Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

lundi 30 avril 2012

Une pierre deux coups : Promotion, et présentation du nouvel admin' !

Petite promo' tournée par moi-même, Tom. Je suis nouveaux ici !!!
Bon alors, j'ai treize ans, bientôt quatorze. Un p'tit peu geek sur les bords ! ^^
Ma passion, c'est la vidéo, donc de ce côté, je pourrai peut être faire des IRL !
Et niveau anglais, bah je suis sans doute aussi nouveau traducteur !
Allez, ciao !!!

Auteur : Tom

Pour voir mes autres vidéos, c'est ici : http://www.youtube.com/user/TowsionTV/videos

lundi 23 avril 2012

Il rôde toujours...

La nuit tombe sur Rouen. Les voitures se raréfient, les lumières disparaissent peu à peu ... la ville se purge de ses parasites sonores. On ne distingue plus que le silence, le long silence qui se prolongera jusqu'aux premières lueurs. Pourtant, Rue d'Amiens, un cri brave l'harmonie imposée par l'obscurité.

Un cri ... ? Des pleurs plutôt ... un long gémissement ... une plainte grinçante ... ! Le bruit vient d'un petit appartement ... nouveaux locataires ... profil classique ... un couple et leur rejeton. Pour être plus précis, la lamentation vient de la chambre du petit ... Gamin classique, lui aussi .. neuf ou dix ans.... bagarreur, bon vivant, adepte de jeux-vidéos, collectionneur de carte et surtout, répondant au nom tellement particulier de « Théo », l'archétype du gamin quoi. Pourtant, ce soir-là, au lieu d'observer ses cartes, ou de jouer à la console... il pleure... il pleure ? Il hurle à la mort plutôt, ses sanglots et ses appels à l'aide résonnent dans le petit deux-pièces.

Les « Mamaans... Mamanns » ont eu raison du sommeil de la concernée. La pauvre était en plein rêve ... un rêve plein d'espoir ... un univers à elle, où elle pouvait s'émanciper de sa condition de caissière malmené par le libéralisme ... un rêve où elle échappait au stress, à son rôle d'esclave ... un rêve ou tout était beau. Le réveil fut ...brutal. Un mur miteux, rongé par l'humidité ... un matelas sale ... et bien entendu les cris du mioche. Triste retour à la réalité. Elle réveille son compagnon.

« Mmhmh, quoi ? »
« Le p'tit chiale, il arrête pas gueuler »
« Et ? »
« Ben ... faudrait peut être allez voir .... Ça se trouve il a des problèmes le gosse »
« Problèmes mon cul ! Il a fait un cauchemar, v'la tout. Rendors toi va ... »
« Mais ... »
« Il a juste fais un cauchemar je t'ai dit ! Dans quelques minutes il se rendort ... ! Alors arrête de me faire chier avec ses conneries ! Je dois dormir moi, je bosse demain ... ! »

Et effectivement, dix minutes plus tard, les pleurs s'arrêtent ... plus un bruit dans la maison ... retour au silence originel ... pourtant la mère est inquiète ... son instinct maternelle la pousse à aller voir ce qu'il se passe dans cette chambre ... elle sent que quelque chose va mal ... que le petit est en danger. Bravant l'interdiction du père, elle sort discrètement de son lit ... pas un bruit ... elle marche sur la pointe des pieds. La voilà au seuil de la chambre ...

Le grincement de la porte est insupportable ... mais certainement pas aussi insupportable que la vision macabre qui s'offre à elle. Fenêtre ouverte, chambre en désordre et un petit message peint sur le mur : « Il a juste fait un cauchemar ... ». Inutile de préciser que ce message est de couleur rouge et qu'il y a peu de chance pour que ce soit du feutre. Désespérée, elle tombe à genoux devant ce spectacle insoutenable ... Partagée entre peur, tristesse et culpabilité, elle tente d'appeler son fils, « Théo, Théo, où tu es ? Répond moi! Pitié! Théo!? ». Un ricanement sordide résonne dans la chambre. Tétanisé, elle tente d'appeler à l'aide mais rien ne parvient à sortir de sa bouche. Les ricanements continuent, des ricanements malsains et dérangeants. Elle essaye de s'enfuir ... impossible ! Elle est figée au sol et ses muscles refusent de réagir.

