Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 29 novembre 2015

Le château d'eau

Cette semaine, j'étais en vacances chez mes grands-parents, qui habitent dans un village pas trop loin de chez moi. Un soir, en plein repas, la conversation avait dévié sur un sujet qui a attiré mon attention. Ma grand-mère a évoqué une affaire qui avait eu lieu dans la ville, il y a un an ou deux.


Ça s'était passé dans un quartier très proche, et peu de personnes (à part celles concernées) en avaient entendu parler. Pourtant, c'était le cas de ma grand-mère, dont une amie connaissait un couple vivant dans ce quartier.
Un jour, un homme s'était plaint d'une odeur étrange, qui provenait de sa salle de bains. Il avait remarqué que l'odeur émanait de l'eau de la douche et des robinets. Assez vite, il s'était rendu compte qu'il y avait le même problème partout dans sa maison.


Peu de temps après, plusieurs autres cas ont été signalés dans plusieurs foyers. Une famille s'est même plainte de la couleur, du goût écœurant et de l'odeur nauséabonde de l'eau chez eux. La source du problème a rapidement été identifiée : il y avait des travaux dans la ville. Il était donc probable que la couleur vienne de la terre. Pourtant, les habitants signalaient toujours des problèmes avec la qualité : parfois, il y avait des petits morceaux mous, comme des bouts de feuilles, ou des épluchures. Quand le maire a commencé à se plaindre à son tour, une enquête a été ouverte. Il s'est avéré que le problème ne venait pas des travaux. Elle ne venait pas non plus des tuyaux, assez récents selon le témoignage du maire.


Certains habitants menaçaient de partir si le problème n'était pas réglé au plus vite, malgré le fait que la mairie fournissait l'eau potable en bouteilles. L'enquête a continué. La police a décidé d'inspecter le château d'eau qui alimentait les quartiers touchés par le problème, situé à proximité d'une forêt assez dense. Et ce qu'elle a découvert était loin de ce que la population avait imaginé.


La porte d'accès à l'intérieur avait été forcée, violemment. En pénétrant dans le bâtiment, les policiers ont immédiatement remarqué une odeur désagréable inquiétante. Le bassin d'eau avait pris une teinte brune, presque rouge, et des petits morceaux étaient visibles à la surface et au fond. En observant de plus près, les policiers ont remarqué des corps d'animaux en décomposition. Ceux en meilleur état présentaient des traces de morsures. Des parties avaient été arrachées sur les cadavres d'écureuils, lapins, renards, voire sangliers, comme s'ils avaient été dévorés.


La population a été avertie, mais la police n'a pas insisté sur les traces de morsures, en faisant négligemment allusion à  des chasseurs, des chiens errants ou même des loups. Le chef des hommes chargés de l'enquête a pourtant avoué que ce n'était pas possible. La porte n'avait pas pu être forcée par un animal, même un sanglier. Ce qui avait enfoncé cette porte était beaucoup trop puissant pour être un animal de la forêt, et l'hypothèse des chasseurs a été rapidement écartée.


Des rumeurs circulèrent bientôt parmi les habitants, décrivant principalement des créatures plus ou moins invraisemblables. Même si la plupart des gens sensés ignoraient ces ragots, la question de ce qui a fait ce carnage reste en suspens.




jeudi 26 novembre 2015

Tundra

10/08/2012

Ça fait environ deux jours... ou trois. Trois jours, je crois, depuis que la Jeep d'Andrei est tombée en rade dans la rivière. On s'est faits avoir comme des bleus, réveillés en pleine nuit par une putain de crue de tous les diables. On a réussi à sortir la Jeep sur le bord, mais impossible de la redémarrer. Pour l'instant, on est principalement restés à l’intérieur, à se peler les miches comme pas possible. On a pas mal de bouffe, mais faudrait pas s'éterniser ici non plus.

J'écris pas ça comme un testament, loin de là, plutôt pour me souvenir de cette... Aventure ? Ouais c'est le mot. Aventure.

13/08/2012

Il commence vraiment à faire froid, et les boîtes de sardines vides puent la mort. On sait absolument pas où on est. Ce connard de Viktor nous avait dit qu'il connaissait la région, mais il a aucune idée d'où on peut bien être. Tout ce qu'on sait, c'est qu'il fait foutrement froid. Je veux dire, je suis habitué au froid, en Sakha y'a aucun palmier qui pousse. Mais là, avec juste une parka et mes couilles en dessous, c'est pas la même affaire. Pour couronner le tout, aucun village à moins de 300 km. J'ai toujours aimé les grands espaces, mais je cracherais pas sur une petite baraque avec un bon feu.

C'est Alexander le mécano entre nous quatre. Il a la tête fourrée dans le moteur depuis la crue, soit cinq jours maintenant. "T'en fais pas Alexei, on va repartir d'ici cinq minutes !" Cinq minutes. Je sais pas où il a appris à compter. En tout cas, je compte pas me les geler ici plus longtemps.

14/08/2012

On a décidé de partir. On a laissé notre matos de pêche dans la Jeep. Viktor a quand même embarqué une canne au cas où on tomberait sur la Sutam. C'est là où on était censés aller après tout, non ?

On a pas vraiment de plan de route. Viktor était censé avoir la "carte en tête". Toujours est-il que l'ordre de marche c'est droit devant. Si on tombe sur la rivière Sutam, on la remonte jusqu’à Neryungri. En fait, aucun de nous quatre ne sait exactement où se trouve Neryungri, ni même si c'est au bord de la Sutam, mais Viktor a dit qu'il se rappelait y être passé une fois.

Pas un arbre à l'horizon, pas un point de repère. De la neige, de la terre gelée, des herbes courtes çà et là. J'ai trouvé une barre de chocolat au fond de mon sac. Je ne l'ai dit à personne. Je me suis assez fait chier à aller en ville pour l'acheter, je vais pas en plus la partager en quatre. Enfin bon, on verra bien.

15/08/2012
Je commence à penser que le confort de la Jeep était pas si mal que ça. On avait peut-être froid, on pouvait pas vraiment bouger, mais au moins on était à l'abri du vent. Cette nuit on a dormi au creux d'un arbre mort. C'était atroce. Le vent s'est pas arrêté une seule seconde, je me suis réveillé au moins cinq fois. Et à chaque fois, le feu était éteint. On commence à manquer de combustible. On avait pas vraiment pensé à ça. Et la bouffe part à une vitesse folle. Je sais que par ce temps il faut beaucoup d'apport calorique, mais si on continue à ce train-là on va devoir se rationner plus tôt que prévu.

16/08/2012

Encore une nuit horrible. On a cru que Viktor était mort ce matin. Il bougeait pas, mais il était juste vraiment fatigué. On l'est tous. On a quand même repris la route, si on s'arrête on est morts.

On est arrivés près d'une petite rivière. Oh non, pas la Sutam. Ce serait trop beau. Non, juste un petit bras d'eau, assez profond pour pouvoir y pêcher toutefois. Andrei et Viktor m'ont engueulé quand j'ai lancé la ligne. J'ai oublié leur "rituel". C'est des Sibériens, je peux pas leur en vouloir d'être superstitieux. Ces imbéciles lancent toujours une poignée de tabac dans l'eau avant de pêcher. Une offrande au Vodianoi. M'est avis que si leur Vodianoi voulait vraiment s'en fumer une, il préfèrerait avoir du tabac sec... Et puis, de toute façon, j'ai oublié mon tabac dans la Jeep d'Andrei. En tout cas, j'ai ramené deux truites et ils étaient bien contents de les bouffer. On reprend la route demain.

18/08/2012

J'ai pas écrit hier. C'était assez tendu en fait. On a marché toute la journée, on s'est arrêtés deux heures pour manger les dernières sardines à l'huile. On s'est pas parlé. Je crois qu'on est tous crevés. Viktor s'est fait mal en traversant la petite rivière. Il a trébuché sur un caillou peut-être, et s'est foulé la cheville. On a dû ralentir le rythme pour qu'il puisse nous suivre, Alexander l'aide. Mais c'est encore plus dur d'aller lentement. On se refroidit, on a l'impression de pas avancer. Et je jure que si Andrei prononce une fois de plus "Vodianoi", je le tue moi-même.

19/08/2012

On a trouvé une petite cabane. Là, au milieu de nulle part. Y'a juste une petite rivière qui passe juste à côté. Je crois que c'est une cabane de chercheur d'or : y'a des tamis un peu partout. On a déjà commencé à les brûler dans la cheminée. La cheville de Viktor est dans un sale état. Je crois bien qu'il s'est cassé quelque chose. En tout cas, cette cabane est une bénédiction.

24/09/2012

Ne pas désespérer. Ne pas désespérer. La température est de plus en plus basse, et on a quasiment plus rien pour entretenir le feu. On a commencé à arracher le plancher, on pose nos culs sur de la terre froide. On a presque plus de bouffe, j'ai plus rien pêché depuis plus de deux semaines. Viktor ne bouge quasiment plus, si ce n'est pour aller pisser dehors. Son pied est noir. Il se plaignait beaucoup au début, mais maintenant il sent plus rien quand on le pique sous le pied.

Je crois qu'il en a plus pour longtemps.

26/09/2012

Alexander m'a réveillé en pleine nuit. Il a vu Viktor discuter avec quelqu'un au bord de la rivière. Moi j'ai rien vu. Je crois qu'il commence à devenir fou. C'est ça, ou alors il se fout de ma gueule. Ce matin Viktor m'a dit qu'il était bien sorti pisser pendant la nuit, mais il s'est endormi avant que je puisse lui poser plus de questions.

27/09/2012

Viktor est mort.

29/09/2012


Alexander et Andrei se sont battus ce matin. Andrei arrêtait pas de dire que Viktor est mort par ma faute, que c'est le Vodianoi qui l'a tué. Alexander lui a décoché une droite. Sans un mot. Andrei a été surpris, ils se sont regardés, et Andrei lui a sauté dessus. On aurait dit des bêtes. J'ai rien fait pour les séparer. Pour une fois qu'il se passe quelque chose.

30/09/2012

On a mis le corps de Viktor dans la neige, dehors. Pour le conserver. Si on vient nous chercher, je pense que sa mère aimerait récupérer son corps. Andrei ne nous a pas décroché un mot, ni à moi, ni à Alexander. Il reste dans son coin, à faire des prières. Foutu sibérien. Résultat, c'est moi qui récolte la neige pour boire et qui décroche le plancher, pendant qu'Alexander essaye de pêcher quelque chose.

13/10/2012


Je crois que je perds la tête. En me réveillant ce matin, j'aurais juré avoir vu bouger Viktor. Rien de flagrant, mais un petit mouvement. J'ai tâté ses vêtements au cas où une souris ou un vermisseau se planquerait dessous, mais rien. J'en ai parlé à personne, Andrei recommence tout juste à causer, j'ai pas envie de relancer de l'huile sur le feu.

15/10/2012

Y'a un truc qui galope dehors. Il fait nuit noire, on y voit pas à deux mètres. Mais ça fait un quart d'heure au moins qu'on entend un truc courir autour de la cabane. C'est peut-être une biche. Ou le Vodianoi d'Andrei. Ou un truc du genre. Un truc qui se mange en tout cas. Quoi que ce soit, on va le choper.

On est sortis avec Alexander, mais y'avait rien dehors. Pas même de traces dans la neige. On est pourtant très sûrs d'avoir entendu des pas. On peut pas devenir fous tous les trois en même temps... Si ?

16/10/2012

Il est encore tôt, le soleil vient à peine de se lever. Alexander et Andrei ont réussi à dormir. Pas moi. J'ai encore entendu marcher dehors. Mais ça semblait plus loin, vers la rivière peut être. Et cette fois je suis sur de ce que j'ai vu : le corps de Viktor a bougé. Je veux dire, pas devant moi, mais j'aurais juré l'avoir posé quelques mètres plus près de la cabane.

24/10/2012
Des cadavres. Nous sommes des cadavres qui parlent. Je sais pas combien de kilos j'ai perdu, mais quand je vois Alexander ou Andrei, je me dis que je dois être dans le même état. On a entamé les planches des murs. Après les sardines y'a quelques semaines, maintenant c'est les poires en jus qu'on a terminées. Et toujours aucun succès avec la pêche. Même si Alexander m'a plusieurs fois fait remarquer qu'il avait vu un "gros truc" dans la rivière. Mais gros ou pas, on a rien sorti de la rivière depuis... Depuis qu'on est arrivés ici.

Le ciel est noir, je pense que ce qui va nous tomber dessus risque de nous faire mal.

27/10/2012

Je sais pas trop si je crois en ce que je vais écrire... J'aimerais que ce soit faux. Sincèrement.

On a été bloqués deux jours dans la cabane par la tempête. Pas une seule accalmie. Et c'est nos ventres qui ont réfléchi pour nous. J'ai vu comment Alexander regardait le corps de Viktor quand il passait devant en allant pêcher. Pas de la tristesse, pas du désespoir ; de l'envie. Et on a tous ce regard quand on pose les yeux sur lui ces derniers jours.

