Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 2 mars 2014

L'expérience russe sur le sommeil (The russian sleep experiment)

  Durant la fin des années 1940, des chercheurs russes ont gardé cinq personnes éveillées pendant quinze jours en utilisant un gaz expérimental basé sur des stimulants. Ils étaient enfermés dans un environnement scellé afin de pouvoir contrôler leur consommation d’oxygène de manière à ce que le gaz ne les tue pas, étant donné qu’il était toxique à partir d’une concentration élevée. Cela a eu lieu avant l’invention des caméras en circuit fermé, ils n’avaient donc que des microphones et des fenêtres de verre épais d’une douzaine de centimètres en forme de hublot qui permettaient de les surveiller. La chambre était équipée de lits d’appoint sans literie, de l’eau courante et de toilettes, et contenait des livres et suffisamment de nourriture sèche pour qu’ils puissent tenir à cinq pendant plus d’un mois.

Les sujets de test étaient des prisonniers politiques jugés ennemis de l’État durant la Seconde Guerre Mondiale.


Tout s’est bien passé pendant les cinq premiers jours ; les sujets ne se plaignaient que rarement, car on leur avait promis qu’ils seraient libres s’ils acceptaient de subir le test et de ne pas dormir pendant trente jours (bien que la libération fût hors de question). Leurs conversations et leurs activités étaient surveillées, et on a pu noter qu’ils ne parlaient que d’incidents de plus en plus traumatisants dans leur passé, le ton de la conversation devenant beaucoup plus sombre après le quatrième jour.


Au bout de cinq jours, ils ont commencé à se plaindre à propos des circonstances et des événements qui les avaient menés là où ils se trouvaient et à montrer des signes de paranoïa sévère. Ils ont arrêté de se parler et, à la place, se sont mis à parler aux microphones ou aux miroirs sans tain des hublots. Curieusement, ils semblaient penser pouvoir gagner la confiance des expérimentateurs en se retournant contre leurs camarades, les autres sujets de test en captivité avec eux. Les chercheurs ont tout d’abord supposé qu’il s’agissait d’un effet du gaz…


Après neuf jours, le premier d’entre eux a commencé à crier. Il courait sur la longueur de la chambre en hurlant à pleins poumons pendant trois heures sans discontinuer, et a ensuite essayé de ne pas s’arrêter, mais il n’arrivait qu’à produire de temps à autre de petits couinements. Les chercheurs ont pensé qu’il s’était déchiré les cordes vocales. Le plus surprenant dans ce comportement, c’est la manière dont les autres sujets ont réagi… ou plutôt n’ont pas réagi. Ils ont continué à murmurer à l’attention des microphones jusqu’à la seconde où les cris ont commencé. Deux des captifs qui ne criaient pas ont alors désossé les livres, ont enduit toutes les pages avec leurs propres excréments et les ont collées sur le verre des hublots. Les cris se sont rapidement arrêtés.


Les murmures adressées aux micros également.


Trois jours se sont écoulés. Les chercheurs vérifiaient les micros chaque heure pour être sûrs qu’ils fonctionnaient, car ils pensaient qu’il était impossible que cinq personnes enfermées dans une pièce ne produisent aucun son. La consommation d’oxygène dans la chambre indiquait qu’ils devaient être tous les cinq en vie. En fait, elle correspondait à la quantité d’oxygène que cinq personnes consommeraient pendant un exercice physique extrêmement ardu. Le matin du quatorzième jour, les chercheurs ont fait quelque chose qu’ils avaient dit qu’ils ne feraient pas pour obtenir une réaction des captifs: ils ont utilisé l’interphone de la chambre, espérant provoquer une quelconque réponse des détenus. Ils avaient peur qu’ils soient morts ou dans un état végétatif.


Ils ont annoncé: « Nous allons ouvrir la chambre pour tester les microphones ; restez loin de la porte et allongez-vous sur le ventre par terre, ou vous serez abattus. Si vous respectez ces règles, l’un de vous gagnera sa liberté. »


À leur grande surprise, ils ont entendu une seule phrase prononcée d’une voix calme : « Nous ne voulons plus être libérés. »


Des débats ont éclaté entre les chercheurs et les forces militaires qui finançaient le projet. Comme il était impossible d’obtenir d’autres réponses en utilisant l’interphone, il a finalement été décidé que la porte de la chambre serait ouverte à minuit le quinzième jour.


La chambre a été vidée du gaz stimulant et remplie avec de l’air frais, et des voix provenant des micros ont immédiatement commencé à protester. Trois voix différentes ont commencé à supplier, comme s’il en allait de la vie de l’amour de leur vie, de remettre le gaz. La chambre a été ouverte et des soldats ont été envoyés à l’intérieur pour retrouver les sujets de test. Ils ont commencé à hurler plus fort que jamais, et les soldats ont rapidement fait de même lorsqu’ils ont vu ce qui était à l’intérieur. Quatre des cinq sujets étaient toujours vivants, bien que l’état dans lequel ils étaient ne fût pas qualifiable de « vivant ».


Les rations de nourriture des cinq jours précédents n’avaient pas été touchées. Il y avait des morceaux de chair des cuisses et du torse du sujet mort enfoncés dans le drain au centre de la chambre, le bouchant, et permettant à une dizaine de centimètres d'eau de s’accumuler sur le sol. La portion de cette eau qui était composée de sang n’a pas été déterminée. Les quatre sujets « survivants » avaient également de grandes portions de muscles et de peau arrachés de leur corps. La destruction de la chair et les os à l’air libre sur leurs doigts indiquaient que les blessures avaient été infligées à la main, et non avec les dents, comme les chercheurs l’avaient pensé au début. Des observations plus précises de la position et de l’angle des blessures ont montré que la plupart des blessures, si ce n’était toutes, avaient été infligées par eux-mêmes.


