Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

mercredi 24 octobre 2012

Mirrors

Elle s'appelle Mathilda.


C'est une jeune fille fraîche, douce, plutôt jolie.


Sa vie est comme un songe.
Elle est étudiante. Ses camarades l'aiment bien. Elle a beaucoup d'amis. C'est le genre de personne qui s'entend facilement avec tout le monde.
Elle est amoureuse. Elle ne le lui dira jamais; elle aussi a ses faiblesses. Elle se fond dans la masse. Elle se fond dans la vie. 


Elle avoisine les vingt ans.
Oh, elle a le temps.


Une nuit, elle se sent mal. De la fièvre? Elle a froid. Vraiment froid. Elle cauchemarde. Puis, soudain, 
une vive lumière, et elle est sortie de sa torpeur.


Quelle nuit horrible. Mais il faut qu'elle se prépare. 
Juste avant de partir, elle jette un regard distrait dans son miroir, et s'étonne de sa pâleur. Elle se demande si elle
n'est pas finalement malade.


Mais personne n'a rien remarqué.


De jour en jour, Mathilda se regarde sans cesse et ne guérit pas. Le monstre réfléchissant lui jette à la figure, sans relâche, la vision
de son corps en piteux état. Elle se sent morne. Elle s'inquiète. Maintenant, son teint vire presque au gris.


Mais personne n'a rien remarqué.


Elle a encore froid. Toujours froid. Combien de temps s'est écoulé? Elle n'a plus la notion du temps. Son corps, il semble dépérir. 
Les miroirs l'effraient. Où sont tous ses amis? Cette image d'elle... Elle a peur.


Mais personne n'a rien remarqué.


Un jour, elle se décide enfin. Cela ne peut plus durer. Elle doit en parler à quelqu'un. Il faut qu'elle se regarde.
Le miroir. Il est derrière elle. Courage. Elle se retourne.


Il n'y a rien.


Une violente lumière; une violente obscurité.
Elle est enfermée. Il n'y a pas d'air. Il n'y a rien ici, sous terre.


Oh, Mathilda, tu n'as plus le temps.


Mais personne n'a rien remarqué.




samedi 20 octobre 2012

Les Mariés

Je tiens un blog ayant pour sujet les phénomènes paranormaux et il a, sans me vanter, beaucoup de visites. J'ai l'habitude de lire les questions ou problèmes d'internautes en détresse, mais ce qui suit dépasse toutes mes connaissances. Il y a peu, j'ai eu la surprise de recevoir ce mail :

"Bonjour, j'ai trouvé votre site sur Google après de longues recherches. J'ai tout de suite su qu'il allait m'aider. Je me permets donc de vous envoyer un message et de vous expliquer mon problème.

Récemment, je fus invité aux mariages de deux de mes amis proches. Leur union allait enfin être célébrée, après 3 ans de vie commune. Je me réjouissais vraiment pour eux, leur couple idyllique étant un modèle pour moi et mes aventures sentimentales désastreuses. Tous nos amis communs étaient de la partie. Marc et Anna voulaient un mariage fabuleux. Les invités passeraient un aussi bon moment qu'eux. Tout devait être parfait. Et tout le fut.

C'était vraiment magnifique. Durant ce jour merveilleux, je retrouvai Philippe, qui était au lycée avec Anna et moi. Nous nous étions perdus de vue et le retrouver m'emplit de joie. Il avait été choisi par la mariée comme photographe de la journée. Il faut dire qu'il était très talentueux, chacun de ses clichés capturant l'émotion palpable des scènes auxquelles il se dévouait. Il avait un matériel de professionnel, un appareil photo reflex dont il prêtait très attention. Il avait sans doute dû coûter très cher, c'est pour cela qu'il hésita un moment lorsque le couple lui demanda de leur prêter pour leur lune de miel. Maladroits comme ils étaient, les jeunes amoureux avaient cassé leur appareil. Ils désiraient absolument avoir des souvenirs pour ce séjour qu'ils estimaient très important. Philippe comprenait cela et s'efforça de leur confier l'objet dont il tenait à la prunelle de ses yeux. Le couple partit donc serein en Turquie, avides de sentiments amoureux, de nouveaux paysages et de futurs souvenirs.

Pour ma part, je n'avais pas le coeur aussi léger que ça. Mes amis ne me donnaient aucune nouvelle durant leur séjour. Je me disais qu'ils profitaient sûrement et qu'ils n'avaient pas à s'embêter pour moi, ils me raconteraient tout en rentrant. Ce ne fut pas le cas.

Une fois rentrés, les jeunes mariés se cloîtrèrent dans leur maison. Ils n'en sortaient que pour de rares occasions. Dans notre groupe entier d'amis, Philippe fut le seul qui eut le droit de les voir. Ils ne répondaient plus au téléphone, ni aux mails, n'ouvraient pas lorsque l'on toquait à leur porte. Le photographe put entrer une dernière fois dans leur demeure. Lorsque je lui demandai comment se portait le couple, il me répondit qu'il avait juste eu le temps de récupérer son appareil photo. Il dit qu'Anna l'avait mis dehors tout de suite après.

Tout cela me paraissait trop bizarre. Que s'était-il passé lors de ce voyage pour que leur comportement change du tout au tout ? Ces gens étaient si sociables avant, si ouverts, que les voir si renfermés sur eux-mêmes stupéfiait tout le monde.