On devait survivre, mais on savait qu'on resterait pas longtemps debout à boire du bouillon d'herbe et de neige fondue. On s'est regardés, et on a décidé d'aller chercher Viktor, en pleine tempête. Je suis sorti en premier, et là où j'aurais dû voir une bosse dans la neige, il n'y avait rien. J'ai fouillé avec mon pied, mais il n'y avait strictement rien. On s'est enfermés dans la cabane depuis. Si un ours a emporté le corps de Viktor, il doit encore être dans les parages.

Si c'est bien un ours.

5/11/2012

Alexander est sacrément malade. Il tousse à s'en décrocher les poumons. C'est moi qui m'occupe de pêcher. J'ai attrapé un poisson hier. Plus rien depuis. Andrei ne dort plus la nuit depuis que le corps de Viktor est parti a disparu. Il jette tout un tas de choses dans la rivière quand la nuit tombe. Hier soir, il a jeté sa montre.

7/11/2012

On est peut-être sauvés ! Je pourrais pleurer. J'ai pleuré d'ailleurs. Le chercheur d'or ! Le chercheur d'or est venu ! Un vieil homme, très vieux, sa peau ressemble à de l'écorce d'arbre.

J'étais en train de pêcher quand je l'ai vu, sur l'autre rive. Il me regardait, et il m'a souri. Il m'a dit que c'était sa cabane dans laquelle nous étions, et qu'il avait d'abord pensé qu'on était des bandits, et qu'il nous observait depuis plusieurs jours pour s'en assurer. J'ai pas vu de tente ou de campement pourtant. Et il avait pas de sac à dos. Mais il était là et c'était inespéré !

Il a traversé la rivière pour nous rejoindre, tout en continuant à me parler. On s'est regardés avec Alexander. Ce mec allait sortir de la rivière en glaçon. Pourtant, il est sorti tranquillement. Il a juste essoré ses vêtements en continuant de parler.

Il a dit connaître un petit village pas loin, et nous a proposé de le suivre. On peut pas bouger Alexander dans son état, alors Andrei est parti avec le vieux pendant que je veille sur Alexander. J'arrive pas à croire que quand ils reviendront, ça sera avec des toubibs, de la bouffe, des secours, des gens quoi !

9/11/2012

Ça fait deux jours qu'Andrei est parti avec le vieux. J'espère qu'ils se sont pas perdus. Ce vieux avait l'air sûr de lui pourtant. Alexander va un peu mieux.

10/11/2012

J'ai pêché un poisson aujourd'hui.

11/11/2012

Andrei est revenu. Seul. Il était trempé quand il a tapé à la porte cette nuit. Je lui ai demandé qu'est-ce qu'il avait fait du vieux, il m'a juste dit que les secours allaient arriver. Depuis cette nuit, il bouge pas, il nous fixe tour à tour, Alexander et moi. Il est assis près du feu, mais ses vêtements sont toujours aussi trempés. Ce con a toute une flaque autour de lui...

13/11/2012

Mais qu'est-ce qui lui a pris ? Putain, mais qu'est-ce qu'il lui est passé par la tête à ce fils de pute d'Andrei ? Il a essayé de me tuer. Il a essayé de me noyer.

J'étais en train de pisser près de la rivière, juste devant le coucher de soleil. Il est arrivé comme un fou derrière moi, m'a fait tomber en avant. J'ai senti ses putain de mains me tenir la tête sous l'eau, il avait une force de dingue. Trop de force pour un mec qui a passé les trois dernières semaines à bouffer de l'herbe. Je me suis débattu autant que j'ai pu, et puis j'ai lâché prise. J'y arrivais plus, j'allais mourir. J'ai ouvert les yeux sous l'eau, je voulais pas mourir sans voir une dernière fois quelque chose... Et j'ai vu un visage. Très vite, un flash. Je sais pas très bien ce que j'ai vu, une femme ou un homme... Ou autre chose... Mais juste après ça, la pression d'Andrei s'est relâchée et j'ai pu sortir de l'eau.

Alexander lui avait planté un pieu dans la nuque. Il m'a trainé jusqu’à l’intérieur de la cabane, m'a allongé près du feu. J'ai repris mes esprits et on a rentré le corps d'Andrei. Ses vêtements étaient toujours trempés. On les a enlevés. Et... On a pété un plomb.

Je sais pas si c'est l'adrénaline, l'hystérie ou la faim (c'est sûrement la faim), mais on s'est mis à découper Andrei. Calmement. L'instinct sûrement. Mais le corps n'était pas chaud, au toucher, on aurait dit qu'il était mort depuis plusieurs heures. Ça nous a pas arrêtés. On s'est regardés coupablement, et on a mis la viande à cuire.

15/11/2012

J'essaye de pas penser à ce que je mange. Je vomirais je pense. Alexander fait pareil. Je le vois lever les yeux au ciel quand il avale.

16/11/2012

Quelque chose a tapé violemment à la porte cette nuit. On s'est réveillés en sursaut. On s'est pas rendormis.

17/11/2012

C'était encore pire cette nuit, j'ai cru que les murs allaient tomber. Grognements, coups dans les murs, traces de pas dans la neige. Faut qu'on se tire. Vers où, je sais pas, mais on doit pas rester ici. Alexander me dit qu'on devrait arrêter de manger Andrei. Il pense que c'est lié, d'une certaine manière. C'est un peu tard. Il reste pas grand chose de lui.

18/11/2012

On part. Personne lira ce journal, et j'ai pas franchement envie de le garder. J'ai pas envie de me souvenir de ce qui s'est passé ici. La température a encore chuté, et la neige nous arrive jusqu'aux genoux. On sait pas vraiment où on va aller, mais je préfère mourir en tentant de m'en sortir, que de rester ici avec ces... Choses. J'aurais juré avoir vu le vieux chercheur d'or ce matin, en regardant par la fenêtre. Du coin de l’œil. Je nous souhaite bonne chance, personne le fera pour nous.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Ces événements se sont déroulés entre le mois d'Août 2012 et le mois de Novembre 2012, en République de Sakha, en Russie.

Les journaux ont beaucoup relayé la nouvelle, mais ont occulté certains détails. Peut-être même que vous en avez entendu parler.

Alexei Gorulenko, 35 ans et Alexander Abdullayev, 37 ans, seront retrouvés quelques jours plus tard, près de la rivière Sutam, à 250kms de la petite ville de Neryungri, plus au sud. En tout, ils auront marché plus de 150kms entre la Jeep et la rivière Sutam.

On retrouvera la Jeep enfoncée dans une rivière gelée.

Lorsque la police découvre le corps d'Andrei Kurochkin, 44 ans, dans une cabane de chercheur d'or, il est partiellement découpé en morceaux. Alexei Gorulenko et Alexander Abdullayev affirment que leur ami est mort de froid. Les expertises montrent pourtant des traces de mort violente, notamment un pieu et une veste ensanglantés. Les deux pêcheurs seront alors soupçonnés d'homicide et de cannibalisme.

Le corps de Viktor Komarov, 47 ans, n'a jamais été retrouvé.

Ce journal n'a jamais été pris en compte par les enquêteurs, d'après lesquels il avait été écrit par Alexei Gorulenko pour se justifier de ses crimes. Gorulenko ne l'a d'ailleurs jamais évoqué. Quant à moi, je ne dévoilerai pas mon identité, sachez juste que j'ai participé de près à l'enquête.

Peu de temps après leur retour, Alexei Gorulenko et Alexander Abdullayev se sont enfuis de l'hôpital dans lequel ils étaient soignés. Retrouvés quelque temps après, Alexei Gorulenko sera condamné à 3 ans de prison avec sursis pour avoir causé "des blessures mortelles" sur la personne de Andrei Kurochkin, le cannibalisme n'étant pas considéré comme un crime en Russie. Alexander Abdullayev quant à lui, sera considéré comme témoin des faits, et affirmera lors de son procès ne pas avoir mangé Andrei Kurochkin parce qu'il avait faim, mais parce qu'il avait "d'autres raisons".



mardi 24 novembre 2015

Bruit blanc

Vous savez ce qu'est le "Bruit Blanc" ? Le bruit blanc est un son qui comporte toutes les fréquences du spectre.

On retrouve ces bruits blancs à la télé, à la radio... C'est ce fameux son quand, par exemple, vous changez de chaîne sur votre TV et tombez sur une chaîne qui ne capte aucun signal.


Il y a une forte relation entre le bruit blanc et le paranormal. Il est connu que les chercheurs en paranormal utilisent des enregistrements de bruit blanc pour détecter des voix. C'est le "phénomène de voix électronique" (PVE). Il y en a énormément sur YouTube, la majorité dont l'origine est discutable.

Un film traitant du sujet est sorti en 2005, avec Michael Keaton dans le rôle-titre. Le film retrace l'histoire d'un homme qui a perdu sa femme et qui cherche à établir un contact avec elle, et pour cela il a recours à des enregistrements de "bruit blanc", par le biais de télévisions ou de radios.Un film très "Hollywoodien", avec des scènes intenses, comme des mains sortant de l'écran pendant l'enregistrement de ces bruits par le protagoniste.



Mais je ne suis pas là pour parler de ça. Ce que je veux vous transmettre est une expérience unique avec le paranormal. Il s'agit d'une vidéo de deux heures, constituée d'un écran noir avec le "bruit que tout le monde aime" (ainsi est nommée la vidéo).
À la première écoute, il semblerait que ce ne soit qu'un enregistrement de bruit blanc. Peut-être que c'est le cas, mais peut-être que non.
Je préfère vous laisser en juger par vous-même.
Il n'est pas nécessaire de visionner la vidéo pendant deux heures, apparemment écouter le son pendant trente minutes est suffisant pour une expérience complète...
Ainsi, pour arriver à ce but, vous devez vous déconnecter complètement du monde extérieur, utiliser un casque (c'est obligatoire), et vous concentrer uniquement sur ce son.
Si vous ne vous coupez pas du monde extérieur et continuez vos activités habituelles tout en écoutant ce son, ce ne sera qu'un simple bruit blanc, rien d'autre.
Vous ne devez pas vous endormir... Ce son est très relaxant, avant de devenir perturbant (des personnes utilisent le bruit blanc pour les hypnoses, pour soigner les insomnies...).
Si vous suivez scrupuleusement ces indications, vous pourrez commencer à entendre des choses autres que ce son. Des voix, des gens...
Deux avertissements :

1- Si vous entendez des chuchotements, écoutez-les attentivement. Mais ne suivez pas leurs instructions, sous aucun prétexte. Ne suivez aucun ordre, pour peu que vous en entendiez.

2- Si vous commencez à entendre des cris, quelle que soit leur intensité, coupez immédiatement la vidéo, pour votre propre sécurité.
Si vous êtes une personne influençable, ne regardez pas cette vidéo. Passez votre chemin.
Si jamais, malgré tout, vous sautez le pas, c'est à vos risques et périls. Le danger, ici, est de porter préjudice à vous ou à autrui, ou de libérer quelque chose que vous ne pourrez pas contrôler.


Maintenant que vous êtes avertis, voici la vidéo :



Quelques témoignages :

”I remember listening to this once. I heard a child calling my name.”
(Je me souviens avoir écouté ça une fois. J'ai entendu un enfant m'appeler par mon nom.)

”I could definitely hear whispers, but I couldn’t make any words out.”
(Je suis certain d'avoir entendu des murmures, mais je n'ai pas compris ce que ça disait.)

Et vous, qu'avez-vous entendu ?








Traduction : Kamus

samedi 21 novembre 2015

Le médecin allemand

Pendant l'hiver 1944, dans les Ardennes, avec les provisions surtaxées, un médecin allemand tomba à court de plasma sanguin, de bandages et d'antiseptique. À la suite d'un tir de mortier particulièrement efficace, son campement devint soudainement une mare de sang. Les survivants affirmaient entendre, parmi les cris et les ordres aboyés par les lieutenants, quelqu'un jubiler comme une petite fille.

Le docteur faisait ses consultations pendant les tirs, dans une obscurité quasiment totale, comme il l'avait déjà si souvent fait auparavant. Mais jamais dans le passé, il n'avait été à court de matériel.

Le bombardement se déplaça à l'autre bout de la ligne. La plupart des hommes tombèrent de sommeil pendant les quelques heures toujours sombres du petit matin. C'était le jour du nouvel an 1945.

Les hommes se réveillèrent aux premiers rayons de soleil, avec des cris. Ils découvrirent que leurs bandages n'étaient pas des bandages normaux, mais des tendons et des bandes de chair humaine. Plusieurs hommes s'étaient fait transfuser du sang frais, alors que les réserves de sang étaient à sec. Tous les hommes soignés étaient teintés de la tête aux pieds de sang bordeaux.