Les organes abdominaux sous la cage thoracique des quatre sujets avaient été retirés. Alors que le cœur, les poumons et le diaphragme étaient restés en place, la peau et la plupart des muscles attachés aux côtes avaient été arrachés, permettant de distinguer les poumons à travers les côtes. Tous les vaisseaux sanguins et les organes étaient intacts, ils avaient simplement été retirés et posés par terre, répartis autour des corps éviscérés, mais toujours vivants, des sujets. L’appareil digestif des quatre sujets pouvait être observé en fonctionnement, digérant de la nourriture. Il a été très vite clair qu’ils digéraient leur propre chair, qu’ils avaient arrachée et dévorée durant les jours précédents.


La plupart des soldats étaient des Russes d’un commando spécial affecté à l’installation, mais la plupart ont refusé de retourner dans la chambre pour en sortir les sujets test. Ces derniers continuaient de crier pour qu’on les laisse dans la chambre et suppliaient qu’on remette le gaz pour qu’ils ne s’endorment pas.


À la surprise de tout le monde, les sujets ont livré un combat violent lorsqu’on les a fait sortir. Un des soldats russes s’est fait déchirer la gorge et en est mort, un autre en est sorti gravement blessé, après s’être fait arraché les testicules et perforer une artère d’une de ses jambes par les dents d’un sujet. Cinq autres soldats ont perdu la vie si l’on compte ceux qui se sont suicidés dans les semaines suivant l’incident.


Pendant le combat, la rate de l’un des sujets vivants s’est rompue et il s’est vidé de son sang presque immédiatement. Les chercheurs médicaux ont tenté de l’endormir, mais cela s’est révélé inutile. On lui a injecté plus de dix fois la dose maximale pour un humain d’un dérivé de la morphine, et il continuait de se battre comme un animal enragé, brisant les côtes et les bras d’un des docteurs. On a pu constater que le cœur a continué à battre pendant deux minutes entières après que l’hémorragie l’ait amené à un point où son système vasculaire était rempli avec davantage d’air que de sang. Même après qu’il se soit arrêté, il a continué de crier pendant trois minutes, s’efforçant d’attaquer quiconque venait à portée et répétant continuellement le mot « PLUS », de plus en plus faiblement, jusqu’à ce qu’il soit réduit au silence.


Les trois sujets test survivants ont été immobilisés et transportés dans une installation médicale, les deux ayant leurs cordes vocales encore intactes continuant de supplier le retour du gaz pour rester éveillés…


Celui des trois ayant le plus de blessures a été emmené dans le seul bloc opératoire dont l’installation disposait. Durant la procédure devant le préparer pour le replacement de ses organes internes, il s’est révélé immunisé aux sédatifs qui lui ont été administrés dans le but de le mettre en condition pour l’intervention chirurgicale. Il se débattait furieusement contre ses liens lorsque le gaz anesthésiant a été apporté pour le mettre hors de combat. Il a réussi à déchirer la quasi-totalité d’un bandeau de cuir épais de dix centimètres attaché à un de ses poignets, même avec le poids d’un soldat de quatre-vingt-dix kilos qui essayait de maintenir ce poignet immobile. Une quantité juste supérieure à la normale a été nécessaire pour l’endormir, et à la seconde où ses paupières se sont fermées, son cœur s’est arrêté. Pendant l’autopsie du sujet test qui est mort sur la table d’opération, il a été révélé que son sang contenait trois fois la concentration normale d’oxygène. Les muscles qui étaient toujours attachés à son squelette étaient affreusement déchiquetés et il s’était brisé neuf os dans sa lutte pour ne pas être maîtrisé. La plupart à cause de la force que ses propres muscles avaient exercé sur eux.


Le second survivant avait été le premier du groupe à commencer à crier. Ses cordes vocales étant détruites, il était incapable de supplier ou de protester contre l’opération, et il n'a réagi qu’en secouant violemment la tête pour montrer sa désapprobation lorsque le gaz anesthésique a été amené près de lui. Il a secoué la tête pour faire oui lorsque quelqu'un a suggéré, à contrecœur, d’essayer l’opération sans anesthésie, et n’a pas réagi pendant les six heures qu’ont nécessité le replacement de ses organes abdominaux et la tentative de les recouvrir avec ce qu’il restait de peau. Le chirurgien présidant l’intervention n’arrêtait pas de répéter qu’il devrait être médicalement impossible pour le sujet d’être encore en vie. Une infirmière terrifiée qui assistait à l’opération a affirmé qu’elle avait vu la bouche du patient former un sourire plusieurs fois, à chaque fois que ses yeux croisaient les siens.


Lorsque la chirurgie a pris fin, le sujet a regardé le chirurgien et a commencé à siffler fortement, essayant de parler en se débattant. Supposant que ce devait être important, le chirurgien a demandé à ce qu’on lui apporte un crayon et un calepin afin que le patient puisse écrire son message. Il était simple. « Continuez à couper ».


Les deux autres sujets tests ont subi la même intervention, tous les deux sans anesthésie. Cependant, il a été nécessaire de leur injecter un paralysant pendant la durée de l’opération. Le chirurgien n'arrivait pas à effectuer la chirurgie pendant que les patients riaient continuellement. Une fois paralysés, les sujets pouvaient seulement suivre les médecins des yeux. Le paralysant a été éliminé de leur système après une période anormalement courte et ils ont rapidement essayé de s'échapper. Au moment où ils ont pu recommencer à parler, ils ont recommencé à demander le gaz stimulant. Les chercheurs ont essayé de leur demander pourquoi ils s'étaient infligé ces blessures, pourquoi ils avaient arraché leurs propres entrailles et pourquoi ils voulaient de nouveau le gaz.


La seule réponse qui a été donnée était: « Je dois rester éveillé ».


