Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

vendredi 18 janvier 2013

Moe

Moe est une poupée, ou plutôt, les restes d'une poupée. Il ne reste plus que la tête. Composé de "cheveux" et de 2 boutons en guise de yeux, Moe est assez connu, en raison d'une vieille histoire qui s'est passé il y a une cinquantaine d'années, dans une ferme dans le Massachusetts.

Dans cette ferme, vivait une famille, qui arrivait à bien s'en sortir financièrement. Ils avaient 2 filles, des jumelles de 13 ans, et un petit garçon, nommé Harry, qui avait 11 ans. Pour son anniversaire, ses parents on eu l'idée de lui offrir une poupée. L'enfant se sentait terriblement seul, ses parents travaillaient beaucoup, et ses soeurs ne pouvaient pas s'occuper de lui. En lui offrant cette poupée, ils espéraient que l'enfant se sente moins seul.
Harry sautait de joie, la poupée n'était guère très jolie, mais elle suffisait au garçon pour se sentir heureux et comblé. Et pendant des mois, le gamin jouait avec cette "peluche", lui parlait et lui confiait ses secrets. Ses parents étaient heureux, mais l'obsession de Harry pour le jouet les rendait un peu inquiet. Harry parlait en Moe. Quand ses parents lui demandaient quelque chose, il prenait Moe et c'était Moe qui leur répondait. Les parents trouvaient ça marrant au départ, mais plus les mois défilèrent, moins Harry ne parlait, laissant place à Moe.

Un soir, Harry réveilla ses parents, en leur disant que Moe pleurait et que ça l’empêchait de dormir. Le père se leva, furieux, et cria sur son fils, prétextant que ce n'était pas drôle. Il prit Moe, et le jeta dans le sous-sol. Harry ne disait rien, et fixait le sous-sol, Moe tout au fond. Il descenda les marches, et se mit à pleurer devant le corps inanimé de Moe.
Le matin suivant, Harry ne descendait pas de sa chambre, restant aux côtés de son jouet. D'après les dires des 2 soeurs, Harry ne semblait être pas seul. Quelqu'un lui répondait, mais ce n'était pas clair, elles n'entendaient pas de quoi ils parlaient. Les parents et les filles devenaient gênés de la présence de Moe. Toute la famille avait l'impression que Moe les regardait, partout ou ils allaient. L'une des soeurs a même un soir, eu la peur de sa vie. En marchant dans un couloir, quelqu'un lui lança un vase. Elle réussit à l'éviter, et le vase se brisa à quelques centimètres d'elle. En se retournant, elle ne vit que Moe, la fixant. La famille décida alors de brûler la poupée, ne restant que la tête de cette dernière. Le même soir, Harry fugua, et le père se mit à le suivre, en le suppliant de revenir. Le corps du père a été découvert quelques jours plus tard, prés d'un lac. Le ventre ouvert, laissant les organes a l'air libre. Le petit n'a pas été retrouvé, et la famille s'est fait plutôt discrète depuis.

Et au final, la famille mourut dans le silence, ne faisant plus jamais parler d'elle.

Quelques années plus tard, une autre famille emménagea dans la ferme. Un jeune couple, fiancé depuis peu. Quelle fut leur surprise, quand ils découvrirent une tête de poupée, par terre à l'étage. L'homme étant un collectionneur, décida de la mettre dans une salle, ou il exposait la plupart de ses trouvailles. Seulement, la femme n'était pas très rassuré. La salle se trouvait à côté du salon, et la tête ne faisait que de la fixer, quand s'asseyait pour lire un livre ou pour se reposer. L'homme, au contraire, était attiré par la tête de la poupée. Il prenait soins d'elle, et se mettait même, de temps en temps, à lui parler sous l'oeil horrifié de sa femme. Ne pouvant plus supporter cela, un soir, elle décida de prendre la poupée et de la jeter dans un lac, plus loin. Mais sur le seuil, l'attendait son mari. On découvrit le corps des 2 fiancés, dans le hall d'entré. La tête était posé sur une table, couverte de sang.