Le chirurgien fut trouvé assis sur des caisses de munitions, fixant le ciel. Quand un homme, s'approchant de lui, tapa sur son épaule, sa tunique tomba, révélant que sa peau, ses muscles et ses tendons avaient été arrachés de son torse ; son corps était presque totalement exsangue. Dans une de ses mains, il y avait un scalpel, et dans l'autre une poche de sang pour transfusion.

Aucun des hommes ayant profité de soins cette nuit-là dans le camp ne vit la fin de janvier 1945.




Traduction : Mhyn

Creepypasta originale ici

mercredi 18 novembre 2015

Pale Luna

Depuis plusieurs années, il est devenu très facile d'obtenir ce que l'on veut. Il suffit de quelques clics, et le tour est joué. Internet a tout simplifié, n'importe qui peut utiliser un ordinateur et altérer la réalité.
Cette abondance d'informations, obtenue grâce à un simple clic, est arrivée à un tel point qu'il est difficile maintenant d'imaginer notre vie sans.
Quand même, il y a de ça une génération, quand les mots "Streaming", ou "Torrent", n'avais pas de sens en dehors des cours d'eau, les gens devaient se retrouver face à face pour s'échanger logiciels, programmes, jeux de cartes et autres cartouches.
Il est vrai que la grande majorité de ces rencontres avaient pour but de s'échanger des jeux populaires, comme King's Quest ou encore Maniac Mansion.
Pourtant, il existait une minorité de programmeurs qui faisaient passer leurs propres créations lors de ces échanges, et si le jeu était suffisamment divertissant et bien programmé, celui-ci était passé de main en main, jusqu'à attirer l'attention d'un potentiel éditeur.
Ces jeux-là étaient rares et considérés comme de véritables artefacts, recherchés par les collectionneurs à travers tout le pays.
Pourtant, "Pale Luna" n'était jamais sorti de la région de San Francisco. Toutes les copies recensées restaient dans cette zone.
Tous les ordinateurs ayant un jour fait tourner ce jeu se situaient dans les environs de cette ville. Cela est explicable par le petit nombre d'exemplaires mis à disposition par le programmeur.


Pale Luna était un jeu d'aventure textuel, une "Fiction interactive" , dans la même veine que "Zork" ou "The Lurking Horror". Il avait été créé dans la même période que ces deux jeux, période durant laquelle ce genre était à la mode. 



Exemple de fiction interactive : Zork

 Au début du programme, il n'y avait qu'un écran noir, excepté quelques lignes de texte :

- Vous êtes dans une salle sombre. Le clair de Lune brille par la fenêtre.

- Il y a de l'OR dans un coin, ainsi qu'une PELLE et une CORDE

- Il y a une PORTE qui donne vers l'EST

- Commande ?



C'est ainsi que commençait ce jeu, décrit dans un vieux fanzine comme "énigmatique, sans aucun sens et totalement injouable". Le jeu acceptait alors les choix suivants :
PRENDRE OR, PRENDRE PELLE, PRENDRE CORDE, OUVRIR PORTE, ALLER VERS l'EST, dans cet ordre. Puis le joueur recevait les instructions suivantes :


- Prenez votre récompense

- PALE LUNA VOUS SOURIT

- Vous êtes dans la forêt. Il y a 3 chemins. NORD, OUEST et EST.

- Commande ?


Ce qui a rapidement frustré le peu de joueurs ayant eu l'occasion de tester ce jeu était le comportement confus et bugué de la phase suivante. En effet, seule une direction était la bonne.
Par exemple, dans notre cas, toute tentative d'aller dans une autre direction que le nord se soldait par un freeze complet du système, obligeant les joueurs à redémarrer leur ordinateur.
De plus, chaque nouvelle séquence de jeu était une répétition de l'écran précédent, la seule chose qui changeait étant les directions proposées. Encore pire, les commandes classiques de ce type de jeu étaient inutiles ici. Les seules actions acceptées par le jeu, autres que celle du mouvement, était UTILISER OR, auquel le jeu répondait par le message suivant :


- Pas ici.


Ou bien, UTILISER PELLE, qui affichait :


- Pas maintenant.


et aussi UTILISER CORDE, qui faisait surgir le texte :


- Vous avez déjà utilisé ceci.


La majorité de ceux qui ont joué à ce jeu continuait pendant quelque temps, jusqu'à en avoir marre de devoir redémarrer leur ordinateur à chaque freeze du système, et jetait la disquette du jeu à la poubelle, décrivant cette expérience comme une horrible blague mal programmée.
Toutefois, il y a une chose sur le monde des ordinateurs qui ne change pas malgré l'époque : ceux qui les utilisent ont beaucoup trop de temps libre à combler.


Un jeune homme du nom de Michael Nevins a un jour décidé de découvrir si Pale Luna avait plus à offrir que ce que la majorité des gens avait pu apercevoir.
Après cinq heures de jeu, trente-trois tentatives et beaucoup de câbles débranchés, il avait finalement réussi à faire afficher au jeu un texte différent.
Ce nouvel écran affichait :


- PALE LUNA AFFICHE UN LARGE SOURIRE

- Il n'y a aucun chemin

- PALE LUNA AFFICHE UN LARGE SOURIRE

- La terre est souple

- PALE LUNA AFFICHE UN LARGE SOURIRE

- Ici

- Commande ?


Il aura fallu une heure pour que Nevins trouve la bonne combinaison d'actions pour progresser dans le jeu :


CREUSER TROU, DÉPOSER OR, REBOUCHER TROU.


Cela fait, un nouveau texte était affiché :


- Félicitations.

—-40.24248—-

—- -121.4434—-


À ce stade, le jeu n'acceptait plus aucune commande, et il fallait redémarrer l'ordinateur une dernière fois.
Après avoir longuement réfléchi, Nevins était arrivé à la conclusion que ces nombres étaient en fait une latitude et une longitude - celles-ci conduisaient à un point dans une forêt qui surplombait le parc volcanique de Lassen.
Comme il avait beaucoup plus de temps libre que de bon sens, il avait décidé d'aller voir de lui-même ce que signifiait la fin de "Pale Luna".


Le lendemain, armé d'une carte, d'une boussole et d'une pelle, il parcourut les sentiers du parc, dans la forêt, impressionné par le fait que chaque fois qu'il tournait à un carrefour, c'était exactement dans le même sens que dans le jeu.
Plus d'une fois il regretta d'avoir emmené les outils pour creuser, mais finalement il se convainquit que vu la similarité entre sa journée et ce qu'il avait vécu dans le jeu pour le moment, il y avait sûrement un trésor enterré quelque part à la clef.


À bout de souffle, après son périple en quête de l'endroit qu'indiquaient les coordonnées, il arriva finalement dans une petite clairière, dans laquelle il trouva un amas de terre retournée.
Excité comme il devait l'être pour avoir peut-être trouvé un trésor, ce serait un doux euphémisme de dire qu'il fut choqué en découvrant à la place la tête d'une petite fille blonde, dans un état de décomposition avancée.
Il alerta aussitôt les autorités. L'enfant fut identifiée ; il s'agissait de la petite Karen Paulsen, 11 ans, portée disparue par le département de police de San Diego depuis plus ou moins un an et demi.


Des efforts ont été faits pour retrouver la piste du programmeur de Pale Luna, mais le grand flou régnant dans le milieu des échanges de jeux en face à face conduisait à bien des impasses.


Les collectionneurs offriraient jusqu'à 6000 dollars pour une copie authentique du jeu.


Le reste du corps de Karen ne fut jamais retrouvé.






Traduction : Kamus

Creepypasta originale ici

Une version BD a également été traduite. Elle met en avant des détails importants qui ont pu échapper à certains d'entre vous...

Partie 1
Partie 2

lundi 16 novembre 2015

Les étrangers

Journal de ma rencontre avec un étranger

Aussi loin que remontent mes souvenirs, ma mère a toujours eu des sales manies, des habitudes qu’une petite fille ne peut comprendre qu'à l’adolescence.

Oui, il y a toujours eu des trucs que je détestais chez ma mère (comme sa chemise de nuit blanche et serrée qui laissait deviner ses os). Ça se passait souvent le soir, quand je me couchais.
Pour me dire bonne nuit, elle m’embrassait le front, les joues, la poitrine, par à-coups, avec ce détestable bruit de succion. Enfant, ça me faisait rire, plus grande, ça devenait carrément lourd.

Vers 10/11 ans j’ai commencé à lui dire d’arrêter. Elle se mettait alors à chouiner comme une gamine pour un caprice, son regard larmoyant planté dans le mien. Puis elle sortait de la chambre à reculons, avec ses grands yeux noirs et sa bouche entrouverte sur un souffle agonisant. Parfois, elle allait se coucher dans son lit ou sur la banquette du salon, en bas à la cave, parfois j’entendais le tapotement de ses pieds nus sur le carrelage du couloir. Elle revenait.

Si elle avait laissé la porte entrebâillée alors elle la claquait violemment, plusieurs fois. Si elle était fermée alors elle tournait doucement la poignée, la poussait un peu et glissait sa main dans l’ouverture, pour tapoter ses longs ongles pointus contre l’interrupteur. Le pire c’est que je l’entendais glousser derrière la porte comme si elle prenait du plaisir à m’effrayer. Plus grande, je lui hurlais d’arrêter ça. Elle me répondait alors que ce n’était pas de sa faute, que sa mère l’avait aussi éduquée ainsi, pour que plus tard, je n’aie pas peur des Étrangers.

Ma mère disait aussi que pour ma sécurité, elle se devait de vérifier s’il n’y avait pas des méchants dans ma chambre, ces Étrangers. Alors, en pleine nuit, j’entendais le crissement de ses pieds sur la moquette. Et quand je ne l'entendais plus, je devinais qu’elle était là, près de moi, immobile, sans rien faire d’autre que me regarder. J’osais à peine respirer, je me demandais toujours ce qu’elle ferait après.

C’était changeant. Parfois, elle ouvrait le placard et l’inspectait avec minutie, parfois elle s’y glissait puis refermait la porte derrière elle. Elle me disait que des Étrangers pouvaient venir m’enlever pendant la nuit. J’entendais un peu sa respiration, mais elle ne sifflait pas autant que quand ma mère s’allongeait sous mon lit. Ça aussi je détestais, mais elle répondait de ne pas m’inquiéter, que les bras des Étrangers pouvaient aussi jaillir du sommier et me prendre pendant mon sommeil. Je finissais par m’endormir, car au bout d'un moment je m'y habituais. Au petit matin, elle était prête à aller bosser, hormis le week-end et pendant ses vacances où elle passait le plus clair de son temps à dormir.

Quelques mois avant mes 13 ans, elle m’a annoncé être enceinte. Elle m’a alors dit qu’elle n’avait pas été assez méfiante, qu’un Étranger avait réussi à la convaincre et l’avait prise dans son sommeil. J’ai alors compris qu’elle parlait des hommes et j’ai aussi compris que ma mère était complètement cinglée, surtout que je connaissais mon premier flirt et que le jeune garçon avec qui je sortais était vraiment super, doux, tendre avec moi.

Ma mère m’a fait deux beaux cadeaux d’anniversaire : l’arrivée de la petite Cassandre a coïncidé avec l’arrivée de mon beau-père. Cassandre s’est installée près de mon lit, dans un tout petit lit, le fameux Étranger dans le lit de ma mère. Cet homme était des plus banals, il n’avait rien d’un effrayant Étranger, capable de me faire du mal la nuit ou le jour. Ma vie devenait enfin normale, j’avais un beau-père et ma mère avait troqué ses manies contre des nuits d’amour et de confidences sur l’oreiller. Du moins c’est ce que je croyais.
               
Un peu plus tard, je ne sais plus trop quand, ma petite sœur Cassandre a commencé à venir régulièrement dans mon lit pendant la nuit. Elle disait que maman l’embêtait, qu’elle lui faisait des chatouilles sous les côtes et que ça la réveillait. Je me souviens encore de ces mots qu’elle me chuchotait à l’oreille : « Maman me chatouille, elle rigole à moi pendant dodo ». Je lui répondais de ne pas avoir peur, que maman était gentille et qu’elle aimait beaucoup sa petite fille chérie.

Mais une nuit ma mère a franchi la limite. Cassandre venait juste de me rejoindre dans mon lit. J’avais bien refermé la porte, mais peu après, j’ai entendu les cliquetis de la poignée et j’ai vu ma mère entrer doucement, se diriger à pas feutrés vers mon bureau, ouvrir un tiroir et prendre une paire de ciseaux. Elle l’a levée au-dessus de sa tête puis elle s’est approchée de mon lit en répétant sans cesse « Tu l’as abimée mon enfant, tu l’as abimée ». Dans son autre main, elle tenait une aiguille et du fil je crois. Cette fois-ci, c’était trop. Je n’ai plus fait semblant de dormir et j’ai hurlé contre elle. Ma mère a sursauté, a crié que l'Étranger regardait Cassandre d’une drôle de façon, puis elle s’est enfuie en pleurant comme une petite fille. Les ciseaux et l’aiguille sont tombés à quelques centimètres du visage de ma sœur. J’étais traumatisée.