Les liens des trois sujets ont été renforcés et ils ont été replacés dans la chambre en attendant de savoir ce qu’on allait faire d’eux. Les chercheurs, faisant face à la colère des « bienfaiteurs » militaires à cause de leur incapacité à atteindre le but qu’ils leur avaient fixé, ont pensé à les euthanasier. L'officier commandant, un ancien agent du KGB, a, au contraire, vu du potentiel en eux, et a voulu voir ce qui se passerait si on les replongeait dans le gaz. Les chercheurs s'y sont formellement opposés, mais leurs objections ont été ignorées.


Afin de les préparer à être de nouveau scellés dans la chambre, les sujets ont été connectés à un moniteur électroencéphalographique, et leurs liens ont été renforcés pour un confinement à long terme. À la surprise générale, ils ont tous les trois arrêté de se débattre au moment où quelqu'un a laissé échapper qu'on allait les remettre dans le gaz. Il était évident qu'à ce moment, ils avaient énormément de mal à rester éveillés. Un des sujets qui pouvait parler fredonnait d'une voix forte et sans s'arrêter ; le sujet muet appuyait ses jambes de toutes ses forces, d’abord la droite, puis la gauche, puis de nouveau la droite, afin d’avoir quelque chose sur quoi se concentrer. Le dernier sujet gardait sa tête au-dessus de son oreiller et clignait des yeux rapidement. Ayant été le premier à avoir été relié à l’électroencéphalogramme, la plupart des chercheurs observaient ses ondes cérébrales avec surprise. Elles étaient normales la plupart du temps, mais affichaient parfois inexplicablement une simple ligne. C’était comme s'il subissait plusieurs morts cérébrales, avant que tout ne redevienne normal. Comme ils se concentraient sur le papier qui sortait du moniteur, seule une infirmière a vu ses paupières se fermer au moment où sa tête est retombée sur son oreiller. Ses ondes cérébrales se sont immédiatement muées en celles du sommeil profond, puis la ligne droite est apparue pour la dernière fois, alors que son cœur s’arrêtait.


Le seul sujet restant en état de parler s’est mis à crier pour être scellé immédiatement. Ses ondes cérébrales montraient les mêmes lignes droites que celui qui était mort après s’être endormi. Le commandant a donné l’ordre de sceller la chambre avec les deux sujets à l’intérieur, ainsi que trois chercheurs. Un des trois qui ont été nommés a immédiatement sorti son revolver et tiré une balle entre les deux yeux du commandant, puis a retourné son arme contre le sujet muet, lui faisant également sauter la cervelle. 



Il a ensuite pointé son arme vers le sujet restant, toujours attaché au lit tandis que les membres restants de l’équipe médicale et de recherche fuyaient la pièce. « Je ne me laisserai pas enfermer là-dedans avec ces choses ! Pas avec vous ! a-t-il crié à l’homme attaché à la table. QU’EST-CE QUE VOUS ÊTES ? a-t-il demandé. Je dois le savoir ! »


Le sujet a souri.


« Est-ce que vous avez oublié si facilement ? a répondu le sujet. Nous sommes vous. Nous sommes la folie qui est cachée dans chacune d’entre vous, suppliant d’être libérée à tout moment dans votre esprit animal. Nous sommes ce dont vous vous cachez toutes les nuits dans vos lits. Nous sommes ce que vous réduisez au silence et à la paralysie lorsque vous rejoignez le paradis nocturne que nous ne pouvons fouler. »


Le chercheur a marqué un arrêt. Puis il a visé le cœur du sujet et a fait feu. L’électroencéphalogramme a alors affiché une ligne droite, tandis que le sujet s’étranglait, laissant faiblement échapper quelques mots : « Si… près d’être… libre… »



Traduction: Magnosa

Creepypasta originale ici.

179 commentaires:

  1. j'adore ette pasta :3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en fait je l'aime pas :(

      Supprimer
    2. Moi non plus j't'aime pas :)

      Supprimer
    3. en fait je l'aime bien

      Supprimer
    4. wtf ? c'est quoi cette conversation u_u

      Supprimer
    5. Terrifiant surtout en pensent à la phrase du dernier "survivant"

      Supprimer
    6. Hem vous êtes au courant que c'est vraiment arrivé cette merde ?

      Supprimer
    7. Mais non ! Ce n'est qu'une légende ! ;)

      Supprimer
    8. non spas une légende ...

      Supprimer
    9. C'est sur que c'est pas vrai cette histoire... Enfin........j'espère����

      Supprimer
    10. regardez la FAQ d'Axolot, il dit bien que ces qu'une histoire, bien écrit certe, mais qu'une histoire quand même

      Supprimer
  2. Moi aussi j'adore cette fucking pasta, ma préférée avec Gateway of Mind ! Ah les expériences sur les hommes, quelle douceur <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alerte, psychopathe détectée. *Jesors.*

      Supprimer
    2. Alerte de niveau 12, ceci n'est pas un exercice !

      Supprimer
    3. Alerte de niveau bleu ! Toutes personnes dans un périmètre de 15 km de la personne ayant prononcé ces mots seront exterminés, sans aucune distinction. Ceci n'est pas un exercice. Veuillez garder votre calme ! Ceci n'est pas un exercice.
      *Fin de transmission, retour à la zone de sécurité*

      Supprimer
    4. Copaiiiiiin ! <3

      Supprimer
    5. J'aime les chèvres.

      Supprimer
    6. oui voila les chèvres c'est bien XD

      Supprimer
    7. Pshycopath land !! yoouuuhoummeeeeeeh !!

      Supprimer
    8. Oui, c'est l'histoire de mon tonton, il s'appelait Martin.

      Supprimer
    9. Et son nom de famille c'était Garrix.

      Supprimer
    10. C'est vrai ce sentiment quelle merveille c'est dommage que ça ne se soit pas vraiment déroulé. J'aime aussi beaucoup gateway of mind.

      Supprimer
  3. vraiment super cette pasta! je l'adore avec son coter sadique et les experiences sur les hommes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alerte psychopathe niveau 900

      Supprimer
    2. wohoho ! oui je confirme, c'est super sadique cette pasta O.o

      Supprimer
  4. Wahou celle-là est terrible !