Depuis, Moe est accroché sur un des murs de la ferme, devant l'entrée. La ferme est abandonnée, et il est écrit qu'il est formellement INTERDIT de prendre la tête.

mercredi 16 janvier 2013

L'homme aux trois doigts

Je sais que certains ne me croiront pas. C'est vrai, il existe tellement d'histoire comme ça sur le net que tout ce qui est raconté, je n'y crois pas. Ou plutôt, je n'y croyais pas. Après ce qu'il m'est arrivé, je me dit que tout est possible. Je ne vous demande pas de me croire, mais juste de me lire, juste ça.
Je suis un grand nostalgique de mon enfance, sûrement comme n'importe quelle personne sur Terre. Mais il y a une chose que je n'ai jamais oublié, et pourtant, j'ai tout fait pour. Même aujourd'hui, je n'arrive pas à expliquer qu'est-ce qui s'est passé. J'avais 9-10 ans, désolé je ne me rappelle plus très bien, mais ce n'est pas important de toutes façons. A cette époque, j'étais encore insouciant, je jouais aux jeux-vidéos sans prêter attention au monde qui m'entourait, enfin comme tout les enfants de mon époque.

C'était une nuit. Il pleuvait si ma mémoire ne me fait pas défaut. Je sais, dit comme ça, c'est l'histoire d'horreur cliché, mais comme je vous l'ai dit, libre à vous de me croire ou non. Je n'arrivais pas vraiment à dormir, la pluie était violente, les gouttes qui tombaient faisaient un vacarme monstrueux. Sans compter le vent et les quelques éclairs qu'on pouvait de temps en temps entendre. C'était la saison, mais je ne m'y suis jamais habitué. Mais au bout d'un moment, j'ai réussis à trouver le sommeil. Sommeil de courte durée, car j'ai été réveillé par un bruit venant de mon salon. Ma maison a deux étages, quand on montait les escaliers, ma chambre était à droite, tout au fond du couloir. Mes parents dormaient dans leur chambre, situait tout au fond du couloir gauche, et ma soeur dormait dans sa chambre, à côté de celle de mes parents. J'étais alors tout seul, si on peut dire ça comme ça.

Bref, ce bruit était celui d'un meuble qu'on aurait heurté dans la nuit, quand il fait noir et qu'on y voit rien. Pensant que ce n'était que mes parents ou ma grande soeur. Allant me rendormir, j'entends un autre son, provenant toujours du salon. Curieux, j'ai décidé de me lever pour aller voir. Dans le couloir, tout était vide. Et tout était silencieux, mis à part la pluie qui tombait encore, et avec la même violence. Entendant un troisième son, qui semblait venir de la cuisine cette fois-ci. Je pensais que c'était mon père qui était allé boire un verre d'eau, ou quelque chose comme ça. Je l'aimais beaucoup, il me faisait toujours rigoler et même quand j'étais en colère contre lui, il réussissait toujours à se faire pardonner en me faisant rire. Enfin, ça me donnait une occasion d'être rassuré, avec l'orage qu'il y avait dehors. Seulement, en descendant, quelque chose ne me rassura pas, je ne sais pas comment expliquer.

Personne apparemment, ce n'était peut-être que mon imagination après tout. Ou c'était la pluie qui faisait ce genre de bruit. Enfin, dans tous les cas, il n'y avait personne. Seulement, je vis quelque chose qui restera à jamais dans ma mémoire.

Je vis une personne marcher. Seulement, il n'avait pas une tête "normale". Comment expliquer, sa tête n'avait pas l'air humaine. Elle était ovale, ou quelque chose comme ça. Il marchait lentement, et regardait autour de lui en levant une de ses mains. Sa main. C'est ça qui m'a le plus choqué. Elle était composé de 3 doigts. Pas humains eux non plus, ils étaient fins et avaient l'air... Tremblants, je ne sais pas comment les décrire. Un des doigts était plus petit que les 2 autres, et ces derniers mesuraient à peu prés la même taille. D'ailleurs, ils étaient longs, ils faisaient au moins le triple des doigts habituels.

Je ne saurai décrire ce que je ressentais à cet instant. Choqué, mais je continuais à regarder la "créature". Elle n'avait pas l'air d'être méchante. Elle regardait autour d'elle, marchant majestueusement, une sorte de "cape" greffé sur son corps. Mais d'un seul coup, elle se retourna et cria. Un cri de femme qu'on torturerait, et à vous péter les tympans. Pris de panique, je me retourna et fis tomber un verre à moitié remplie de soda.

Puis je me réveilla. Ce n'était qu'un rêve, et malgré le fait que c'était un rêve plutôt flippant, j'étais rassuré que tout ça n'était pas "réel".

Donc pourquoi je vous raconte ça ? Car le matin, je me suis réveillé en même temps que mes parents. En descendant les escaliers, j'ai entendu mon père se plaindre. J'ai compris avec horreur pourquoi.