Soudain, elle voit un homme devant la porte. Mais cet homme là n'est pas son compagnon. Il est petit, bossu, il porte une tenue d'hôpital imbibée de sang et affiche un sourire glaçant. Une vision d'horreur la frappe : l'homme tient dans sa main une tête humaine. Avec tout ce qu'il lui reste de courage, elle ose demander en sanglotant : « Ce n'est pas ... ce n'est pas ... pitié, NON, ce n'est pas... ? » L'homme se contente d'acquiescer en souriant, puis claque la porte. Retrouvant le contrôle de ses membres, la mère se jette contre la serrure et tente de l'ouvrir. Mais rien à faire. La porte est bloquée. Elle entend les bruits des pas de l'homme. Il se dirige vers la chambre de son conjoint. Elle hurle pour le prévenir. Elle tape de toutes ses forces contre la porte. Trop tard. Impuissante, elle entend le cri horrifiée de son compagnon, accompagné de ce même ricanement sadique. L'homme s'arrête de rire. Un grognement sors alors de sa bouche : « - A ton tour, maintenant .... ».



« - Alors Lucien, cette affaire ? »
« -Histoire sordide, un couple, leur gosse, tous étripés la nuit dernière, tout ça dans une mise en scène macabre. Vraiment difficile à voir, je sais pas comment je vais retrouver le sommeil après ça moi ... »
« -On a un suspect ? »
« -A priori un dingue, l'hôpital psychiatrique a signalé une fuite ce matin et ça correspondrait plutôt au profil : schizophrène... passé criminel ...»
« -On peut vraiment dire que le monde devient fou. Il a agi comment ? »
« - A priori il est rentré par la fenêtre, ils habitaient au premier étage, il devait être munis d'une arme blanche, vu l'état des victimes. Et c'est tout ce qu'on sait sur lui. Et ce taré rôde encore dans les rues ... »


Et voilà comment se termine cette histoire, ou du moins cette partie de l'histoire. Pourquoi " cette partie de l'histoire " ? Car il est peu probable que le tueur rentre gentiment dans son asile de fou, n'est-ce pas ? Il recommencera certainement. Ça serait même plutôt logique, quand on y réfléchis. Qui sait, peut être que tu joueras un rôle dans cette histoire. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi j'utilise le conditionnel puisque tu y joue déjà un rôle. Si, si, je t'assure, tu n'entends pas les ricanements dans ton couloir ?



Auteur : ToxicWaste

Etrangement, la photo me fait penser à moi quand je ricane comme une hyène devant mon miroir après avoir bu des litres d'alcool... Sinon, vous n'avez pas remarquer qu'il y a une présence suspecte chez vous après avoir lu ceci ? (Au passage, première pasta à être publiée grâce aux votes sur le forum puisque c'était le moyen " efficace " pour permettre aux autres lecteurs de faire savoir si une pasta mérite (Ou pas.) d'être poster sur le site.)

jeudi 12 avril 2012

Harold



Il y avait un vieux fermier en Arizona qui possédait la meilleure ferme du domaine. Tout le monde y disait que ses cultures étaient les meilleures et ils venaient de toute part afin de lui acheter ses denrées. A chaque fois qu'on lui demandait comment il pouvait cultiver d'aussi bonnes cultures, le vieux fermier répondait que le mérite revenait à son épouvantail.

« Ce vieil épouvantail est le seul que je doive remercier, » répondait-il. « Il fait en sorte que ni les corneilles, ni les bestioles ou les rongeurs ne s'approchent de mes cultures ».

Le vieux fermier avait façonné l'épouvantail de ses propres mains et quelle effroyable apparence ! Il avait passé des mois à travailler dessus afin de le rendre aussi effrayant que possible. Il savait à quel point il était important d'éloigner de ses cultures les rongeurs. Alors il lui bâtit des énormes bras en paille qui s'étendaient sur deux mètres ainsi que des jambes tellement longues que le vieil épouvantail était aussi grand qu'un arbre.

Mais la chose la plus effrayante à propos de cet épouvantail était sa tête. Le fermier l'avait sculpté lui-même d'une immense citrouille. Il avait passé des jours et des nuits innombrables à perfectionner son modèle jusqu'à ce qu'elle soit parfaite.Le visage de l'épouvantail ainsi que sa tête furent si grotesques et laids que le fermier même était parfois effrayé de les regarder. Toutefois, c'était vraiment efficace, effrayant tout rongeur ou oiseau qui s'aventuraient de trop près.