    RépondreSupprimer
  5. et c ecrit
    après s’être fait arraché les testicules "..." par les dents d’un sujet
    Oo'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne souhaiterais pas ça à mon pire ennemi 0_o

      Supprimer
    2. Moi jtrouve que ce serait plus simple pour les animaux de compagnie

      Supprimer
    3. Hahahaha....What the fuck?????

      Supprimer
  6. excellent , bien creepy tout en restant un peu réaliste ^^ haaaaa les expériences sur les hommes franchement j'adore ce genre de pasta

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait cette histoire est vraie... :(

      Supprimer
    2. Bien sûr que non. Ce n'est qu'une histoire, ne crois pas tout ce que tu lis.

      Supprimer
    3. Malheureusement il y a bien des choses terrifiantes et horribles que commettent les humains. Surtout pendant la période de la guerre, moi je pense que c'est vrai, après tout on sait tous ce qui est arrivé pendant cette guerre, des choses qui sont inimaginables, pourtant, bien réelles. Oui il ne faut pas croire tout ce qu'on lit c'est vrai

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Я использовал перевод ... :')

      Supprimer
    2. Я русский :P (но я говорю по-французски)

      Supprimer
  8. (note: le commentaire qui suit est une histoire vrai)
    hier soir, je suis rentrée du festival de la magie au casino de Royat. il était tard et on roulait dans un quartier que je ne connaissais pas. on a empreinté une petite rue et sur le mur de l'angle, il y avait un tag en rouge dégoulinant écrivant "mauvais choix" avec un curieux signe à côté que je n'ai pas eu le temps d'identifier.
    en arrivant au bout de cette rue, je l'ai fait remarquer à ma mère et elle a vue qu'on était dans une impasse. alors on a fait demi tour. et j'ai donc put observer le curieux dessin. j'ai poussé un cri d'étonnement en constatant que ça représentait une pioche par dessus une cerpe : c'est le signe du
    russian sleep experiment... je sais que ce que je raconte n'ai pas très effrayant, mais c'est un histoire vrai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout le sigle du communisme...

      Supprimer
    2. euh... non? le symbole du communisme c'est la faucille et le MARTEAU.

      Supprimer
    3. C'est vrai je suis con....mais je ne savais pas a ce moment la, mais je suis persuadée que c'était en effet pas un marteau mais une pioche

      Supprimer
    4. Moi j'ai vue le signe creepypasta dans un parc d'attraction le jour d'halloween...... J'ai crié au complot avec ma meilleure amie !!!! C'était trop bien !!!!!!!

      Supprimer
  9. ce que je n'ai pas osé dire par la suite c'est qu en rentrant dans l'appartement, il y avait un signe de slender man sur un mur du garage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lequel ? Le rond et la croix ? (Marble Hornets)

      Supprimer
  10. On peut mourir de fatigue bien avant de mourir de faim ou de soif, généralement dans les 2 semaines. La fatigue peut tuer si on ne dort pas avant 6 jours ou plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument pas. On ne meurt pas de fatigue, vu qu'on s'endort obligatoirement à un moment. De plus, la fatigue peut provoquer des hallucination et une paranoïa au bout d'un peu plus d'une centaine d'heure sans dormir.

      Mais ça ne te tues pas. (pas directement, si tu te suicide par ce que tu vois des fantomes mutiliés à cause de la fatigue, c'est pas la fatigue qui t'as tué)

      Supprimer
    2. Eh bien, considérant les expériences faites sur les rats, le manque prolongé de sommeil aurait des séquelles irréversibles pouvant effectivement aller jusqu'à la mort. J'aurais bien aimé mettre le lien de la publication correspondante en ligne, mais elle n'est pas si évidente à trouver et de toutes façons elle aurait été en anglais. Il faudra donc croire à la bonne foi de cet article:

      http://www.morphee.biz/article-1058713.html

      Il n'est pas prouvé qu'il y ait un lien direct, mais même par procuration, si, l'insomnie tue.

      Supprimer
    3. Y'a un type qu'est entré dans le gusnessbook des records...en restant éveillé environ 11 jours d'affilé

      Supprimer
    4. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/923948-un-stagiaire-de-bank-of-america-meurt-apres-72h-sans-dormir-l-epuisement-ne-tue-pas.html

      Supprimer
    5. C'est une méthode de torture courante d'empêcher un individu de dormir, soit avec de la musique extrêmement forte ou pour les méthodes les plus extrêmes cela peut aller jusqu'au coupage de paupières avant de laisser une lampe sous les yeux de l'individu (qui peut pas bouger c'est pas drôle sinon .___.). Mis à part ça, je me demande, pour ce qui connaisse les vidéos de Poissons fécond, dans sa vidéo sur les humains avec de vrai super pouvoirs, le viêtnamien dont j'ai oublié le nom serait un fake ? Il a été prouvé que ça faisait plus de 40 ans qu'il n'avait pas dormi après une forte fièvre dans sa jeunesse O_o

      Supprimer
    6. Il y a une maladie - l'agrypnie - où le malade ne ressent presque jamais le besoin de dormir. C'est une dégénérescence des centres régulateurs du sommeil. Cependant le record de jours sans dormir est de 11 jours. Ce type viêtnamien est très certainement un charlatan. Même si on ne ressent pas le besoin de dormir, le corps, lui, si. La mort est inévitable au dessus de certains jours. Alors 40 ans...

      Supprimer
    7. ^ je ne suis pas certain qu'il soit une charlatan, je me rapelle avoir lu un article il y a quelques années (sciences et vie junior) sur un homme qui n'vait pas dormi depuis 20 ans.
      En réalité ces personnes dorment mais par microcoupures de quelques secondes sans s'en rendre compte.

      Supprimer
  11. Lol,le mec s'est fait castrer,il pourra plus baiser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il pourra toujours baiser, c'est juste pour pondre un gosse que ce sera plus chiant.