Le lendemain, ma mère est partie travailler comme si de rien n’était, comme si elle n'avait rien fait. Je ne pouvais plus la laisser faire. J’en ai parlé à mon beau-père qui m’a dit ne rien avoir remarqué de spécial à son sujet malgré quelques insomnies et qu’il ne fallait pas que je m’inquiète. Je ne le croyais pas, j'étais sûre qu'il cachait quelque chose. D'ailleurs, ces derniers mois, il avait changé. Son visage était souvent livide et il transpirait beaucoup, il était toujours en train de s’essuyer le front. Pourtant il m’a dit qu’il n’était pas malade, juste qu’il passait parfois de mauvaises nuits. Et son regard aussi avait changé, un regard lourd, posé sur moi et surtout, sur ma petite sœur. Il disait aussi des trucs bizarres sur elle. Ces paroles, ces regards auraient dû m’alerter qu’il se passait quelque chose dans sa tête, mais à 15 ans, on connaît mal les hommes et mon petit ami s’était toujours comporté correctement avec moi, même s’il avait aussi un peu changé et ne se montrait plus aussi doux qu’avant, peut-être à cause de Cassandre.

Je n’ai rien dit à propos de ces regards malsains à ma mère avant que ça n’arrive. C’était seulement deux jours après l’affaire des ciseaux. Ces sales regards sont venus se poser sur moi un après-midi quand ma mère travaillait. Ça m’est arrivé comme cela aurait pu arriver à n’importe laquelle d’entre nous. L’essentiel c’est qu’il n’ait pas fait de mal à ma petite sœur.

Ma mère est arrivée juste après. Elle était folle de rage. Lui, il était parti et je ne l’ai jamais revu.

Ma mère a repris ses manies après mon viol. Mais la nuit, elle ne rigolait plus, elle passait son temps à nous surveiller, à s’excuser, à pleurer, à dire qu’elle n’aurait jamais dû inviter un Étranger dans cette maison, qu’il pouvait encore revenir sous une autre forme. Je n’ai pas trop compris quand elle m’a dit ça jusqu’à ce qu’une nuit, après qu'elle se soit cachée dans le placard, je la suive...

Elle était descendue au sous-sol, dans cette cave que les flics avaient fouillée quelques jours plus tôt à cause de la disparition de mon beau-père. Je n’aimais pas cet endroit, je n’y étais descendue qu’une seule fois auparavant, je devais avoir cinq ou six ans. Mes petits pieds avaient, à l’époque, laissé des traces dans la terre battue et quand ma mère s’en était aperçue, elle était rentrée dans une rage folle. Depuis, je n’y suis plus redescendue, sauf cette fameuse nuit où j’ai compris
ce qu’il y avait derrière ses murs d’ocre rouge, ce pourquoi la cave était un lieu interdit.

J’ai retrouvé ma mère assise au milieu de la cave, sur une vieille chaise en paille. Elle se rongeait les ongles et balançait sa tête d’avant en arrière. Je l’ai appelée plusieurs fois, elle ne me répondait pas. Je suis arrivée à sa hauteur et elle a levé un bras squelettique vers le mur de briques rouges en face d’elle. Et c’est là que je les ai entendus : des grattements d’ongles de l’autre côté des briques et aussi, des sons étouffés comme si derrière ce mur, quelqu’un était bâillonné. Elle m’a alors expliqué que c’était un Étranger. Puis nous sommes remontées toutes les deux, en silence, et avant que nous nous assoyions dans le salon, ma mère a fouillé dans un tiroir du secrétaire et a pris une photo et une coupure de journal. 


J’ai aussitôt reconnu mon beau-père sur la photo. La coupure provenait de la rubrique des faits divers, un homme ayant disparu sans laisser de traces alors qu’il était soupçonné de viol sur une jeune fille. Elle m’a dit que sa propre mère était à l’origine de cette disparition et qu’elle-même avait été victime d’un Étranger.

Je ne sais pas s’il y avait quelque chose derrière ces murs, je ne sais pas si c’est à cause d’eux que ma mère dormait peu la nuit et qu’elle avait des manies vraiment étranges. Heureusement, je ne suis pas tombée enceinte et l’enfant que j’aurai plus tard sera élevé en famille.

Depuis mon viol, je trouve que certains hommes ont un regard d’Étrangers sur moi. Ils commencent à me faire peur, j'ai peur qu'ils mutent et qu’ils fassent du mal à moi ou à ma petite sœur. J’ai mis un couteau dans mon sac à main et un dans ma table de nuit. Je trouve aussi que mon petit ami pose des regards différents sur mon corps, mais aussi sur celui de ma petite sœur. Le salaud ! Hier, ses regards étaient vraiment oppressants. Ils ont fini par me dégoûter. J’ai réussi à l’attacher au lit en le droguant, à mettre un bâillon sur sa bouche et sur ses yeux. Je ne veux plus qu’il me regarde. Plus jamais. Sinon, je lui crèverai les yeux...

J’ai appris aujourd’hui que je suis enceinte, c’est une fille. J’ai déjà peur pour elle, car des hommes regardent mon ventre avec de grands yeux exorbités et je vois la sueur dégouliner le long de leurs tempes. Je vais élever ma fille comme elle nous a élevées, moi et Cassandre, et sa mère avant elle, je vais lui apprendre à maitriser sa peur et à se méfier des Étrangers.












Conclusion de l'enquête : Ce journal ne certifie pas que mademoiselle Crown ait tué son petit ami et qu’elle ait fait disparaitre son corps, ni qu’elle soit à l’origine de la disparition de son beau-père. D’après les analyses gynécologiques, mademoiselle Crown n’a jamais été victime de viol puisqu’elle est toujours vierge. L’éducation « étrange » de sa mère, retrouvée pendue dans sa prison, a conduit à des troubles psychotiques sévères et à des altérations
de type hallucinatoire de son processus sensoriel. La petite sœur, Cassandre, n’était qu’une affreuse et grande poupée nue (66cm) offerte par sa mère pour ses 13 ans. À l’intérieur de cette poupée, nous avons retrouvé des morceaux d’os qui, après analyse génétique, se sont révélés être ceux du père disparu avant sa naissance. Les seules choses dont nous soyons vraiment sûrs sont les innombrables traces de griffures retrouvées derrière les murs de briques de la cave. Ni corps, ni os, ni dents, juste ces traces qui laissent notre affaire ouverte, mais la classe dans le dossier « Disparitions inquiétantes ».



vendredi 13 novembre 2015

Souvenirs from earth

PREMIER VISIONNAGE
Quelque chose que j'aime bien faire pour passer le temps, c'est regarder les chaînes à partir du canal 50 dans ma freebox. J'aime bien tomber sur des chaînes WTF comme les chaînes japonaises ou les chaînes locales dans d'obscurs bleds de campagne. Mais aujourd'hui, une chaîne particulièrement bizarre a attiré mon attention au canal 169 de la freebox. Elle était intitulée "Souvenirs from Earth", un titre étrange en franglais que je ne comprenais pas. Il y avait un unique plan de deux corps de femmes en sous-vêtements dont on ne voyait pas la tête. Le fond était une cuisine anodine qu'on pourrait trouver dans n'importe quelle maison. La seule musique était un bruit constant et étrange qui rappelait un bruit d'extraterrestre dans un film de sf de série B.
Je pense que c'est une chaîne diffusée dans un garage par des tarés qui veulent entrer en communication avec des aliens. Mais la partie rêveuse de mon imagination me fait penser que peut-être, éventuellement, il y a des chances pour que ce soit une initiative gouvernementale ou je ne sais quoi d'autre pour entrer en contact avec une civilisation d'une autre planète.

TROISIÈME VISIONNAGE
J'ai checké sur Wikipédia pour en apprendre plus sur cet étrange canal. D'après eux, SFE est "une chaîne indépendante à vocation internationale diffusée sur de nombreux bouquets télévisuels en France et en Allemagne". En gros, c'est de l'art moderne à la "bonsoir love". Enfin, c'est Wiki qui le dit...
La deuxième fois que j'ai regardé cette chaîne, c'était à  peu près comme la première, sauf que le décor et les sous-vêtements des femmes semblait être en alu. Mais la troisième fois, il s'est enfin passé quelque chose. On y voyait trois corps de femmes en sous-vêtements dans un bain d'argile avec le même bruit bizarre puis un fondu s'est lentement inséré. En quelques secondes l'écran montrait de la neige et un cadre rouge se trouvait au milieu, comportant trois inscriptions: en haut "let's get the work started", en bas "que l'œuvre commence" et au milieu, un truc qui voulait probablement dire la même chose en allemand. Je ne sais pas ce que cela signifie, mais ça certifie le fait que ce soit de l'art moderne barré.


QUATRIÈME VISIONNAGE
Il s'est passé quelque chose de vraiment marrant. Ce soir en rentrant, j'ai jeté un coup d'œil sur SFE et ça diffusait plusieurs séquences d'ados marchant dans des rues, la caméra les suivant. Et à un moment, je me suis vu moi. Je vous laisse imaginer la surprise. Et je me suis rappelé. Ce matin même, un homme aux cheveux vert et en T-shirt Jaune poussin au pied d'un van de la même couleur tenant une grosse caméra. Je ne me doutais pas qu'il me filmait moi et encore moins qu'il travaillait pour ces tarés. Enfin bon, personne ne regarde ça et quand bien même, les rares personnes devant cette chaîne à cette heure-là ne se souviendront pas de mon visage bien longtemps.


CINQUIÈME VISIONNAGE
Là, ça devient vraiment flippant. Un certain Thomas Bergstein m'a ajouté dans un groupe Facebook qu'il avait noté "souvenirs from earth". Je sais pas comment il a su que j'avais regardé cette chaîne, ce doit être un stalker balèze. La seule publication était de lui-même, un énorme pavé en allemand. N'ayant pas envie de m'embêter avec ça, j'ai quitté ce groupe aussi sec. 
C'est après que ça s'est gâté. J'ai remis le canal 169 et devinez quoi ? C'était encore cet enchaînement d'ados en train de marcher. J'ai vu depuis le début cette fois.
Un cadre rouge indiquait en comic sans ms orange "the cobayes", "les cobayes" et le même truc en allemand. Et le premier qu'on voyait, j'étais sûr de l'avoir déjà vu.
Et à la fin, étaient inscrits des noms.
Le premier était "cobaye #1: Thomas Bergstein"
Et c'était bien lui. Je me suis souvenu sur le coup : c'était bien le mec sur la photo de profil. Mais je suis passé du mindfuck à la colère en voyant le dernier nom affiché : c'était le mien.
J'ai pensé sérieusement à porter plainte après ça. Comment ces fils de pute avaient pu me stalker pour avoir mon nom, comment ils avaient eu le culot de me foutre sur leur chaîne de malades ?!
Le même jour, j'ai reçu un message bizarre sur facebook. Ce mec s'appelle Théodore Piquenot et je crois bien avoir déjà lu son nom. Il était le cobaye numéro 4, ou 5 je ne sais plus. Voici le déroulement de la conversation :
"Salut. J'ai vu ton nom à la fin du générique. Ne fait pas attention à ça. T'es à un stade avancé de l'oeuvre?
-Quel stade? Quelle oeuvre?
-Enfin leur oeuvre de psychopathes, là! Fais gaffe à ces tarés
-Qui? Souvenirs from earth?
-N'écris pas ça. Ils pourraient voir.
-Ok...
-La dernière fois que tu l'as vu il était de quelle couleur?
-Hein? De qui?
-Enfin fais attention autour de toi bordel! Fais gaffe à ce qu'il ne te retrouve pas. Tiens mon num 06 93 ** ** ** Je dois y'aller à+" 

Ça commence doucement à me faire flipper. Je me demande si ce n'est pas une chaîne de canulars.


Je l'ai vu aujourd'hui. J'étais dans le hall du lycée sur le point de demander à Flore si elle voulait manger avec moi ce midi et elle avait l'air contente que je vienne lui parler. Mais avant que je puisse formuler ma demande, je l'ai vu. Lui, dans le hall de mon lycée avec son T-shirt jaune et ses cheveux longs, cette fois-ci rose vif au lieu de vert foncé. L’ingénieur de SFE. Il cherchait quelque chose (ou quelqu'un. Ou moi.) dans le lycée. Environ une demi-seconde après, je me suis enfui, laissant Flore en plan et me précipitant dans le parking.
J'y ai trouvé la camionnette. Un van jaune vif avec le logo de la chaîne dessus au milieu des voitures de profs. Dans ma panique, j'ai ramassé le caillou le plus pointu que j'ai trouvé et j'ai essayé de crever les pneus du véhicule. Malheureusement, un pion m'a chopé. En me dirigeant vers chez le principal, j'ai vu le cameraman aux cheveux colorés me saluer avec un sourire malsain et repartir à pied, laissant en plan son van jaune.