Le sol était recouvert de soda et de morceaux de verre.

samedi 5 janvier 2013

Ghoulish

« Noémie ouvrait les yeux avec difficulté. Ses paupières avaient été rendues lourdes après une semaine de sommeil. Dans une position assez désagréable et essayant de bouger légèrement ses membres endormis, elle attendait que ses yeux s’habituent au noir de la pièce, mais après certaines minutes,  aucun contours ou formes ne se dessinaient. Noémie, s’appuyait de toutes ses forces sur ses bras, tentant de descendre de l’endroit où elle était. Elle fut rassurée de poser ses pieds nus sur le sol, mais poussa un gémissement de dégoût, celui-ci était maculé d’une substance glissante...

Elle marchait à tâtons dans cet endroit. Où était-elle ? Elle ne savait pas. Elle touche du bout des doigts, un mur en pierre. Il était froid, mais le corps de la jeune fille lui, était chaud. Droguée, manipulée, elle n’avait pas froid. L’air de la pièce était maladif. Noémie longeait le mur lentement, parfois elle toussait en tirant sur sa « tenue vestimentaire », une sorte de robe en satin, trouée...  Elle heurtait quelques meubles, puis sentit une porte, une porte en métal. Le métal était froid. Evidemment, la porte était fermée. Continuant son exploration, Noémie tomba sur un interrupteur. Elle appuya dessus.


La lumière s’alluma, mais elle éblouissait trop la jeune fille pour qu’elle sache encore où elle se trouvait, elle tourna le dos à la lumière et essayant d’ouvrir les yeux, elle se retourna. Le liquide par terre, c’était du sang, et il y en avait dans toute la pièce, sur les murs, sur le plafond... Mais plus particulièrement autour d’une trappe, au barreau en fer, où le sang était particulièrement abondant. Au-dessus de celle-ci il y avait une estrade en bois, à laquelle était attachée deux chaines, mais rien dedans. Noémie se retint de vomir un instant, mais décrocha plutôt une fiche du mur sur lequel elle s’appuyait. Elle n’aurait peut-être pas dut, après tout, qui aimerait savoir qu’il va subir le supplice de la scie ?


La porte s’ouvre, laissant prendre place deux hommes, équipés d’une grande scie, cherchant la jeune fille partout, qui elle, s’était cachée dans l’armoire. Au bout d’une minute de recherche, la porte de l’armoire s’ouvrit, Noémie cacha ses yeux. Mais elle fut tirée puis traînée  Attachée et violée, les deux hommes démarrèrent leur rituel. Ils commençaient à scier, de haut en bas, puis s’arrêtent généralement au milieu, entre le cœur et les poumons, ne pouvant plus aller plus loin... Laissant le corps de Noémie mourir là... »



vendredi 4 janvier 2013

Avec sa bougie

On vous a surement déjà parlé de cette entité portant une robe noire et une faux dans la main gauche. Celle qui emporte l’âme de vos proches la ou elle doit être après la mort.

J'ai récemment vécu une expérience avec quelques amis afin d’établir une sorte de contact avec cette entité et peut être d'en savoir plus sur elle , cela devait être une séance de spiritisme normale avec un verre et des lettres de scrabble agrémenté de quelques fous rires qui nous ferais passer une bonne soirée.

Bref il était déjà 23h quand nous avions fini de regarder un film d'horreur (un bon slasher comme je les aimes) et la dernière part de pizza "napolitaine" avait été finie par Thomas. Nous étions cinq cette soirée la , il y avait Candice ma copine , Nicolas , Thomas , Valentin et moi. On avait déjà commencé à préparer la table basse afin de pratiquer la séance, Candice allumait quelques bougies pendant que moi et valentin étions en train de poser les lettres sur la table ainsi Thomas et Nicolas avaient éteint la N64 et nous avaient rejoint sur le canapé.

La séance commença sans trop de soucis , On avaient tous posés nos doigts sur le verre et ainsi avions chacun posés une question sans réponse concrète de la part de la mort mis à part le fait que Thomas avait bougé le verre en faisant croire qu'elle était la. Bref la soirée se passait plutôt bien au début et tout le monde rigolait de bon cœur puis vint le tour de ma copine ... Elle posa une question parfaitement anodine pour ne pas paraitre grossière , c’était à la base une fille très discrète qui n'aimait pas attirer l'attention des autres.

"-Si vous existez faites un signe"

Je savais déjà que la mort n'aurait pas fait plus de signe qui si on se serait mis nu en dansant la Polka. Bizarrement l'atmosphère changea aussitôt de ton, les conversations s’éteignirent pour laisser place au silence total. La température chuta rapidement et je fus obligé de me lever pour aller augmenter le chauffage de quelque degrés. Le téléphone sonna brièvement "2 coups comme si on venait d'arriver et qu'on voulait prévenir l'autre que tout s’était bien passé" . il n'y avait pas de numéro sur l'historique et le silence devenait pesant.