La ferme voisine appartenait à de jeunes hommes qui étaient frères et qui se nommaient Josh et Harold. Ils étaient fainéants et n'avaient jamais travaillé leur terre si bien que leur récolte était mauvaise. Aussi ils étaient jaloux du succès qu'avait leur voisin, le vieux fermier et complotèrent alors contre ce dernier. S'ils pouvaient le conduire à la faillite, ils pourraient alors reprendre en main sa ferme et produire plus d'argent !

Alors, une nuit, les deux frères décidèrent de se rendre furtivement sur la terre du vieux fermier. Ils volèrent son précieux épouvantail et le ramenèrent dans leur propre maison, où ils le cachèrent dans un vieux placard ainsi personne ne le trouverait jamais.

Le jour suivant, le fermier se réveilla pour trouver que son hideux épouvantail n'était plus à sa place et que toutes ses cultures étaient en train d'être mangées par les rats et les corneilles. Il tomba à genoux et pleura, sachant que sa ferme serait bientôt en faillite. Pendant ce temps, les frères Josh et Harold qui regardaient la scène de leur propre propriété ne pouvaient s'empêcher de rire quand ils virent les larmes de douleur du vieil homme.

Entendant les rires, le vieux fermier vint les voir et leur demanda s'ils savaient ce qui était arrivé à son épouvantail. Les frères le regardèrent droit dans les yeux et lui répondirent qu'ils n'avaient pas la moindre idée de l'endroit où son précieux épouvantail pouvait être.

« Mais vous savez, je vais être en faillite et être obligé de vendre ma ferme si je ne peux retrouver mon épouvantail » disait-il.

Josh rit simplement devant le vieil homme, et répondit : « C'est pas de bol, n'est ce pas ? »
« Ça craint d'être à votre place. » gloussa Harold.

Le vieux fermier marcha doucement vers sa maison, sa tête baissée dans la défaite et la dépression.

Cette nuit, Josh et Harold eurent le sommeil agité. Non pas qu'ils ne sentaient quelque remords, mais parce qu'ils ne pouvaient ôter de leur esprit l'image du visage tordu de l'épouvantail. Ils décidèrent alors qu'ils ne seraient plus en mesure de retrouver le sommeil aussi longtemps que cette effrayante tête de citrouille était dans leur maison. Alors, ils se levèrent et trainèrent l'épouvantail en dehors du vieux placard. Harold prit une batte de baseball et brisa la tête de l'épouvantail si bien qu'il ne restait plus que quelques bouts de citrouille éparpillés sur le sol. Les frères balayèrent les morceaux de citrouilles et les jetèrent à la poubelle. Par la suite, ils retournèrent au lit et trouvèrent le sommeil bien vite ayant mis de côté toute pensée de l'affreux visage de l'épouvantail.

Quelques temps après minuit, Josh et Harold furent réveillés par le sons de rayures et de griffures sur la porte de leur chambre.

« T'as oublié de mettre le chien dehors ? » demanda Harold endormi.
« On-on-on-on a pas de chien » balbutia Josh.

Soudain, la porte de la chambre s'ouvrit et un long bras de paille solitaire serpentait à travers l'ouverture. Puis un autre bras battit le sol, suivi par de longues jambes de bois. Les deux frères avaient le sang glacé par la peur et purent seulement observer avec horreur comment le corps décapite de l'épouvantail se dressait sur ses longues jambes de bois et comment ses longs bras de paille se tendaient vers eux dans les ténèbres.

Harold sentit un froid nerveux, la griffe de paille se refermant autour de sa cheville et cria aussi fort qu'il pouvait. Il supplia son frère de l'aider. Mais Josh courait déjà vers la sortie de la chambre. Fuyant dans la terreur, il courait vers le couloir, percuta la porte d'entrée et continuait vers la route éclairée par la lune.

Il courait aussi vite que ses jambes pouvaient le porter, reprenant son souffle et criait de sa voix la plus intense. Comme il passait devant la maison voisine, il vit le vieux fermier se tenant à sa porte. Au clair de lune, il pouvait voir le vieux fermier le fixer avec un étrange sourire aux lèvres.

