


Bon bah j’ai une semaine de répit. Une semaine où je vais pouvoir ressentir la Nausée Agréable. Cette dimension qui s’ouvre dans ma poitrine.
Mais je sais que je vais devoir recommencer.
Je crois que je suis devenue accro.


  
13 décembre 2015

8 jours. Je recommence ce soir.























14 décembre 2015 
  
Ça a de nouveau marché. Rêve trop long. Bon, pour résumer, un homme masqué dans une Kangoo qui me propose de venir avec lui voir l'autre monde. Je vois bien qu'il n'est pas du nôtre. Il m'explique qu'il retourne régulièrement dans le monde des humains pour donner des nouvelles aux familles de ceux qui sont partis avec lui, il distribue ses colis tel un père noël funèbre. Je rentre dans sa voiture. Nous partons ensemble. Malheureusement je me suis réveillée. Je voulais rester là-bas. Mais j’ai retrouvé ma Nausée. Plus aucune sensation n’a d’importance devant elle.


19 décembre 2015 
 
5 jours. Ma mère a vu mes bras quand je suis passée la voir. Son regard effrayé m’a fait comprendre que quelque chose n’allait pas. Je vais essayer d’arrêter. C’est bientôt les vacances en plus. J’ai pas mal de choses prévues, ça va me faire oublier.


26 décembre 2015 
  
7 jours. Je n’oublie pas. Elle a disparu. Ah, il paraît que c'est Noël aussi. Je m'en fiche, je ne vois personne. J'ai reçu quelques appels mais je n'ai pas envie de sortir. Heureusement qu'il fait froid, je peux porter des manches longues.


30 décembre 2015

4 jours. J’ai craqué. Mon bras n’est que lacérations. Je peux tirer les peaux une à une. Je vais devoir trouver un autre membre.






















31 décembre 2015

Le rêve. La nausée. Je veux pas le raconter, je vais le garder pour moi. Je vais tenir plus longtemps cette fois-ci. Je ne recommencerai pas. 


3 janvier 2016 

3 jours. La Nausée a disparu dès le premier. Mais je vais arrêter. Je vais arrêter. C'est fini. Je repense à mes rêves. Je les relis et ça me donne envie de me gratter les bras.  


6 janvier 2016 

4 jours. Je ne peux pas. Pas possible de tenir plus longtemps. Même le souvenir a complètement disparu. Je veux la retrouver. Cette immoralité au fond de ma poitrine. Mon cerveau qui dit merde à mon cœur. Cette course des endorphines contre la voix de la douleur. J’ai presque ouvert mon bras. Mais ça vaut le coup.


7 janvier 2016 

J’ai rêvé que j’étais chez le coiffeur. Assise et attachée à une chaise. Le coiffeur arrive et pose un voile sur le miroir. Il me dit qu’il va me rendre encore plus belle. Il tourne autour de moi avec ses ciseaux. Je le vois. Son visage se transforme en masque de Venise de démon avec des cornes et un long nez. Il tourne autour de moi de plus en plus vite et des gens s’attroupent pour me regarder. À la fin, il me passe un petit miroir. « Vous allez voir, vous allez adorer ». Il n’a pas touché à mes cheveux. Mais…Mon visage est écorché. Comme un masque rouge dégoulinant et des yeux écarquillés. Il commence à rire. Je touche, et ça colle, et c’est chaud, ça palpite sous mes doigts. Je me suis réveillée en tremblant. 
La sensation est plus forte que jamais. Je suis restée allongée pendant un temps indéfini (3 heures, en fait). En fermant les yeux et en profitant de ce que je ressentais. 
Je recommence ce soir. 


7 janvier 2016 

J'ai compris le sens de ce dernier rêve. On m'a dit que je devais m'aider de mes rêves pour retrouver ma Nausée. Et ce que mon cerveau veut me dire me semble assez clair. Le plus dur, c'était de trouver l'outil le plus précis pour faire ce que je devais.  Mais ça valait infiniment le coup. Je touche mon visage, il est beaucoup plus doux, beaucoup plus chaud maintenant. J'ai horriblement mal. Je me sens superbement bien. Je crois que je vais me rendormir maintenant.