HUITIÈME VISIONNAGE
Ils nous font du mal.
Quand je suis rentré le soir après m'être mangé quatre heures de colle, j'ai regardé SFE. Le cadre rouge habituel indiquait avec la même police orange "love", "lieben", "amour". Le plan suivant montrait comme à l'habitude une fille en sous-vêtements dont on ne voit pas la tête. Mais là c'était pas n'importe quelle fille. C'était un corps que je reconnaîtrais n'importe où, pour y penser tous le temps. Cette fille, c'était Flore.
Sur le coup, j'ai pété un câble. J'aurais pu mourir pour la protéger. Je me suis précipité dehors vers la maison de Flore, qui était tout près de chez moi.
C'était désert. La porte était ouverte et la maison abandonnée.

Par la suite, je ne l'ai plus jamais revue. Le prof ayant annoncé son départ semblait quelque peu gêné et a vite expédié le sujet.

Au visionnage suivant, des photos de jeunes filles et jeunes hommes - dont Flore - défilaient à l'écran en une succession de fondus enchaînés. Souvent en sous-vêtements, quelquefois nus. On ne voyait jamais leurs têtes mais on pouvait deviner qu'il s'agissait des mêmes qu'habituellement.

Théodore ne répondait plus à mes messages. J'ai appelé le numéro, je suis tombé sur sa mère (probablement) et ai dit "Bonjour, je voudrais parler à Théodore." La dame au téléphone a éclaté en sanglots et a raccroché.

Au fait, notre voiture a été brûlée. J'ai juste eu le temps de voir deux asiats en T-shirts jaunes s'enfuir. Le message était clair. Œil pour œil, dent pour dent.

La huitième fois, c'était le corps de Flore, nue. Mais cette fois-ci elle n'était pas seule. On voyait les corps de deux personnes de type asiatique. On aurait presque vu leurs membres intimes si ils n'étaient pas profondément enfoncés dans les orifices de la fille de mes rêves.
Je n'ai pas osé décrocher le regard de cette horreur. Je ne me souviens plus de grand-chose, si ce n'est que j'ai fini en pleurs, par terre et que l'écran affichait un cadre rouge où il était écrit "pain", "leiden", "souffrance".

Mes parents m'ont trouvé par terre, chialant. La télé ne montrait que de la neige. Ils ont essayé de me ressaisir, mais j'ai pété un câble au moment où ils m'ont présenté les invités qu'ils recevaient pour leur important dîner. C'était deux asiatiques, des jumeaux probablement.

Je suis resté enfermé dans ma chambre. J'ai essayé de rester éveillé pour surveiller le van jaune garé sous ma fenêtre, mais j'ai fini par m'endormir malgré tout.


NEUVIÈME VISIONNAGE
Je m'étais attendu à voir des photos de chez moi sur SFE. Mais non. Pire. Bien pire.
Un cadre rouge.
"death".
"tot".
"mort".
Une musique funèbre.
Un gamin de douze ans environ que je suis presque sûr d'avoir vu parmi les "cobayes". Dans une baignoire. Un marteau enfoncé dans le crâne.
Du sang.
De la cervelle.
Du sang partout...

Je suis au poste de police. Quand ils m'ont demandé pourquoi j'ai agressé cet homme, j'ai dit qu'il avait les cheveux oranges. Ils ont dû me prendre pour une espèce de nazi anti-roux ou je ne sais quoi d'autre. Mais le pire... Le psychiatre, c’était lui. Lui avec ses cheveux longs et sa queue de cheval, cette fois d'un blanc immaculé. Je ne me souviens plus de ce qu'il me disait et encore moins de ce que j'ai répondu.

Moi-même je ne sais pas où je suis. Je me suis enfui. Ils ne m'auront pas. JAMAIS. Je dois trouver leur nouveaux cobayes pour les protéger. L'oeuvre finira mal... 



mercredi 11 novembre 2015

La dame en noir

J'ai besoin de te dire, d'exorciser certaines choses qui sont présentes en moi depuis bien trop longtemps. Tu dois savoir. 

Tout a commencé quand j'avais douze ans. Je vivais avec mes parents dans une modeste maison de campagne entourée de quelques autres dans l'est de la France.
Je suis fils unique, c'est quelque chose que j'ai toujours bien vécu.
Ce jour-là je jouais dans ma chambre à l'étage, comme à mon habitude, pendant que mes parents étaient en bas dans le salon. C'est là que je l'ai vue pour la première fois. Grande, maigre, le visage émacié et la peau grisâtre. Elle portait une longue robe noire et un chapeau ancien sur la tête. Ses yeux étaient d'un gris très pâle, presque blanc, qui m'avaient figé sur place. 


Je me rappelle cette sensation de peur extrême qui m'avait tétanisé au point de ne pas être en mesure de crier ni d'appeler mes parents. Elle était là, à quelques mètres de moi, à l'autre bout de ma chambre. Elle ne faisait rien, elle était juste là, plantée à côté de la porte, son horrible regard mort porté sur moi. Et cette odeur... Je m'en rappelle comme si c'était hier. C'était la première fois que je la sentais. L'odeur de la mort, de la chair en décomposition. Incapable de bouger, j'étais resté là, fixant cette chose pendant plusieurs secondes, minutes ou heures, je n'en sais franchement rien.
 

Elle n'a disparu que lorsque ma mère a ouvert la porte pour me faire descendre à table. Elle s'était inquiétée de me voir si pâle et avait pris ma température. Bien sûr, je n'avais rien. Je venais juste de voir un fantôme pour la première fois de ma vie.

La deuxième fois qu'elle m'est apparue, je fêtais mes treize ans. Tous mes copains étaient là. C'était un anniversaire génial, comme tout anniversaire de gosse devrait l'être. Gâteau, bonbons, ballons et cadeaux. On était tous autour de la table devant cet énorme fraisier, quand quelque chose a attiré mon attention. Un chapeau. Son chapeau. Il était là, posé près du canapé. Je le revois, avec tellement de précision, si réel. Je me suis figé sur place, les rires de mes amis se faisant de plus en plus lointains, faisant place au bruit sourd des battements de mon cœur. Je le sentais taper fort, si fort qu'il semblait vouloir sortir de ma poitrine. 


Cet état de torpeur a pris fin quand un ami à ma droite s'est mis à agiter ses mains devant moi pour me réveiller. Le chapeau avait disparu. Plus rien. Il était pourtant bien là. La fête a alors repris son cours sans aucune autre manifestation bizarre. Enfin, jusqu'au soir. 


Je venais de me coucher, mes parents étaient en bas devant la télé et je repensais, tout excité, à mes nombreux cadeaux. Une gameboy, un action-man, un skate... Puis je l'ai entendue. 


C'était à peine perceptible au début, un chuchotement que je croyais venir de la télé. Puis la voix s'est faite plus forte. Une voix de vieille dame, douce et hésitante, qui venait de mon armoire. "Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire Mathieu, joyeux anniversaire."
La télé bourdonnait toujours en bas, et moi j'étais là, tétanisé dans mon lit, incapable de bouger ou d'appeler mes parents. Je ne pouvais que fixer mon armoire, priant de toutes mes forces pour que ce qui s'y trouvait disparaisse à tout jamais. Je n'ai pas dormi de la nuit, bien que rien d'autre ne se soit passé par la suite.


L'année d'après s'était déroulée normalement, la vieille dame ne s'était pas manifestée. Je pensais être débarrassé d'elle et mettais même ce qu'il m'était arrivé sur le compte de mon imagination débordante. C'est en tout cas ce dont j'essayais de me convaincre. Mais ce jour-là au lycée, j'ai compris que j'avais tort.
Je venais de terminer le cours de gym avec la classe, et filais au vestiaire récupérer mes affaires. Ne trouvant pas ma veste, je m'y suis atardé un peu plus longtemps tandis que mes amis avaient déjà rejoint la cour de récréation.
Persuadé de l'avoir mise dans mon sac, je l'ai entièrement vidé à sa recherche. Elle n'y était pas. Sûrement un élève un peu farceur. J'ai remballé le tout, quand un bruit a attiré mon attention. Un bruit de verrou qui provenait des toilettes. Sur le moment, j'ai pensé que l'élève en question était toujours là, à épier ma réaction. Ce n'est que quelques secondes plus tard que j'ai compris que ce n'était pas un élève. Une voix mélancolique, à peine perceptible chantonnait un air triste. On aurait dit une comptine d'enfant mais ça n'avait rien de joyeux. Je ne me souviens plus des paroles maintenant mais ça parlait d'un enfant qui avait perdu sa poupée. Je n'avais jamais entendu ça. J'aurais dû courir, m'enfuir car au fond de moi je savais très bien ce que j'allais trouver derrière cette porte. Je me suis avancé lentement, je n'étais plus qu'à quelques pas de la porte. Je ne voyais rien sous la porte, pas de jambes. Mais je l'entendais, sa voix de vieille dame de plus en plus triste, de plus en plus plaintive. Jusqu'à ce que ma main se pose sur la poignée. Tout s'est arrêté - tout sauf mon cœur qui tambourinait dans ma poitrine. J'ai enclenché la poignée avec l'espoir de ne rien y trouver. Mais elle était là, plus réelle que jamais. Ses deux yeux vitreux fixés sur moi, et son affreux chapeau vissé sur sa tête.


Après quelques secondes qui m'ont paru durer une éternité, elle m'a tendu quelque chose. Au départ craintif de détourner mon regard, privé d'autres choix, j'ai fini par baisser les yeux. Ma veste. Qu'est ce qu'elle faisait avec ma veste. "Tu as perdu ça, mon chéri". Ces mots résonnent dans ma tête chaque jour. C'était la première fois qu'elle s'adressait directement à moi, la rendant bien plus réelle qu'avant. 


Elle a disparu à l'instant même où j'ai saisi la veste. Le soir même je pouvais encore sentir son odeur qui avait imprégné le tissu. Cette odeur de charogne, je peux la sentir rien qu'en y repensant.

Les choses ont commencé à dégénérer le soir même. Je ne parvenais pas à trouver le sommeil, je la revoyais, tenant ma veste. Je m'étais jusqu'alors persuadé que tout ça n'était que le fruit de mon imagination. J'étais peut être fou après tout. Mais elle avait pris ma veste. Et l'odeur, je n'avais pas été le seul à la sentir. Ma mère m'avait fait la réflexion en entrant dans ma chambre. Elle avait eu un haut le cœur à peine entrée. Ne sachant pas quoi lui répondre quand elle a demandé une explication, j'avais inventé une histoire bidon au sujet d'un bizutage et c'était passé.
Mais ça confirmait le fait que je n'étais pas fou. Elle était bien réelle.

Il était deux heures du matin, je tournais encore et encore dans mon lit en cherchant le sommeil, quand un bruit dans mon armoire a attiré mon attention. On aurait dit un grattement, comme un animal qui cherchait à s'enfuir. Bien sûr je savais que ce n'était pas un animal. J'ai remonté ma couette par réflexe, en sachant très bien que c'était totalement inutile. Le grattement était de plus en plus fort, de plus en plus rapide. Il résonnait dans mes oreilles à m'en rendre fou, quand tout s'est arrêté. Plus de bruit, plus rien. J'ai fixé l'armoire sans cligner des yeux, m'attendant à tout moment à la voir sortir. 


C'est là qu'un rire grinçant tout près de mon oreille m'a fait bondir. Elle était là, juste à côté de mon lit, et riait en secouant sa tête comme une hystérique. Après quelques secondes, elle s'est arrêtée et m'a fixé. Elle ne souriait pas. Ses yeux blancs me transperçaient. Je ne sais pas si c'était le fait de la voir de nuit, mais elle avait l'air beaucoup plus menaçante, beaucoup plus hostile. Elle a plissé les yeux et prononcé des mots qui me glacèrent le sang : "Il est temps de me rejoindre, Matthieu. Mamie a besoin de toi".
Elle n'avait plus rien d'une vieille dame, je ne voyais que le mal en elle, sans pour autant pouvoir l'expliquer. Sa peau semblait partir en lambeaux, sa bouche se tordait en un rictus abominable et ses yeux paraissaient se creuser un peu plus chaque seconde.


J'espérais que mes parents l'entendent, je priais pour qu'ils débarquent et la voient. Mais tout semblait figé, je n'entendais rien de l'extérieur, et je me doutais qu'ils n'entendaient rien non plus.
Je me contentais de la fixer, sentant les larmes couler sur mes joues. Mes membres ne me répondaient plus, j'étais paralysé par la peur.
Soudain, en un hurlement strident, elle s'est jetée sur moi, me griffant de ses doigts décharnés avant de disparaître. Je me suis écroulé sur mon lit, pleurant comme jamais. Je venais de vivre la nuit la plus traumatisante de ma vie.


Le lendemain, les griffures n'avaient pas disparu. Mes bras étaient rouges et boursouflés par les lacérations. N'ayant pas d'autre choix, j'en ai parlé à mes parents. Je m'attendais à finir en hôpital psychiatrique, et dans le fond, je l'espérais même un peu. 