      Supprimer
  12. C'est normal en Russiiiiiiiiiiiiiiie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont dû boire trop de vodka

      Supprimer
    2. MDRRRRR what the cut est-il devenue une référence ???? :')

      Supprimer
    3. .. OH MON DIEU TOUT EST LIE !!!! OH !UNE BOULE :) !! ok ok je me casse >-<

      Supprimer
    4. Je trouve cela insultant envers la Russie le fait que l'on rapporte tout acte bizarre à "c'est normal en Russie" perso, je trouve la Russie beaucoup plus paisible que la France

      Supprimer
  13. Très bonne creepypasta :-)
    Sinon oui je peux le dire aussi C'est normal en Rusiiiiie xD

    RépondreSupprimer
  14. les hommes sont cruels... exprérience effroyable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure-moi, tu sais que ce n'est qu'une fiction, non ? O_o

      Supprimer
  15. Superbe, les expériences mmh ! *_*

    RépondreSupprimer
  16. Si c'est réel et bien je suis stupéfaite. Depuis quelques temps je fais des recherches et voilà qu je tombe sur cette pasta. Intéressant....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne l'est pas. Si tu recherches toutes expériences sur le sommeil faite en Russie, tu ne trouveras que des histoires d'horreur ou bien tu tomberas sur des liens de creepypasta. Je rassure tout ceux qui pourraient croire en une réalité : c'est une histoire racontée, narrée et inventée. :)

      Supprimer
  17. Я не сплю я все еще здесь

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. KAKALING KAMAYA
      VODKA ET SCHRAMALA
      (Je suis francais)

      Supprimer
  18. pasta de merde plein d incohérence dix foisla dos de morphine tu mort,tu en sang muscle detruis tu angonise trop de la merde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon dieu ton français est magnifique mon ami!

      Supprimer
    2. Je t'en supplie, deviens mon prof de français.

      Supprimer
    3. Maupassant est ton disciple

      Supprimer
    4. Le fantôme de Cyrano de Bergerac est là O.o

      Supprimer
    5. Là, c'est moi qui agonise devant ton français...

      Supprimer
  19. J'avais entendu parler de cette pasta mais je l'avais jamais lue, elle est cool ! :D

    RépondreSupprimer
  20. Vraiment cool comme pasta, bien écrit, superbes descriptions, les chercheurs sont sadiques à souhait, bref parfait !

    RépondreSupprimer
  21. Pourquoi tout le monde aime. Creepy veut dire flippant. Ca l'est pas, c'est juste gore gore gore gore et a la fin le sujet devient fou point.

    RépondreSupprimer
  22. JE N'AI QU'UNE SIMPLE QUESTION, PAS TANT POUR MOI PARCE QUE JE NE REVIENDRAI PROBABLEMENT PAS SUR CE SITE POUR VOIR LA RÉPONSE - SI JAMAIS RÉPONSE IL Y A -. ALORS MA QUESTION EST CELLE-CI ; POURQUOI ? POURQUOI UNE TELLE " EXPÉRIENCE ", JE VEUX DIRE ÇA SERT À QUOI TOUT ÇA, À QUOI ÇA RIME, ILS VOULAIENT PROUVER QUOI AVEC ÇA ? ET QU'ON NE ME DISE PAS QUE C'ÉTAIT GRATUIT, QU'ILS NE SAVAIENT PAS POURQUOI ILS FAISAIENT CETTE FOLIE, PARCE QUE ON S'ENTEND QUE DES GENS SAINS D'ESPRIT NE FERAIENT PAS UN TRUC PAREIL NON ? SI ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Mengele en sait quelque chose.

      Est-ce que c'est bien la peine de répondre à un message écrit entièrement en lettres capitales? Je crois pas, mais je peux pas m'en empêcher!

      Supprimer
    2. Pour la seule et bonne raison la guerre sois le Pouvoir . Imagine des soldats infatigable il seras en avantage il pourrais attaqué constamment où il ce fessais chié est il sont dis <>dit-il avec une voix de Russe alcoolique . <> Dit-elle .

      Supprimer
    3. Parce que c'est un fake.

      Supprimer
    4. Parce que ça les a énervés de recevoir des lettres écrites entièrement en majuscules.

      Supprimer
    5. je considère cet article comme plausible. La sciences au dépents du moralement humain a fait ses progrès que l on connait. Ca parait choquant , abominable , répugnant ect ( trouver l adjectif qui vous ressemble ) mais la raison cartésienne se permettra quelques dérapages "au nom de la
      Sciences" ...quoi ca vous á retourner le foie ??

      Supprimer
  23. si on reste eveillé plus de 7 jours on peut avoir des hallucination ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudrait essayer pour voir :] :Smile:

      Supprimer
  24. Cela me fait pensé à un jeux vidéo : Outlast
    Peut être que certain comprendront, surtout avec cette phrase : laissant faiblement échapper quelques mots : « Si… près d’être… libre… ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je connais outlast :) Ce jeu, c'est une perle :))
      Sinon bonne pasta, plutôt gore mais bon :)

      Supprimer
  25. Cette pasta est excellente, très bonne narration.

    RépondreSupprimer
  26. J'aimerais juste connaître le sens de la citation "Nous sommes vous. Nous sommes la folie qui est cachée dans chacune d’entre vous, suppliant d’être libérée à tout moment dans votre esprit animal. Nous sommes ce dont vous vous cachez toutes les nuits dans vos lits. Nous sommes ce que vous réduisez au silence et à la paralysie lorsque vous rejoignez le paradis nocturne que nous ne pouvons fouler. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes vous =
      Nous sommes comme vous.

      Nous sommes la folie qui est cachée dans chacun d'entre vous, suppliant d'être libérée à tout moment de votre esprit animal =
      Vous êtes comme nous.

      Nous sommes ce dont vous vous cachez toutes vos nuits dans vos lits =
      La seule chose qui nous différencie est le sommeil.