Josh continuait de courir, pieds-nu contre le rugueux gravier. Il jeta un regard derrière son épaule et vit quelque chose qui l'effraya au plus profond de son âme. Il vit l'épouvantail longeait la route derrière lui. Il gagnait de plus en plus de distance, se rapprochant encore et encore. Et ce ne fut pas tout ce qu'il vit. Il remarqua que l'épouvantail avait une toute nouvelle tête. Une tête tout à fait semblable à celle de Harold.


Traduction : Onizuka-san

mardi 10 avril 2012

BEN adapté en Fan Movie

C'est à Max le fou que l'on doit cette trouvaille de sa part et dont l'idée d'un Fan Movie sur BEN a toujours été réclamé par les fans Américains de Jadusable, ce qui est chose fait désormais. Bon visionnage ! (En attendant que je prenne mon temps pour traduire Jeff the Killer afin de ne pas rusher comme je l'ai fais pour Luigi's Mansion avant de peaufiner les erreurs que j'aie laissé derrière moi.)






samedi 7 avril 2012

Luigi's Mansion - Zone 5 (Luigi's Mansion - Area 5)

Luigis mansion.jpeg

Un jour, j'ai décidé de sortir ma vieille Gamecube et jouer à un jeu. Le premier jeu que j'ai vu était Luigi's Mansion. J'ai adoré ce jeu étant enfant et voulu y rejouer. Alors, j'ai regardé le disque du jeu pour m'assurer que le jeu était jouable et j'ai vu une rayure en forme de X sur le disque. J'ai pensé, eh bien, juste une rayure. J'ai mis le jeu dans ma vieille Gamecube poussiéreuse et je l'ai allumé. Tout était normal. J'ai pressé start et j'ai vu que j'avais fini le jeu 17 fois sur mon fichier. Cela était vrai parce que j'ai beaucoup fini le jeu étant enfant. J'ai attendu un peu car je devais aller à la salle de bain. Quand je suis revenu, j'ai sélectionné le fichier de sauvegarde et mon jeu a gelé. Des pixels verts flottaient à l'écran avec un grincement très aigu. J'ai éteint la Gamecube, vérifié le disque, et la rayure en forme de X a disparu. J'ai juste remis le disque du jeu dedans et je l'ai rallumé. Le logo Nintendo était buggé. Il disait : Nitedo. Ce qui était bizarre. Le menu principal disait: Ugi's Man, ce qui était aussi bizarre. J'ai essayé de sélectionner mon fichier de sauvegarde, de décider de faire le manoir caché, mais le choix n'était pas là. Le seul choix disponible, était la salle de la galerie. Je suis donc allé là-bas.

GROSSIERE ERREUR.

Luigi entra dans la galerie Il faisait sombre. Je n'avais pas une lampe torche et E-Gadd n'était pas à son emplacement d'origine. Je suis allé à la pièce du fond là où la salle d'entraînement est. Il y avait une porte sur le côté gauche de la salle, je suis donc entré. J'ai entendu un rire de bébé (Chauncey) et l'écran est devenu noir. J'étais au menu principal. Tous mes fichiers sauvegardés ont disparu, sauf pour un fichier de sauvegarde qui affichait Zone 5.

Il n'ya pas de Zone 5 dans Luigi's Mansion, mais j'ai sélectionné le fichier de sauvegarde par simple curiosité.

J'ai fini dans le foyer. J'ai pressé A pour appeler Mario, juste pour le fun, et la porte d'entrée s'est ouverte. J'étais à l'extérieur du manoir.

Je revins depuis le chemin et allai à la cabane de E-Gadd en face du manoir. E-Gadd se trouvait dans une pièce sombre quand je suis entré. Quand je lui ai parlé, il disait : "Mriao eetttsseeett MROT." J'ai relu ceci 5 fois avant que je réalise qu'il disait Mario est MORT. Après que la boîte de dialogue ait disparue, la tête décapitée et ensanglantée de Mario a chuté du plafond, bientôt suivi par son corps mutilé. E-Gadd a disparu. J'ai examiné la tête de Mario avant d'être téléporter jusqu'au foyer.