C'est à ce moment que je décidais d'entamer une conversation pour calmer les esprits fatigués et angoissés de mes amis.

...

Je n'oublierai jamais le cri qui vint à ce moment la ! il venait de la cave et j'entendais déjà le bruit caractéristique des bruits de pas sur mon vieil escalier en bois.
La chose montait déjà et j'entendais la porte s'ouvrir ,grinçante. la flamme des bougies devenait trouble

C'est en regardant la mine déconfite de mes amis que je l'ai vu passer dans le couloir.



Elle portait une bougie allumée et  sans nous regarder passa son chemin dans le couloir. Personne n'osa bouger quand j'ai du leur dire ce que j'avais vu. L'entité se déplaça dans la maison pendant 20min, dans le noir total je voyais son visage derrière celui de ma copine , il me regardait fixement la bougie dans la main.

Après de longue minute passées à nous regarder j'entendis un "POUFF" qui me fit sursauter , c’était elle ... elle avait fait tomber mon lustre en le bousculant du bout de ses doigts , Sa tête se tourna vers moi en un dixième de seconde, elle me regarda profondément et se mit à émettre des cris étouffés. Elle tendit la main vers moi et se mit à marcher vers ma direction. Dans un réflexe de panique j'ai soulevé ma table pour former une muraille de fortune entre elle et moi, le choc fit tomber mes amis et j'entendis un cri rauque de l'autre coté de la table , puis des hurlements de terreur... Je contournai la table et vit cette chose dévorer la main de mon ami Thomas ! Les autres s’étaient cachés dans les coins de la pièce et Thomas vit ses doigts se faire arrachés de sa main et dévorés par l'entité qui était maintenant à genoux le coeur de mon ami dans la main droite. Terrifié je pris la première chose qui était à ma portée : mon ordinateur Je me suis avancé vers le cadavre de mon ami et j'ai frappé la vieille femme de toute mes forces. Elle fit un geste de recul avant de se relever comme si elle n'avait rien sentie et s'est mise à déplacer le cadavre de Thomas sur le sol. Le sang gisait partout ! La vieille femme trempait déjà sa main dans le sang de mon ami puis se déplaça lentement vers le mur et me fit un signe de sa main ensanglantée , son sourire me fit froid dans le dos

J’ai couru et je me suis enfuit de la maison laissant mes amis à la merci de la femme. J'ai attendu devant la maison pendant 30min avant d'entendre des cris de terreur à nouveau.

Je me suis enfui dans la nuit noire. Quand je suis revenu le lendemain matin il y avait du sang séché partout dans mon salon les bougies étaient éteintes mais pas une trace des cadavres de mes amis, de la femme non plus d'ailleurs

Cela fait maintenant 3 semaines que l'enquête est en cours pour savoir ce qui est arrivé à mes amis mais je n'ai rien osé dire aux policiers à propos de la soirée

J’écris ceci depuis l'ordinateur avec lequel j'ai frappé la vieille femme avec des stickers partout sur le capot pour cacher le sang séché

Mais retenez ça ! Il ne faut jamais provoquer la mort...

The sound

Un jour de pluie, tu es seul chez toi, tes parents sont partit à un dîner et ton frère dort chez un de ses amis. Tu habites une grande maison qui, d'habitude, est pleine de vie... Mais là, le silence... Rien que le silence sombre et angoissant de la nuit. Tu viens de terminer ta pizza surgelée et après t'être enfermer dans ta chambre, tu te mets sur ton ordinateur, histoire de faire passer le temps en attendant le retour de parents; après avoir discuter et jouer à tes jeux vidéo avec quelques amis sur Skype, tu décides de regarder une vidéo de jeux flippant sur Youtube.

Tu regardes la vidéo avec pour seul compagnon la lumière que dégage ton écran d'ordinateur. A peu près au milieu de la vidéo, tu entends le bruit d'une porte qui s'ouvre et de parquet qui grince, tu ne fais pas attention et tu te dis que ça viens de la vidéo... Le temps passe, et tu te rappelles de ce bruit que tu as entendu quelques minutes plus tôt, pour te rassurer tu relances la vidéo au moment exacte ou le bruit est survenu, mais tu n'entend rien...

Et c'est à ce moment que tu te rappelles que tu n'as pas d'enceintes... Paniqué, tu te retournes vivement... Mais rien... Pas un bruit... Puis, tu te diriges dans le couloir pour vérifier que tu as bien fermé ta porte à clef, mais tu constates avec des émotions oscillant entre la stupeur et l'angoisse qu'elle est ouverte...