35 commentaires:

  1. Sympathiquement glauque j'ai beaucoup aimé, cette creppypasta à réussi à me faire sourire et aussi... First!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai ADORÉ. Rar les creepypastas comme celle-ci ^_^

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique ! Du grand art comme d'habitude avec Tripoda ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tripoda ne fait que poster la creepypasta, il n'en est pas forcément l'origine. Arrêtez avec ça, on vous le répète depuis l'aube des temps...

      Supprimer
  4. J'ai légèrement flipper en voyant la photo à la fin. Actuellement, je lui ressemble comme deux goute d'eau (à part les lacérations hein) j'sais pas ça m'as fait flipper, et maintenant j'me sent bizzare... D'habitude, même si les creepy m'apporte ce petit frisson agréable de peur et de dérengement, là c'est autre chose, comme si j'm'étais vue dans un miroir. J'dois être crever.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oaw le bad xD
      Peut-être est-ce un signe ...

      Supprimer
  5. «7 janvier 2016 » holay fuck c'est le jour de ma fête 0_0 xD
    Well elle est génial cette creepypasta j'adore tout ce qui se rapporte aux rêves :3

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. J'adore ! La meuf est maso à l'extrême. xD

    RépondreSupprimer
  8. Moi, j'ai trouvé que ça n'avait pas vraiment de sens, que ça ne faisait pas peur et que ça ressemble beaucoup à Nécrosleep

    RépondreSupprimer
  9. Un petit côté sadmaso non ? xD sinon super creepypasta

    RépondreSupprimer
  10. Je crois que je suis dans le même cas mais avec la masturbation

    RépondreSupprimer
  11. J'ai vraiment adoré cette Pasta ! Normalement je n'aime pas les Pastas de ce genre, mais celle-ci je l'ai bien aimé

    RépondreSupprimer
  12. Plutôt pas mal, même si je n'ai pas vraiment eu peur, l'histoire peut se vanter d'être originale

    RépondreSupprimer
  13. Pas mal comme creepypasta :D j'ai bien aimé la progression du personnage de saine d'esprit à profondément folle

    RépondreSupprimer
  14. j addaore super mais pas assez flipante

    RépondreSupprimer
  15. J'ai adoré! Elle est juste génial! Et le maquillage est trop bien fait!0_0
    Enfin...j'espère que c'est du maquillage...

    RépondreSupprimer
  16. J'ai déjà eu cette sorte de "Nausée" j'en ai régulièrement d'ailleurs, c'est si plaisant mais c'est assez flippant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai déjà eu cette ''Nausée'' ça fait tellement de bien

      Supprimer
    2. Moi aussi, mais perso, j'ai pas besoin de me lacéré.XD Plutôt pratique.

      ça vient quand ça vient, c'est pas courant; mais quand tu l'as, tu te sens horriblement bien.
      Tu sens un truc bizarre au niveau du ventre et ton cœur qui bat toujours (heureusement XD)mais pas de la même manière.

      Quand ça t'arrive, sérieux, t'es bien; t'as envie d'être seul pour savourer ce moment tout en repensant à ton rêve...
      Trop profond comme sentiment...

      Supprimer
  17. J'adore ces pasta qui ne se contentent pas d'un récit écris mais qui s'étendent également sur d'autres supports :D. Dessins, maquillage... Ça ne participe pas spécialement à l'immersion pour moi, étrangement, mais j'apprécie malgré tout ne serait-ce que pour l'investissement de l'auteur en fait ^^. C'est ce sentiment d'approbation teinté d'admiration qu'on ressent quand on reconnaît la qualité du travail de quelqu'un.
    La pasta en elle même m'a laissé sur ma faim sinon, mais elle était plutôt sympathique malgré tout !

    RépondreSupprimer
  18. C'est dingue ça, moi aussi je ressens souvent cette sensation quand je rêve que je tombe de très haut ou que je rêve que je me laisse couler et noyer dans un lac (ça arrive souvent) cette sensation de "papillons dans le ventre" comme le disent les anglais. Mais je l'aime pas au point de devenir adict!

    RépondreSupprimer
  19. j'aimerais bien ressentire cette sensation un jour

    RépondreSupprimer
  20. Bonne pasta', ça met mal à l'aise mais c'est agréable. On voit bien l'évolution du personnage à travers le récit. L'image de la fin aurait pu s'abstenir. x3

    RépondreSupprimer