Je devais en savoir plus à propos de ce changement brusque de comportement. "Peut-être que les photos prises durant leur lune de miel m'éclaireraient un peu plus sur ce mystérieux séjour", pensai-je. Philippe dut faire un second effort pour me prêter son appareil photo, afin que je mène l'enquête.
Je pris la carte SD et l'insérai dans mon ordi. Ma première surprise fut qu'il n'y avait aucune photo en extérieur. Elles étaient toutes en noir et blanc et semblaient être prises dans une pièce très sombre. Certains clichés me sautèrent aux yeux : une ambiance très malsaine s'en dégageait. Je sursautai lorsque je vis la photo ci-jointe.



Une créature informe semblait cachée sous le jupon de la robe de mariée d'Anna. L'ombre de la chose se faisait très menaçante. Une atmosphère oppressante se dégageait de cette photo. Deux autres clichés me glacèrent le sang. Il s'agit de ceux-ci.




Les questions se bousculaient dans ma tête. Pourquoi avoir pris cela en photo ? Qui étaient les personnes représentées ? L'individu allongé sur le jupon avait des airs de Marc, mais je n'en étais pas sûr. Je devais éclaircir ce mystère.

J'envoyai donc un énième message au couple, leur expliquant la situation, que j'avais emprunté l'appareil de Philippe et que j'avais vu les photo. J'avais perdu presque tout espoir qu'ils me répondent, mais j'eus l'agréable surprise de recevoir très vite un mail de leur part.

Je vous en copie/colle le contenu, rédigé par Anna :

"Tu dois te demander pourquoi ces photos ont été prises. Je te dois quelques explications. La robe que je portais lors du mariage a été achetée à bas prix dans une boutique ésotérique dont je ne me souviens même plus du nom, dans les coins mal famés de la ville. Elle était magnifique comme tu as pu le constater. Il était tard. Le budget mariage était très serré, je devais faire des économies. Lorsque je revêtis cette robe, j'eus des frissons dans tout le corps, comme si quelque chose d'étranger entrait en moi. Je sais que tu peux me croire, je ne suis pas folle. Une entité habitait cette robe. J'en ai la preuve. Elle m'a ordonné de lui offrir Marc. J'ai sacrifié mon mari."

Je n'arrivais pas à y croire. L'homme inerte allongé sur le jupon était en réalité le cadavre de Marc.
J'étais tellement sous le choc que je ne lus pas directement la suite.

"Regarde comme cette robe était belle. Maculée du sang de mon amour elle est d'une magnificence inégalée.
Cette entité veut se propager partout. Je l'ai libérée.
Admire-la."

Un fichier que je vous ai transféré était joint dans le mail. Après une longue hésitation, je me décidai enfin à cliquer. Je le regrettai très vite. Je fus tétanisé.

Je me hâtai de supprimer les fichiers morbides de l'appareil de Philippe sur mon ordi, après avoir pris soin de les héberger.

Vais-je être moi aussi possédé par cette entité violente ? Quelles sont les conséquences du visionnage d'une telle image ? Je vous en supplie, j'ai besoin d'aide."

Je fis de multiples recherches à propos de l'image, mais elles ne furent pas concluantes. Je ne connaissais pas du tout les méfaits de ce fichier. Je répondis à l'auteur du mail, qui ne donnait plus aucune nouvelle. Je postai l'extrait du mail sur mon blog pour avoir l'avis des lecteurs. Tous se dirent extrêmement choqués par l'image. Après beaucoup de plaintes, je retirai finalement l'article.

Je tiens à dire que je n'ai moi-même pas visionné le fichier. Oserez-vous le faire ? L'entité vous habitera-t-elle ?

CLIQUEZ


Commentaire:

Ma première Pasta postée sur le Blog en temps qu'admin ! ;)

J'éditerai le message pour ajouter la signature de l'auteur si il exprime le désir de l'afficher.

dimanche 7 octobre 2012

Pour le fun - les photos Post Mortem

Au XIXème siècle, une forme d'art curieuse et morbide s'est répandue aux quatre coins du monde : les photos ”Post Mortem”.

”Post Mortem” vient du latin et signifie après la mort. Les photos ”Post Mortem” seraient d'origine britannique, quand la Reine Victoria a demandé au photographe le cadavre d'un proche, pour qu'elle en ait un souvenir. Peu après, l'idée s'est répandue dans le monde, et il existe d'innombrables souvenirs morbides de personnes décédées. Aujourd'hui, aussi étrange que cela parait, certains pays le pratiquent encore.

Sur la photo ci-contre, la personne décédée est la fille debout à droite. Ceci est un exemple classique de ce genre de photographie. Remarquez la couleur des mains.

Si vous vous demandez comment fait le corps pour tenir debout, il existait un engin qui permettait de le faire tenir (schéma ci-dessous) C'est dur de le remarquer sur la photo, mais l'engin soutient le cou, les bras et le dos. La fille sur la photo a les yeux ouverts, mais dans certains cas le photographe peint des pupilles sur les paupières pour donner l'impression d'éveil.

J'avais trouvé ça par hasard sur Tumblr et ça me semblait assez creepy pour le partager. C'est d'autant plus creepy que cette pratique existe réelement.
Post original