Mais ma mère s'est écroulée sur le sol en pleurant. Mon père et moi la regardions, totalement démunis. Elle m'a alors expliqué que depuis ses six ans, son arrière grand-mère, une vieille femme profondément méchante s'était acharnée sur elle jusqu'à ses douze ans, jour de son décès.
À chaque visite, chaque réunion de famille, elle la tyrannisait. Elle prenait plaisir à la faire souffrir, la giflant ou lui tirant violemment les cheveux quand personne ne regardait, griffant et mordant ses bras le soir en lui disant bonne nuit. Ses parents ne l'avaient jamais crue. Peu avant son décès, sur son lit de mort, elle avait été forcée de lui dire adieu. Elle l'avait regardée droit dans les yeux, dans un dernier effort, lui jurant de continuer même après sa mort.
Ma mère m'a expliqué que cette haine venait du fait que, d'après elle, toute la famille s'était détournée d'elle après sa naissance. Ils s'étaient en réalité détournés d'elle parce qu'ils la soupçonnaient de pratiquer la magie noire. Elle l'avait appris par sa grand mère, le jour même de son décès, cette dernière s'excusant de n'avoir rien fait pour la protéger par peur.

Ma mère s'est excusée de ne rien avoir vu avant, et plusieurs mois ont passé sans aucun autre incident, jusqu'au douze octobre, l'anniversaire du décès de la vieille dame. Je sentais ma mère étrange, distante. Je l'avais surprise à parler seule et à rire. Lorsque j'entrais dans la même pièce qu'elle, elle cessait son activité et me fixait. Sans rien dire, sans rien faire d'autre que me fixer. Je sentais dans mes tripes que quelque chose ne tournait pas rond. Mon père était parti la veille en conférence sur Paris, et je me retrouvais seul avec ce qui la veille encore était ma mère. 


Le dîner s'était passé dans un silence pesant. Ma mère me fixait en souriant sans même toucher à son assiette. À la fin du repas, j'étais monté dans la chambre après avoir débarrassé mon assiette. Au bout de quelques minutes, je l'ai entendue monter les escaliers, une marche après l'autre, comme une personne en difficulté. Mon sang n'a fait qu'un tour quand elle s'est mise à chantonner. C'était la même comptine que la vieille dame, et cette fois, les paroles étaient parfaitement audibles :

"Viens mon petit,
N'aie pas peur de Mamie.
Ta poupée est perdue
Car Mamie l'a pendue.
Dis toi bien qu'un jour,
Ça sera ton tour
."

Ma mère est finalement arrivée devant ma porte. Ses yeux était blancs et elle me fixait en riant. Elle s'est approchée de moi en dansant, toujours en riant, puis s'est arrêtée à ma hauteur, plongeant ses yeux dans les miens. Ce qui s'est passé ensuite me hantera à jamais. De sa voix grinçante, elle m'a chuchoté que jamais personne ne se débarrasserait d'elle. Qu'elle hanterait toutes les générations de cette famille maudite. Elle s'est alors subitement redressée et a couru jusqu'à la fenêtre de ma chambre. Je n'ai pas eu le temps de l'empêcher d'enjamber la rambarde. Quelques secondes plus tard, elle s'était écrasée au sol, quatre étage plus bas.

La police a conclu à un suicide, et j'ai été placé deux ans en psychiatrie suite à ce traumatisme. Elle ne m'est plus apparue par la suite.


Aujourd'hui, j'ai vingt-sept ans. J'ai vingt-sept ans et j'ai peur comme je n'ai jamais eu peur auparavant. Je suis papa d'une petite fille de deux ans, et je sais que tout va recommencer.
Elle est là, elle me fixe, je peux sentir son odeur, je peux sentir sa présence derrière mon épaule. J'entends son rire et sa comptine affreuse.
Je suis désolé mon amour, je te laisse avec notre fille, j'espère que tout s'arrêtera ce soir, avec moi. 






La victime (suicide par balle) a été retrouvée allongée au sol, tenant cette lettre contre son cœur.
Le soir même, son épouse a affirmé entendre une vieille femme chanter dans le babyphone.





lundi 9 novembre 2015

"On a reçu ce DVD par la poste..."

Avant-propos : cette vidéo et le mystère qui l'entoure ont fait le tour d'internet et plusieurs sites francophones ont consacré des articles sur le sujet. À ma connaissance, cependant, il n'y avait jusqu'ici pas de traduction intégrale.

Il s'agit d'une énigme et de l'enquête qui en découle, ne le lisez pas et ne le jugez pas comme vous liriez et jugeriez un récit de fiction. Des mises à jour pourraient faire suite.

Merci d'avance et bonne lecture.




Nous avons reçu une lettre venant de Pologne contenant un CD vraiment étrange.

Sur le dessus du CD semblait avoir été écrit un genre de clé de produit, mais après avoir examiné le contenu du disque il est devenu clair que c'était un genre de puzzle.



Le disque contient une vidéo d'un mec, celui à l'air patibulaire au dessus, dans ce qui semble être un bâtiment abandonné, en train de faire des... trucs.

Il y a des tas d'indices dans ce qu'il fait, par exemple on dirait qu'il fait clignoter une lumière dans sa main en morse (ou un code similaire, binaire peut-être). Il y a aussi des symboles qui apparaissent et disparaissent autour de lui. Il pourrait même y avoir des indices dans son langage corporel, bien que plus subtils.

Dans le menu du DVD on trouve également un autre indice, que j'ai mis un moment à remarquer.



Il semble que beaucoup d'efforts aient été mis en œuvre pour élaborer tout ça, et je suis personnellement très curieux à l'idée de découvrir ce que ça cache.

Je n'ai pas passé tout ce temps à essayer de le décoder. J'ai cherché sur google à quoi pouvaient correspondre les lettres sur le CD et dans la vidéo, en vain. J'ai également cherché si le CD contenait des fichiers cachés, mais il n'y a que cette vidéo. Il n'y a pas non plus d'indices sur l'enveloppe qu'on avait reçu, juste l'adresse et un timbre. Et bien qu'il existe des énigmes similaires, je ne suis parvenu à rien.

Je vous fais part de tout cela dans l'espoir que certains d'entre vous nous aident à la résoudre.


http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/odd1.mp4?_=1

Si vous savez ce que c'est ou que vous parvenez à le décrypter, merci de laisser un commentaire, ou de nous envoyer un message dans la section Contact.

Ce serait génial de comprendre ce qu'est cette chose.




Mise à jour (1)

Ce post a suscité beaucoup d'attention, on se rapproche d'une réponse.

Un usager de Reddit a étudié le son avec un spectrogramme, voici ce qui en est sorti.
Une chose est sûre, il y a bien des messages cachés dans la vidéo.



 J'ai aussi relevé ce commentaire intéressant.
Je m'attaque à cette merde à l'aide de matos adapté. Sur votre CD, c'est une chaîne de caractères encodée en Base64. Ainsi, «YWEldTAxMDJVJXUwVWFjZ2E=» donne «aa%u0102U%u0Uacga». Là vous vous dites sûrement «ça nous fait une belle jambe», mais il se trouve que «11B-X-1371» [le code sur le menu du DVD] m'est familier. «aa%u0102U%u0Uacga» pourrait être un genre d'énigme aussi, j'y vois quelque chose, si on change le «%u» en «-» on obtient aa-0102U-0Uacga, ensuite le format d'écriture standard pour l'UNICODE est «U+XXXX», les X indiquent un entier valide. Donc, U+0000 = caractère NULL, donc on a U+0 (0U) et U+0102 = Ă (0102U) ou U+0201 = ȁ (0102U) s'ils l'ont écrit dans l'idée de vous emmerder. Puisqu'il y a potentiellement un caractère null, je vais l'exclure. Maintenant on a «aa-Ă-acga» et «aa-ȁ-acga». Si les lettres de l'alphabet représentent leur valeur numérique correspondante dans l'alphabet, on obtient «11-Ă-1371»  et «11-ȁ-1371» qui ressembleraient bien à notre «11B-X-1317». d'accord... Maintenant si on n'exclut pas le caractère null, et qu'on bouge un petit truc, 11-NULLBYTE- ȁ-1371/11-NULLBYTE- Ă-1371. On se rapproche. Donc peut-être que ce n'est pas de l'unicode, ou peut-être bien que si..

Je dois travailler dans la matinée, et j'ai besoin de sortir. Je reviendrai peut-être dessus. En espérant que ça aide quelques-uns. Au passage, en cherchant 11B-X-1371 sur Google je suis tombé sur quelques posts datant de Mai à propos de la même vidéo, et un youtuber du nom de « Parker Wright » a uploadé cette vidéo il y a environ une semaine, avec 11B-X-1371 en titre.

Je ne suis donc visiblement pas le seul à avoir reçu cette lettre. Je n'ai rien pu trouver à propos de ce « Parker Wright », en revanche.

Et enfin, quelqu'un a screené tous les messages cachés et les a mis dans un album. Merci à lui !




Mise à jour (2)

Quelqu'un a trouvé un message en morse qui se traduit par « RED LIPSLIFE TENTH », soit littéralement des mots insensés : ROUGE LÈVRESVIE DIXIÈME

Pas sûr que ça ait la moindre importance, mais ça reste intéressant. Un utilisateur s'est également penché sur l'un des codes qui apparaissent sur la vidéo :

« E2-E3 D1-F3 F1-C4 F3xF7 » en bas à gauche à 1:37.
C'est un échec et mat en quatre coups, si jamais ça peut aider
J'ai aussi reçu des emails me posant des questions. Pour résumer, j'ai reçu la lettre il y a plusieurs mois, j'ai jamais vraiment pensé à la publier jusqu'à récemment. La lettre était simplement adressée à « Gadgetzz » et à notre boîte aux lettres. Notez que vous pouvez trouver nos différentes adresses sur le site, et ils ont choisi de l'envoyer à notre adresse suédoise et non américaine. Quoi que ce soit, on aura peut-être une réponse sous peu. Merci à tous ceux qui ont aidé à faire la lumière sur cette histoire.




Mise à jour (3)

Ça devient vraiment bizarre.

Déjà, certains ont fait remarquer qu'il s'agissait du genre de masque que les médecins portaient pendant la grande peste noire. Le bec était rempli avec de nombreuses herbes odorantes. Plutôt intéressant, je suppose...

Et c'est là que ça devient sérieusement flippant.

Yep c'est creepy.. 33 38 2e 38 39 37 37 30 39 2c 2d 37 37 2e 30 33 36 35 34 33
Ce sont des coordonnées GPS codées :
38.897709,-77.036543
The White House, W Executive Ave NW, Washington, DC 20502
Mais le plus dérangeant, c'est que lorsqu'on exporte le son sous format image, on découvre des trucs carrément flippants. Des images de femmes torturées, et d'autres trucs du genre... Évidemment c'est du NSFW donc je le poste pas, mais vous pouvez facilement le trouver si vous cherchez un peu.

Il y a plein de théories qui courent là-dessus à l'heure où je vous écris. Certains crient aux Illuminatis, d'autres parlent de serial killer, voire même de menaces directes à mon égard. Peut-être, peut-être pas, mais je suis hautement sceptique. Ça me semble plausible qu'il s'agisse d'une blague très élaborée ou d'une expérience sociale, mais si c'était une menace
sérieuse je doute que ça aurait été envoyé à un blog de technologies.

Une personne en a parlé dans les commentaires, et ça fait sens :

Tout montre que le but de cette lettre n'est pas de faire passer un message, les petites touches « artistiques » utilisées de temps en temps le prouvent. Si tu veux envoyer un message à réelle signification, t'as pas besoin de tout ça.
Mais ça reste très étrange et intéressant. Ensemble on a pas mal progressé, mine de rien, en cherchant à comprendre cette chose. Vous êtes vraiment forts !



Mise à jour (4)

Apparemment, on a trouvé le premier endroit où ça a été partagé. Un post dans la section Paranormal de 4chan. Ça date du 9 Mai.

C'est peut-être la personne qui l'a créée , mais le post dit que le CD avait été trouvé sur un banc dans un parc. Dans tous les cas, je me demande encore plus comment ça a fini dans ma boîte aux lettres.




Mise à jour (5)

Je l'avais loupée jusque-là : passer le son du menu du DVD à la spectrographie a révélé une nouvelle image.





Mise à jour (6)

Quelqu'un a trouvé des voix dans l'audio. Rien de précis, par contre.
J'ai trouvé des voix dans l'enregistrement, mais j'ai un peu de mal à les isoler. Le meilleur exemple que j'ai trouvé est entre 20 et 40 secondes et il varie entre 35-40 Hz et 70-90Hz – Ça ressemble presque à un écho entre deux bandes similaires. Je vais essayer d'améliorer les deux bandes sonores parce que 35-40Hz rend un son trop dégueulasse pour le traiter. Je peux également entendre un bip très clair qui n'est pas synchronisé avec le code morse dans le spectrogramme. Personnellement je pense qu'il y a encore autre chose dans cet audio..