Je suis allé jusqu'au petit salon. Il n'y avait pas de meubles et la musique de la nurserie a commencée à jouer. J'avais ma lampe allumée, même si la pièce était éclairée. J'ai encore entendu un rire de bébé. J'ai examiné une peinture. La peinture montrait les yeux de Mario arrachés, une vision vraiment effrayante. La légende disait "Dîner". J'étais totalement paniqué. J'ai éteint ma Gamecube juste pour être rassuré. J'ai redémarré la Gamecube et Luigi's Mansion était normal. J'ai joué à mon fichier régulier, je suis allé au manoir caché, et tout. Puis, quand j'ai oublié un Boo dans la nurserie, il est devenu sombre. Chauncey, le bébé, était couché dans son berceau. J'ai cherché tous les objets, et un Boo est apparu soudainement. Le Boo avait 'X' HP et se sauva dans la chambre des jumeaux. J'ai essayé d'aspirer le Boo mais je ne sais comment, je suis téléporté dans une salle complètement noire. J'ai marché vers le nord durant 5 minutes, puis, j'ai entendu "MARIO EST MORT". Et sa tête est tombée du plafond.

J'ai éteint ma Gamecube et j'ai regardé le disque. La rayure en forme de X était encore sur le disque. J'ai jeté le disque contre le mur et il se brisa. J'ai jeté les morceaux du disque de Luigi's Mansion, et j'ai joué à Mario Party 4.


Creepypasta originale ici.

Quelques passages ont été modifié pour être plus compréhensible.

EDIT :

Erreurs corrigées, je ferai mieux de remettre mes lunettes avant de me remettre aux traductions parce que là, j'ai l'impression de négliger mon boulot ces temps-ci... N'hésitez pas à me prévenir via les commentaires si j'en ai oublié d'autres.

vendredi 6 avril 2012

Ghost de Pokemon Creepy Black Version dans Mugen

Après Gyigas de the_none, voilà que Ghost hante Mugen à son tour et évidemment, le bougre est immortel et pour le " tuer ", F1 suffira.



Lien de téléchargement ici.

jeudi 5 avril 2012

Ouverture du forum officiel du site


Et oui ! Après avoir réfléchit durant des nuits entières, j'ai mis en place un forum officiel pour le site (Finie l'époque des forums non officiels de CIF, dites bonjour à l'époque du forum officiel de CFTC !) et qui fut complété après le jour de son ouverture grâce à l'aide de deux personnes qui bossent secrètement sur le site en utilisant mon compte. Evidemment, ces deux personnes-là sont admins sur le forum et l'une d'entre elle est le créateur du forum. (Car la PSP ne permet pas de créer un forum à cause de ses fonctions bridées.) Et par précaution, l'une de ces fameuses personnes qui m'ont aidée à compléter le forum en récupérant divers fichiers existants qu'elles ont sagement préservée sur leur PC (Vive le recyclage !), ont eue l'idée de mettre les inscriptions sous validation d'admin pour éviter toutes formes d'attaque par d'éventuels floodeurs ou autres puisque je ne sais pas faire beaucoup de choses avec ma PSP côté administration du forum donc, cette sécurité freinera à coup sûr les attaques bien qu'elle fera imposer une longue attente pour activer le compte des personnes qui s'inscriront dessus...

Mais bon, c'était la validation par mail via vous-même (Le fameux mail contenant un lien avec une clé d'activation.) ou un forum qui aurait couler à l'eau rapidement par quelqu'un ayant de mauvaises intentions donc, on a opté pour la sécurité, le confort des membres (Un forum floodé, ça fout les boules quand un admin ou un modo n'est pas dans le coin pour déblayer tout ça.) ainsi que pour la survie du forum. Enfin, vu qu'on est en avril, je récupérerai mon PC portable dans les jours à venir donc, je pourrai administrer le forum 24h/24 de façon efficace avec mes deux compères qui sont le Stalker (Oui, ce fameux Stalker qui vous observe en ce moment même.) et Leguman (Rencontré " récemment " par pur hasard sur un site de chat français étrange du Deep Web. Et oui, on peut rencontrer des internautes francophones sur le Deep Web et malgré ce qu'on pourrait découvrir en leur parlant un certain temps, ils sont sympathiques.) bien qu'ils sont du genre discrets... très discrets même niveau présence...

Forum officiel ici.

PS :

J'ai oublié de préciser que désormais, vous pouvez poster des commentaires dans quelques unes des sections du site. (IRL du site, interviews du site, vidéos, vidéos d'exploration, ect...)