      Nous sommes ce que vous reduisez toutes les nuits au silence et à la paralysie lorsque vous rejoignez le paradis nocturne que nous ne pouvons fouler =
      La même

      Voilà, en espérant que ce décryptage rapide aura aidé à la compréhension de cette pasta :)

      Supprimer
  27. Une pure merveille cette pasta!!!
    Et je suis tout a fait d accord avec un des anonymes plus haut:les pastas d’expériences sur humains (comme gateway of mind) sont toujours une réussite totale!!

    Et pour apporter un élément de réponse à Anonyme du 25 sept. 2014 de 21:09:00,je pense que lidee est de dire que les effets combinés du gaz chelou et du manque de sommeil ont exacerbés un genre de folie et d'etat mystique d'un au-dela qu'on est supposé visiter dans notre sommeil et qui je pense n'est pas fait pour etre vecu dans notre monde vivant!
    Bien sur ceci n'est qu'une interprétation purement personnelle!
    En espérant que tu liras ce comm'!
    Sinon il est aussi adressé à toute autre personne qui lira cette pasta et souhaitera disserter sur ce sujet!

    RépondreSupprimer
  28. Je l'avais lut il y a un moment, c'est a dire quand elle est sortit, et la je viens de la relire et je me rend compte que c'est extrêmement bien fait

    RépondreSupprimer
  29. je sais pas pourquoi, mais je sens que je vais mal dormir.... (c'tun comble en plus x))

    RépondreSupprimer
  30. Plutôt cool^^
    On s'étonne que je dors bien avec ca c normal^^quoi de plus fou que d'aimer ce que pleib de gens ne veulent pas voir arriver?
    En tout cas j'adore cette pasta et c'est génial de l'interpréter pendant mon sommeil^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus fou ? Ne pas aimer se que tout le monde aime.
      Eh ouais le sadisme c'est LA base ^^.

      Supprimer
  31. Bonjour tout le monde,
    J'ai voulais dire que cette pasta est plutôt sympa mais il est vrai que le gore est plus mit en avant que le creepy. J'ai juste une question, les images qu'on trouve sur google image en rapport avec cette pasta, comment elle ont été faites ? (je parle des photos ou l'on voit un homme qui nous regarde et celle ou on voit des jambes avec des organes au dessus)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement je me pose la même question

      Supprimer
    2. La magie du montage lol ��

      Supprimer
  32. Cette pasta est nul! C'est pété d'incohérence et ça se voit que le mec qui avait écris cette pasta ne s'y connaît rien en anatomie HUMAIN! P******!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant d'appendre l'anatomie, apprends l'orthograhe !

      C'est un conseil, à toi de le prendre comme tu veux !

      Supprimer
    2. Je vais faire une correction pour vous dans un français correct:
      Cette pasta est nulle! Elle est remplie d'incohérences et cela se voit: la personne qui a écrit ce récit ne connaît pas l'anatomie humaine! //CENSORED//

      Supprimer
    3. Pourquoi s'y connaitre en anatomie pour faire cette creepy? Sinon, je t'invite à ouvrir un Bescherelle

      Supprimer
    4. 1. Merci de cette délicatesse
      2. Es-tu professeur de S.V.T. ?
      3. Un Dictionnaire t'attend avec impatience.

      Merci beaucoup.

      Supprimer
  33. Ce qu'a dit le russe j'aurai plutôt pensé a l folie humaine en général, ont récoltent ce que l'ont a semer, certains sont des fake mais j'aimerai bien mené mon enquête, les mystères sont faitent pour être résolu ! :)

    RépondreSupprimer
  34. Quand je regarde les commentaires envoyé a minuit et un peu plus ... Vous n'avez pas peur ? Vous lisez cette creepy pendant la nuit :x
    Comment vous faite ? Moi je lit cette creepy et maintenant je sais que je peu plus restez seul ( même au chiotte ) au moins 1 semaine, et je ne parle pas pour dormir !
    Sinon j'adore cette creepypasta :)

    RépondreSupprimer
  35. Oulala cet ptite creepy ma foutu les chocotte j en n ai des frisson partout
    tres bonne traduction je vais surment pas dormir tout de suite mais bon XD

    RépondreSupprimer
  36. Je remercie fortement le tarer qui a traduit cette pasta , bon et ben se soir nuit blanche XD
    Plus serieusement vraiment sympa la fin , du coup c'est un peu con vut que la plupart meurt , ho la la les russes il sont bouree d'imagination quand il faut inventer des experience macabres,la je dis respect vraiment bien foutu cette pasta :-)

    RépondreSupprimer
  37. On peut mourir de fatigue, j'ai lu cela dans un magazines, "un homme n'avait pas dormi pendant plusieurs jour, il a commencer à alluciner, alors qu'il se promenait dans son jardin, sa femme est venu le chercher pour dîner, il était tellement épuisé qu'il à fuit sa femme, sa femme la poursuivit il on couru pendant 30km, jusqu'a ce qu'il tombe, épuisé, qu'il s'endort, et q'uil meurt de fatigue."

    RépondreSupprimer
  38. wahh... superbe pasta,dommage elle ne fait pas flipper :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle met quand même très mal à l'aise ^_^

      Supprimer
  39. Réponses
    1. Je n'aime pas sucer. Je préfère que tu me mette ta bite dans ma chatte, stimulant mon point G et mon clitoris, et que ton sperme arrose les draps. Mon liquide vaginal, je mouille, ma culotte en témoigne. On commence ? Ta bite là, oooh oui ! Oooooooooh. Enfonce là, retire là, ça rentre, ça sort, lèche moiiiiiiii !