Mise à jour (7)

Bon, depuis ma dernière mise à jour, beaucoup de gens se sont intéressés à notre post. Plus que je l'espérais. Malheureusement, rien de majeur n'a été découvert et on s'est toujours pas rapproché de la réponse. Mais quelques trucs intéressants ont tout de même été trouvés.

Le Daily Dot a trouvé une version encore plus ancienne que celle de Parker Wright. Apparemment, ce gars aussi affirme aussi l'avoir trouvée sur un banc, tout comme la personne sur 4chan. Le Daily Dot est remonté jusqu'à lui et il a insisté sur le fait qu'il n'était pas celui qui m'avait envoyé la lettre. Mais on commence clairement à voir que cette chose a voyagé plus qu'on ne le pensait.

Voici la vidéo

Oh, et une chose intéressante, le code binaire dans le titre se traduit par Muerte, mort en espagnol. Je ne sais pas où l'uploader a dégoté ça, par contre.


Ça pourrait être un indice important. Voici une partie d'un email que quelqu'un m'a envoyé, ça parle de la piste audio.

Il y a des impulsions spécifiques à 1,5khz, 4,4khz, 7,4khz, 10,515khz et 12,5khz qui ont l'air différentes. Malheureusement je ne peux pas lire le code morse mais il y a peut-être quelque chose à creuser de ce côté-là...
Cette personne a également trouvé d'autres images dans le spectrogramme, même s'il est difficile d'affirmer si ce sont de vrais indices ou juste un motif aléatoire.


Des gens sur un forum allemand ont également découvert un stéréogramme dans l'audio, dans lequel on pourrait lire « you die », tu meurs. Je peux à peine le lire, mais beaucoup de gens disent y arriver. Le truc, c'est de croiser vos yeux, comme avec ces images 3D.


J'ai aussi décidé d'inclure un lien vers l'ISO puisque beaucoup de gens ont commencé à le demander. Vous pouvez le trouver ici.


EDIT : le lien est down à cause d'un trafic trop important. Voici notre ISO.




Mise à jour (8)

On est tombé sur quelque chose d'assez important ! J'ai remis la main sur l'enveloppe dans lequel le CD avait été livré. J'ai inclus des photos sous plusieurs angles.

Apparemment je me suis mal souvenu de plusieurs choses. D'une, il y avait plusieurs timbres, pas seulement un. De deux, la lettre m'était personnellement adressée, pas seulement au blog. Le mystère s'épaissit.



Je pense qu'il est possible que les timbres eux-même soient des indices. L'un d'eux ressemble à une personne avec un masque, pas comme celui de la vidéo certes, mais ça a comme attiré mon attention.

Le tampon de la poste est vraiment difficile à lire, mais je crois que ça a été envoyé le 23 Mai. Ça pourrait aussi avoir été envoyé de Varsovie, en tout cas c'est au moins passé par là, le tampon le dit.


Voici d'autres images :
http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/4-1.jpg
http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/4.jpg
http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/6.jpg
http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/2.jpg
http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/8-1.jpg
http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/10-1.jpg
http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/8.jpg
http://beta.gadgetzz.com/wp-content/uploads/2015/10/10.jpg

Je n'ai pas redimensionné les images, donc elle pourrait être un peu longues à charger. Le mieux est de les ouvrir en nouvel onglet.



Pour finir, j'ai relevé ce commentaire.
Une séquence de feux clignotants à 00:32,920
« 2015THEREWILLBE(THREE) »
[Littéralement : 2015ILYAURA(TROIS)] (trouvé sur reddit)

Une dernière note : Désolé, je ne peux répondre à tous les emails, j'en ai beaucoup trop.. Mais si votre email contient quelque chose de nouveau qui n'a jamais été vu avant je m'arrangerai pour le poster quoiqu'il arrive.



Mise à jour (9)

Bon, c'est sans doute la théorie la plus intéressante jusqu'ici :
Skrillex est un DJ electro connu pour son goût et ses références à  Satan ou aux Illuminatis. Un remix d'une chanson connue appelée « Red Lips » est sortie en Mai 2015. Peut-être que c'est un genre de campagne marketing, ou peut-être qu'il s'agit du CD que Skrillex a déclaré s'être fait voler dans sa chambre d'hotel. D'autres DJ electro comme Aphex Twin ont déjà caché des images dans le spectrogramme de leurs chansons, comme dans le clip de WindowLicker.


 Mise à jour (10)

 Un truc plutôt important a été découvert.

Quelqu'un a trouvé le bâtiment dans lequel la vidéo a été tournée ! C'est un vieil hôpital psychiatrique près de Varsovie, le nom polonais complet est Zakład dla Nerwowo i Psychicznie Chorych Żydów Zofiówka.



C'est comme ça que j'ai localisé #11BX1371. J'ai cherché sur le Google polonais des images de domaines abandonnés avec des arbres. Un gros coup de chance...
Une autre chose importante est que l'origine d'au moins deux des images horribles a été trouvée.

« L'image de la fille est issue d'un film d'horreur allemand réalisé en 2007. Je t'envoie le lien, mais je préviens, c'est très NSFW.
Dans le spectrogramme audio, une des images qu'on peut voir ressemble à une fille torturée MAIS ressemble aussi beaucoup à une peinture de Courbet, « L'origine du monde ». La différence c'est que la version du spectrogramme est rasée. Et cette version est une œuvre d'Andrey Keske basée sur celle de Courbet. 
»

J'envoie également le lien, mais même avertissement, NSFW. Vous pouvez le trouver ici.

C'est plutôt un soulagement pour moi, même si j'étais sceptique, au moins on est maintenant sûrs que ce n'est pas un serial killer.

Un « symbole du capricorne » a également été trouvé sur l'un des timbres.


Quelqu'un a essayé de contacter Maxell et a trouvé où le DVD était vendu. Malheureusement ils n'ont pas pu nous le dire.

Plus de messages cachés trouvés :

J'ai finalement réussi à décoder ça :
41 20 6e 65 77 20 6f 72 64 65 72 20 69 73 20 6f 6e 20 74 68 65 20 72
69 73 65 2e 20 59 6f 75 20 77 69 6c 6c 20 6a 6f 69 6e 2c 20 6f 72
20 79 6f 75 20 77 69 6c 6c 20 66 61 6c 6c 2e 20 54 68 65 20 76 69
72 75 73 20 68 61 73 20 73 70 72 65 61 64 20 74 6f 6f 20 66 61 72 3b
20 69 74 20 6d 75 73 74 20 62 65 20 73 74 6f 70 70 65 64 2e 20 57 65
20 77 69 6c 6c 20 64 69 6b 65 20 69 74 20 61 74 20 69 74 27 73 20 72
6f 6f 74 2e 20 31 33 20 61 6e 69 20 35 30 2c 20 77 69 6c 6c 20 62
75 72 6e 2e
Qui se traduit par :
« A new order is on the rise. You will join, or you will fall. The virus has spread too far; it must be stopped. We will dike it at it’s root. 13 ani 50, will burn »
→ « Un nouvel ordre s'élève. Vous le rejoindrez, ou tomberez. Le virus s'est déjà trop répandu ; il doit être arrêté. Nous le détruirons à sa racine. 13 ani 50, brûlera ».

(La seule partie où je ne suis pas sûr à 100% est « 13 ani 50 ». Ça doit être une année, je penserais bien 1350 qui correspond à la période de la Peste Noire en Europe.)
La dernière découverte capitale est que les usagers de Cognitive Journeys semblent avoir trouvé Parker Wright. Et beaucoup suggèrent qu'il s'agit de l'origine du mystère. Vous pouvez le chercher si vous voulez, mais je ne veux pas risquer de déclencher une chasse à l'homme sur ce mec.

Bien qu'on obtienne de plus en plus de réponses au fil du temps, on ne semble pas se rapprocher de la véritable réponse, où est-ce que le CD veut en venir ? Beaucoup de théories, mais rien de vraiment solide. Mais continuons de travailler et peut-être qu'on trouvera quelque chose.

Je tiens aussi à remercier tous ceux qui m'ont fait parvenir ces réponses, bien que ça devienne vraiment difficile de répondre à tout le monde.




Mise à jour (11)

L'origine de deux autres des images cachées a été trouvée :

L'une des images est tirée d'un film d'horreur appelé « The Bunny Game », […], et une troisième est une scène de crime réelle montrant une victime d'Albert DeSalvo, plus connu sous le nom de l'Étrangleur de Boston.

Daily Dot
(Pour les gens qui pensent que 11BX1371 c'était moi. Je n'ai rien à voir avec cette vidéo)
Il y a aussi cette image qui a été uploadée par la personne qui a publié en premier la vidéo sur Youtube.



Mise à jour (11²)

Ouais.. Vous vous souvenez de cette image ? Elle avait été postée par le premier uploader. Il m'a contacté pour me demander de la retirer. Puisqu'il m'a expliqué pourquoi je vais accéder à sa requête.

C'était un message insensé pour appâter les « chercheurs ». Il a dit quelque chose du genre :

« Et vous rendre la pareille, cela changerait-il les choses ? 
Tout ce que vous voyez ne peut pas être, seulement ce qu'un miroir peut voir. »

Ça, et les coordonnées de l'île de Pâques.

Je peux comprendre pourquoi il avait envie de faire quelque chose comme ça, mais c'est une bonne chose qu'il ait fini par dire la vérité. Et ça m'a rendu sûr d'une chose : même s'il était l'uploader original, il n'est pas celui qui a créé cette énigme. Ces phrases ne convenaient pas vraiment au « thème » de la vidéo, de toute façon. Bien que l'on puisse aussi bien supposer le contraire, qu'il ait vraiment tout fait et qu'il le regrette amèrement.

Si vous pensez toujours que ça vaut le coup de la regarder en détail, d'autres que moi l'ont postée autre part.




Mise à jour (12)

Pour une raison inconnue, Facebook a bloqué tous les liens vers notre site. C'est, bien sûr, extrêmement bizarre, et ça rajoute du mystère par dessus. Évidemment, aucune autre news traitant le sujet n'a été bloquée. Mais on essaie de résoudre ça, si vous voulez aider, vous pouvez signaler le problème à Facebook. 





Mise à jour (13)

J'ai oublié de mentionner une découverte qui date d'un petit moment. La phrase 'We are are the antivirus' (Nous sommes l'antivirus) a été trouvée dans le spectrogramme. La plupart d'entre vous l'ont déjà vu, j'ai juste oublié de l'écrire. Merci à ceux qui me l'ont rappelé.

Un prétendu chiffre maçonnique a été décodé, le message qui en découle serait « AD OPPUGNARE HOMINES’, en latin, qui signifie « Pour attaquer les hommes ».

Un code Enigma a aussi été trouvé, mais impossible de le décrypter.

AETBX continue de répandre de fausses informations.

Ce nouveau spectrogramme a été envoyé par un utilisateur de Reddit, theufomusic ; il inclut ce message :

0101010001100101001000000111001101101001
0110011101110101011001010010000001110001
0111010101100101011001000110000101101110
0110010001101111001000000011000100100000
0110000111000011101100010110111100100000
0110110101100101011011100110111101110011
Te sigue quedando 1 año menos. De l'espagnol qui veut dire « Il te reste moins d'un an »


La question est donc : qu'est-ce que ce gars est en train d'essayer de faire ? Il affirme ne pas avoir créé la vidéo, mais il agit comme tel.


Vous pouvez obtenir l'ISO ici. Si celui-là aussi est down, il y a des tas de copies à travers le web.





Mise à jour (13²)

Rien de concret depuis la dernière mise à jour. Surtout que ça commence à devenir difficile de rester à l'affût de tout, donc libre à vous de me faire savoir tout ce que j'ai pu louper.
Dans le même temps j'ai évidemment un blog à faire vivre, un travail, et des études. Mais je fais de mon mieux pour vous tenir au courant de toutes les nouveautés que je trouve.

D'ailleurs, je vous demande de bien vouloir continuer de commenter sur ce post ou sur celui des différentes théories.


Merci à vous.





Mise à jour (14)

L'origine d'une autre image du spectrogramme a été trouvée. C'est un recueil de photos créé par Jeff Thrower. Vous pouvez le voir ici.

Merci Ky0

13 ani 50 était une partie de l'un des messages décryptés. Il a été suggéré que cela pouvait faire référence aux 13 rayures et aux 50 étoiles du drapeau américain. De loin la théorie la plus solide, d'autres ont plutôt supposé que cela pourrait être une date (une année).

Celui qui a mis au point tout ça pourrait être la même personne que celle qui a créé le site internet Magibon.com. C'est tout autant creepy, si ce n'est plus.

Ceci a été posté à propos du projet Magibon par son créateur, Danung :

Ceci est une expérience de mémétique, ou le phénomène de transmission culturelle sur Internet. L'idée était d'utiliser la gloire et la popularité d'un concept culturel déjà existant sur Internet. J'ai donc ciblé l'étrangement populaireblogueuse vidéo  « Mririan » (aussi connue sous le nom de Magibon). C'est une jeune femme de 21 ans (d'apparence plus juvénile) connue pour publier fréquemment des vidéos dans lesquelles elle se présente face caméra, immobile, à ne rien faire. Mais ses vidéos sont vues par des millions de gens.


Mise à jour (15)

L'origine de deux autres images a été découverte.

Le crâne dans le spectrogramme du menu du DVD.

Les os dans le menu du DVD.





Mise à jour (16)

Cette découverte rend le tout encore plus absurde.

Une rangée de briques standard en Pologne fait dans les 6,5cm. Le mec doit être petit, ou alors c'est une fille.
J'y étais et j'ai mesuré. La personne doit pas dépasser les 1m30...
Quelqu'un peut confirmer ?



Mise à jour (17)

L'énigme génère toujours beaucoup de discussions. Mais rien de nouveau n'a été trouvé depuis la dernière mise à jour. Cependant, c'est incroyable de noter le nombre de théories qui collent ne serait-ce qu'un peu avec les données disponibles. Si vous voyez pas de quoi je parle, jetez un oeil aux commentaires. Si vous voulez être crédité dans la prochaine mise à jour cependant, utilisez plutôt mon mail ! Garder le fil commence à me donner du fil à retordre vu l'effervescence que ce truc a causée.


Eh oui... on a eu quelqu'un pour se déguiser en 'homme-oiseau' cette année.
Des détournements commencent également à faire leur apparition.


...oui. Ça a atteint des proportions ridicules, et c'est le moins qu'on puisse dire. Ça serait super d'obtenir enfin de vraies réponses.

Pour ceux qui resteraient intéressés, j'ai trouvé sur Reddit le lien d'un tchat consacré à l'enquête, jetez-y un oeil.
Si vous voulez partager vos découverte en direct, voilà le tchat :
https://webchat.freenode.net/
chat room: #11BX1371



Mise à jour (18)

Une nouvelle vidéo a fait son apparition. Manifestement pas du même créateur, le style étant très différent. Mais on ne sait jamais, je l'ajoute quand même. Quand bien même ce n'est que l’œuvre d'imitateurs, ça reste assez intéressant à regarder.


 
Mise à jour du 18/11/2015 : la vidéo d'origine a été supprimée, il s'agit là d'un ré-upload.
01101101 01100001 01110010 01110100 01110111 01111001 se traduit par "martwy", ce qui signifie mort, sans vie, défunt, éteint... en polonais.
Certains lecteurs ont signalé que cette vidéo serait extraite d'un clip musical.

En fait, il y a eu plusieurs autres vidéos qui prétendaient faire suite à la première (pour rappel, l'un des messages cachés dans cette dernière était "il y en aura trois", ce qui a fait supposer certains que deux autres vidéos 'officielles' seraient transmises). Le problème, c'est que ces supposées suites sont principalement des sortes de "remix" de l'originale.



Mise à jour (19)

Ça pourrait être utile :
La vidéo a été envoyée le 11 mai 2015 depuis un bureau de poste de Varsovie, l'adresse du bureau est Juliana Bruna 34. La distance entre le bureau de poste et la friche de Zofiowka [pour rappel, le lieu de tournage de la vidéo] est de 13,81 ou 13,83 miles [22,22 ou 22,26 kilomètres] (j'ai mesuré depuis deux endroits où les arbres sont proches des murs). Si ça peut aider...
Des lecteurs m'ont également suggéré d'examiner l'enveloppe sous une lampe UV. Malheureusement, je n'en possède pas qui puisse convenir à cet examen. J'essaierai de m'en procurer une...



Mise à jour (20)

J'imagine que c'est intéressant dans un sens, bien que ça me semble pas être utile sur le moment :
Le symbole du capricorne sur les timbres est un caractère de la police Wingdings, il représente la lettre G.


Mise à jour (21)

Des internautes ont récemment suggéré qu'Anonymous pourrait avoir, d'une manière ou d'une autre, un lien avec la vidéo.
La phrase suivante est extraite d'une communication d'Anonymous :
"DAESH, nous allons vous pourchasser, détruire vos sites, vos adresses, vos comptes, et vous percer à jour. À partir de maintenant, vous n'êtes plus en sûreté sur le réseau.
Vous allez être traité comme un virus, et nous en sommes le remède."

Peut-être que DAESH est le virus, et Anonymous "l'antivirus" - comme dans notre vidéo.


Mise à jour (21²)

Une personne prétendant être le créateur de la vidéo a fait récemment son apparition sur Twitter et Facebook. Cette personne est connue sous le nom de Parker Warner Wright.

Ce n'est pas le premier à faire comme s'il avait tout manigancé, mais il y a quelques trucs qui le font sortir du lot. Il est manifestement très impliqué et met un point d'honneur à répondre aux questions, clairement et raisonnablement. Il est très direct dans ses propos, contrairement à tous les autres. D'après lui, le but de la vidéo était de faire passer un message politique par le biais d'un objet artistique.
Pour appuyer ses dires, il a posté une photo du masque supposément utilisé dans la vidéo. Ce n'est bien sûr pas une preuve irréfutable, étant donné que ce masque a déjà été reproduit par d'autres personnes (voir le costume d'Halloween plus haut).

Il a également posté ce qui pourrait être les fichiers sources des énigmes, ainsi que le code source de la lumière clignotante, qui aurait été fabriquée sur la base d'une carte Arduino. Cependant, il n'a pas pu prouver que le compte Youtube d'origine était bien le sien. D'après lui, il a simplement oublié le mot de passe.

Si ce qu'il dit est vrai, c'est incroyablement excitant. Personnellement, je reste sceptique pour le moment ; il y a encore des éléments qui m'échappent : entre autres, pourquoi l'envoyer à moi spécifiquement ?

Vous trouverez un document répertoriant les questions et ses réponses à cette adresse.

Donc, qu'est-ce que vous en pensez ? Est-ce que vous croyez que ça pourrait être lui ?



Mise à jour (22)

Eh bien, il y a de plus en plus matière à être convaincu que Parker Warner Wright est bien la personne à l'origine de la vidéo.

En plus des preuves déjà transmises, il a changé la description de la vidéo originale : auparavant "Écoutez-vous ?", c'est maintenant "Regardez-vous ?" qui figure dans la description. Ce qui veut dire qu'il a de nouveau accès à son compte Youtube.

Il a également posté la photo d'un CD qui, d'après lui, provient du même lot que celui qui m'a été envoyé. Honnêtement, je n'arrive pas à lire le numéro de série sur la photo, mais si vous voulez vérifier, il est visible sur le CD que j'ai reçu.

Nouvelles preuves en image. Je crois bien que ce genre de choses serait vraiment plus dur à falsifier. Je suis confiant : si vous comparez ces chiffres avec ceux sur le disque reçu chez Gadgetzz, ils devraient correspondre presque entièrement.
Apparemment, Parker Warner Wright a donné l'un des gants visibles dans la vidéo à un collectionneur. Cependant, je n'ai rien trouvé d'autre qu'un unique tweet sur le sujet, ce n'est donc pas assuré.

Je lui ai demandé pour quelle raison la vidéo m'avait été envoyée personnellement. Ses réponses sont plutôt obscures et ne me satisfont pas vraiment, mais apparemment il aurait reçu une de mes cartes de visite. Ce qui veut dire qu'il s'est rendu à un salon d'électronique où j'étais également présent.

J'ai pensé en premier lieu au CES à Las Vegas, mais le CeBIT ou l'IFA me sembleraient plus probables, étant donné qu'ils se tiennent en Allemagne - plus près de la Pologne, donc. Je lui ai demandé de me fournir une photo de la carte de visite, attendons de voir s'il s'exécute.

- Vos réponses me conviennent jusqu'ici. Mais il reste une question sans réponse. Pourquoi l'avoir envoyé à moi ?
- Pour faire court, vous avez gagné au loto des cartes de visite.
- Que voulez-vous dire ?
- Je veux dire qu'à un moment ou à un autre, vous m'avez donné votre carte.
- Hm. Donc vous avez été à un salon de haute technologie ? Ça n'explique pas vraiment pourquoi vous n'avez pas choisi un plus gros débouché parmi tous les sites qui existent.
- Je n'ai pas envie de donner trop de détails quant à où nous nous sommes rencontrés.Concernant votre remarque, je ne possède pas les cartes des sites dont vous parlez.
Concernant les réactions... Certains sont soulagés de voir que ce n'est qu'une œuvre d'art, moi le premier. Mais beaucoup d'autres sont également déçus, vu que ça tue tout le mystère. Les commentaires sur ce statut de Parker Warner Wright résument bien ce ressenti.

Il faudrait être vraiment très intelligent pour falsifier autant de preuves que ce que j'ai présenté. En fait, c'est assez réconfortant de voir qu'il y a autant de sceptiques dans ce monde, mais je me demande à quel point ça s'étend au-delà de mon énigme.
Personnellement, je ne sais pas trop quoi penser. Peut-être que ça 'tue le mystère' dans les yeux de certains, mais de mon côté, je suis plus curieux que jamais. Nous n'avons jamais été aussi près d'obtenir de vraies réponses.

Il a promis qu'une nouvelle version était en cours de préparation, nouvelle version qui, je suppose, comblera certains des trous de la précédente.



Mise à jour (23)

Ça redevient intéressant. Deux découvertes majeures sont arrivées depuis la mise à jour précédente.

Premièrement, j'ai rejoint le tchat IRC où sont regroupées les personnes qui travaillent à résoudre le mystère. Merci pour tout ! On n'aurait jamais pu arriver si loin sans vos efforts.

Ils sont parvenus à faire un peu de lumière sur le tweet où Parker Warner Wright suggérait qu'il avait donné l'un de ses gants à un collectionneur. Ils ne savaient pas qui était cette personne, ni aucun autre détail sur elle, mais ils m'ont fait parvenir cette image. Ça ressemble pas mal à ce qu'on peut voir sur la vidéo, et ils pourraient très bien être reliés à une Arduino par ces câbles.


Difficile de dire cependant pourquoi il en existerait plusieurs versions, étant donné que seul un est utilisé dans la vidéo. Même chose au sujet des doigts manquants.

La deuxième avancée importante est que les gens du tchat ont, possiblement, résolu une des énigmes. C'était, tel que je le comprends, la dernière pièce du puzzle qui restait à résoudre.
Après de longues heures de travail, les gars de l'IRC sont parvenus à craquer le code 6x4. C'est similaire au code Enigma M4. Voilà les détails : 
Paramétrage : M4 / UKW:C-thin / Gamma-III-I-II / 
Positions : E-K-W-F / 
Boucles : A(1)-A(1)-A(1)-F(6) /
Branchements : D-M:E-S:H-Z:J-P
Texte d'entrée : AHCJWVFEYCHWOSVGXUGQOYXGXASERFFOHDVSCIMRN
BBXHWLNRCUSLFCSLXIPNMPCFQJIXZIGFXRCQBXTRMSVSBOGUURDOCL 
Traduction : IPAZCOMPLACENTARETHEWEAKSTANDANDFIGHT
WITHUSTAKEDOWNTHEBLACKBEASTKILLHISDISEASEORF 
[......les faibles restent debout, combattez avec nous, abattez la bête noire, tuez son mal......]
Ce résumé a été posté sur Reddit par un certain Ichiocca.

Cela étant dit, je n'ai aucune idée de ce que ça peut vouloir dire, aussi, je ne dirais pas que le mystère est entièrement résolu. Il reste quand même que ce sont des avancées notables, cependant. Espérons que la signification de l'ensemble deviendra bientôt claire.

Il faut aussi que je mentionne que PWW, qui était resté silencieux depuis mes précédentes mises à jour, a posté quelque chose sur son Facebook. Juste une phrase : "Ne tenez pas compte du précédent". Pas sûr non plus de ce que ça veut dire...



Mise à jour (24)

En dehors de quelques posts sans grande importance sur Facebook et Twitter, PWW a posté une série d'images contenant des coordonnées.

Un
Posté par Parker Wright le 29/12/2015
Deux... fort contraste.
Posté par Parker Wright le 29/12/2015

Trois et quatre.
Posté par Parker Wright le 30/12/2015
Cinq et six.
Posté par Parker Wright le 30/12/2015
La signification de tout ceci reste obscure. Mais je suis sûr qu'elle sera bientôt révélée.
Les théories les plus populaires à ce sujet statuent que les coordonnées sont celles du lieu de tournage du prochain DVD. Merci à Singularity pour ce tuyau !



Dernière mise à jour

Parker Warner Wright a sorti la deuxième partie de la vidéo. Toutes les infos à ce sujet à cette adresse !




Traduction : Alexray (mises à jour 0 à 16) ; Tripoda (mises à jour 17 et suivantes)

Article original ici