      Supprimer
    2. Mdr, on sent l'inspiration de Fifty Shades of Grey xD

      Supprimer
  40. C'est une légende, mais une experience similaire avait été menée en URSS; étonnant de penser qu'ils aient mis autant de temps à devenir fou.
    « Est-ce que vous avez oublié si facilement ? a répondu le sujet. Nous sommes vous. Nous sommes la folie qui est cachée dans chacune d’entre vous, suppliant d’être libérée à tout moment dans votre esprit animal. Nous sommes ce dont vous vous cachez toutes les nuits dans vos lits. Nous sommes ce que vous réduisez au silence et à la paralysie lorsque vous rejoignez le paradis nocturne que nous ne pouvons fouler. »

    RépondreSupprimer
  41. Perso,j'adore cette creepypasta.C'est la meilleure histoire que j'ai lu ! Mais dans un sens,elle est tellement triste...Même si ça était déjà dit,on peut mourir de fatigue. C'est fou...

    RépondreSupprimer
  42. J'aime cette pasta parce que c'est vrai je l'ai vu a la tele

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce qui passe à la télé n'est pas forcément vrai.

      Supprimer
  43. Pas mal, quelques précisions de plus feraient qu'elle gagnerait en crédibilité, genre, le KGB qui n'a été créé qu'après la guerre, avant c'était le NKVD. Enfin, des p'tits détails quoi.

    RépondreSupprimer
  44. J'ai adorée, Elle a été un pur délice à lire. :'3

    RépondreSupprimer
  45. Tellement glauque et gore ! Donc tellement COOL ! :p

    RépondreSupprimer
  46. C'est pas logique, les sujets sont des politiques jugés ennemis du gouvernement pendant la seconde guerre mondiale. Sauf que ça se passe en 1940. Ça casse tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. crystalindigo21428 nov. 2015 à 10:34:00

      Ca se passe à la fin des années 1940, donc probablement entre 1947 et 1949. Ca ne casse rien du tout ^^

      Supprimer
  47. J'me suis bien fait peur en lisant cette pasta la nuit dans mon lit... Q^Q

    RépondreSupprimer
  48. quand cette pasta est la première que tu lis sur le site, toutes les autres vont te sembler fades x)

    RépondreSupprimer
  49. Cette pasta est vraiment énorme! Originale et effrayante à sa manière. Contrairement à certaine, on arrive à comprendre l'histoire bien qu'elle reste étrangement horrible et on ressent ce que sont les créatures sans pouvoir l'expliquer. Chapeau bas à cette pasta, une des meilleures pour moi.

    RépondreSupprimer
  50. perso j'aime bien s'te creepy (sur tous se jolie gentie petit cotter sadique) et pour moi elle me parais vrais mais yas surement une exageration quelle que pare...

    PS:j'aime le gou du sang dans la bouche donc mg sais propre m'enbre je trouve sa normal

    PS²:dsl pour les faute mais a l'heure ou j'ecrie je suit pas apte a ecrire bien

    PS³:j'en et mare de faire des PS donc j'arret la x}

    RépondreSupprimer
  51. J'adore cette pasta c'est gore,c'est intéressant,c'est sanglant,ça touche la folie et c'est gore gnacgnacgnac :D

    -signé la fille qui comprend pas les âmes sensibles.

    RépondreSupprimer
  52. J'ai juste une question , c'est un fake ou pas ? Les avis sont vachement partagés sur inernet ...

    RépondreSupprimer
  53. J'ai juste une question , c'est un fake ou pas ? Les avis sont vachement partagés sur inernet ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fake, les gens qui disent pas fake sont des grosses merdes

      Supprimer
    2. c'est un fake certes mais c'est tirée d'une histoire vraie ! durant la seconde guerre mondiale les russes ont réelement fait des tests sur des gaz empechant de dormir et ils les ont teste sur des patients ils sont mort au bout de 11 jours apres tt la partie ou il se mangent etc a été inventé je pense

      Supprimer
  54. Dommage que l'écriture laisse a désirer sinon l'histoire ferais un court métrage voir un film terrible

    RépondreSupprimer
  55. J'ai relu la creepypasta et y'a un détail que j'avais pas remarqué...
    On est d'accord que le premier prisonnier et mort au centre de la pièce au moment où les soldats entrent, et le 2ème aussi peu de temps après s'être "rompue la rate"...

    Ensuite,il y a bien écrit:
    "Les trois sujets test survivants ont été immobilisés et transportés dans une installation médicale [...]"

    Juste la, aucune erreur de texte, c'est après que je n'ai pas compris:
    "Celui des trois ayant le plus de blessures a été emmené dans le seul bloc opératoire dont l’installation disposait [...] et à la seconde où ses paupières se sont fermées, son cœur s’est arrêté."

    Donc à partir de là, 3 prisonniers sont morts logiquement.

    Pourtant, au paragraphe suivant, on explique l'opération du SECOND survivant sans anesthésie... Puis vient le paragraphe d'après, qui m'a paru incohérent:

    "Les deux autres sujets tests ont subi la même intervention, tous les deux sans anesthésie."

    Quoi...? Je compte 6 prisonnier moi là, or il y en a 5 au début de l'histoire... Incohérence ??

    RépondreSupprimer
  56. Histoire plutot macabre et scenaristiquement bien construite.. Mais justement elle est trop scenaristique.. Les détails sont trop detaillés justement. La plupart des dialogues de ce recit par exemple sont retranscrit trop proprement sans parler des incohérences total. Je vous donne un exemple: Vous etes le dernier chercheur... Celui qui pointe sont arme sur le commandant et le tue (un chercheur avec une arme hum hum). Bon vouz etes ce chercheur et vous avez une peur si intense que vous tuez un commandant et que vous vous apprêtez a tuer l'un des prisonnier devenu fou, avant de le tuer il prononce un long discours de 6 phrases (70 mots) et vous vous en souvenez ? La plupart des êtres humains oublient au moins 1 aliment sur une liste de course qui en comporte 5. Bref cette histoire est sympa mais doit rester dans le domaine de l'histoire qui fait peur raconter au coin du feu. Pour finir je ne suis pas entraîn de dire que l'homme nest pas capable de faire une chose pareil .. Je le sais capable de bien pire.

    RépondreSupprimer
  57. Mais cette histoire me fait penser a l'histoire du petit Vladimir tchekevesco. Pour ceux qui ne la connaissent pas je la fait courte. A la fin de la seconde guerre mondiale des rapports militaires polonais ont étaient retrouvés par les alliés dans une base militaire abandonné . Ces documents faisait rapport d'expériences menées sur des enfants atteints de maladies mentales. Le cas de petit Vladimir tchekevesco 8 ans est hors du commun si je puis dire dans le sens ou se sont ses parents eux meme militaire qui on donnez l'autorisation pour mener une experience. Tout les éléments de debut d'expérience font penser que le petit Vladimir n'était atteint que d'autisme. Le petit Vladimir fut isolé dans une chambre stérile a 20 mettres de profonde complètement seul et attaché sur un lit, pieds et points liés dans le noir absolu. L'expérience avait pour but de démontrer que les stimulus environnementaux provoqué le mutisme du garçon a l'esprit trop faible et non adapté a notre société. L'enfant devait en quelques sortes se réinitialiser complètement grâce au manque total de contact qui pouvaient polluer son esprit. L'enfant fut paniqué et entra dans un etat hystérique au moment de l'attacher sur le lit. Il fut laissé seul avec 2 micros qui enregistrer les sons de sa chambre isolée. L'expérience devait durer 3 jours sans boire ni manger allongé sur ce lit a 20 mettre de profondeur. les 12 premières heures fut un flot ininterrompue de larmes et de cries pour appeler ses parents.
    toutefois à la 13eme heure à exactement 4h23 du matin les cries cessèrent pour laisser place a une espèce de ronronnement. Les chercheurs ont alors pensez que c'était le ronflelent de l'enfant. Seulement le ronflement ne finissait pas. 48h après le début de l'expérience la voix de l'enfant se fit entendre de nouveau dans le micro. La voix etait devenu plus aigue et l'enfant avait des paroles incompréhensible. Les chercheurs mirent ces sons sur sa présumé transformation mentale ou l'enfant devait chercher a trouver sa nouvelle voix. Le lendemain à environ 69h du debut d'expérience un crie tres grave eclata dans les micros qui fut mis hors service. Sans micro pour entendre se qui se passe dans la chambre isolé les chercheurs décidèrent d'attendre la fin des 72h, durée initiale d'expérience pour envoyer les infirmiers chercher le petit Vladimir. Les infirmiers descendirent jusqu'au sous sol ou il se trouvait et ouvrit la porte blindée. L'enfant était allongé sur son lit attaché tout semblait normal mais quand elle approchèrent elle fut prisent de panique à la vue de garçonnet . Le corp du bambin etait devenu noir, comme en cours de décomposition, les bras et les jambes étaient devenues squelettiques et le ventre avait gonflé donnant au garçon un air cambré , ses orbites étaient vide ses yeux avait disparu il n'avait plus ni dents ni langue. L'enfant avait meme perdu son sexe en totalité , mais il n'y avait pas de plaie ou de cicatrice le corp était devenu juste noir et dégageait un puanteur insoutenable. Apres avoir vomit a la vu eu corp Les infirmiers prirent la fuite et fit leurs rapports a leurs supérieur. Rapport hystérique rapportant la mort de l'enfant. Toutefois alors qu'une nouvelle expédition de medecins et de soldats fut sur le point de descendre les micro de la salle se remirent a fonctionner. Aucune voix ne se fit entendre mais on entendait très clairement l'enfant se débattre dans son lit... Puis tout d'un coup le corp se calme les sons dans le micro font penser a une respiration comme un étouffement pleintif... Puis le sons d'un liquide qui tombe par terre et s'ensuivit un bruit qui leur glaça le sang... Les pleurs d'un nouveau né.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le petit Vladimir était tout simplement une petite fille qui avait été mise enceinte par son père. Le père avait des pulsions vis à vis des enfants, surtout des petites filles. Et il n'est pas rare de voir de jeunes, très jeunes, filles tomber en cloque aussi tôt. Évidement la mère était au courant des actes de son mari. Et pour "purger" les actes de ce dernier, ils ont tout deux décidés de donner leur enfant à cette expérience.

      Voilà, la suite directe de ton histoire. Mais ce qui reste très intriguant c'est le fait que cette petite fille est donnée naissance aussi tôt et surtout sans avoir rien mangée avant. J'ai entendu certaines personnes, fans de ce genre d'histoire et aimant créer des théories plausibles sur l'explication de tels phénomènes, dirent que le bébé n'ayant aucune autre source de nourriture que le corps de sa "mère" à manger l'intérieur de cette dernière pour pouvoir naître.

      Enfin, bref tu devrais la postuler pour que les administrateur de CFTC la publie, ça pourrait la rendre un peu plus populaire. D'ailleurs, tu la compares à l’expérience russe mais ton histoire est totalement différente. Celle des russes consistent à tester leur gaz anti-sommeille. Tandis que la tienne consiste à "guérir" l'enfant. Et pour compéter, on peut dire que Gateway of Mind peut faire partie de cette "trilogie" d'expérience horrifique; vu que là il est question de parler avec Dieu scientifiquement.

      MrFoznmr

      Supprimer
  58. En faite , je n'ais pas bien compris lorsqu'un des tests parle de la folie , puis qu'à la fin , il dise " si près du but " ... De quel but parlait-il ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On leur a promis la liberté après le test, c'était ça son but, être libre.

      Supprimer
  59. J'vais p't'être essayer sur ma soeur...

    RépondreSupprimer
  60. Il faudrait faire un film avec ton histoire. Bien flippant et glauque...le genre de film à ne pas regarder le soir...cool :D

    RépondreSupprimer
  61. Premier loft story !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais nous plaisir et reste bien éloigné de ce site.

      Supprimer